Vous attendez Ruba ? – .

« Tout est bien qui finit bien », m’a dit une militante de longue date de Québec Solidaire, visiblement soulagée que, malgré la crise qui secoue le parti qu’elle aime, le conseil national, somme toute, s’est bien passé.

Elle ne veut pas que je prononce son nom. Mais elle me parle de Tintin. C’est comme un album de Tintin, non ? A chaque aventure Tintin, il est vrai, le célèbre personnage est soumis à des épreuves. Mais il s’en sort toujours bien, avec l’aide de Milou ou du Capitaine Haddock. Tonnerre de Brest !

Parlait-elle du leader parlementaire Gabriel Nadeau-Dubois, dont le style de leadership en a pris un coup depuis la publication des mémoires de Catherine Dorion, ou du départ d’Émilise Lessard-Therrien? Ou le parti lui-même, quand ce militant conclut que tout va bien qui finit bien ?

En fait, tout va bien et cela ne finit pas trop mal. La Déclaration du Saguenay est adoptée. Il n’y a pas eu de frondes ou de flashs notables.

Alors que les délégués arrivaient nerveusement au Saguenay vendredi, on pouvait voir dimanche Gabriel Nadeau-Dubois et la co-porte-parole par intérim du parti, Christine Labrie, serrer la main de militants souriants et somme toute rassurés de s’être vus, d’avoir discuté, débattu et amendé.

Les militants de Québec solidaire ont de la verve, des idées et des idéaux, et ils n’hésitent pas à les exprimer au micro des séances plénières, ce qui prolonge le plaisir et multiplie parfois les fleurs dans un tapis où l’on peut facilement se coincer.

Amir Khadir a été député de Mercier de 2008 à 2018.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Un habitué de ces jeux est Amir Khadir, l’un des membres fondateurs du parti. Mais dans les tribunes de la salle où les députés votent, c’est sur d’autres choses que le programme et les amendements aux propositions que je veux l’entendre. En fait, c’est le sujet dont tout le monde parle dans les couloirs : la suite.

Samedi, les membres ont voté en faveur d’une motion qui permettra l’élection d’un nouveau porte-parole lors du congrès de novembre prochain. Ce qui signifie que des candidats potentiels vont bientôt se manifester.

Gabriel dont– pourrait équiper le prochain porte-parole pour que cette personne porte la casquette de leader parlementaire et aille au débat des chefs. Bref, que ce soit une femme. Pourquoi pas ? [selon laquelle] le pouvoir masculin prend le dessus chez Québec solidaire, pour envoyer le bon message, la direction – Gabriel inclus – pourrait équiper le prochain porte-parole pour que cette personne porte la casquette de leader parlementaire et aille au débat des chefs. Bref, que ce soit une femme. Pourquoi pas ?”}}”>Les gens ont suggéré qu’une façon de corriger la perception [selon laquelle] le pouvoir masculin prend le dessus chez Québec solidaire, pour envoyer le bon message, la direction – Gabriel inclus – pourrait équiper le prochain porte-parole pour que cette personne porte la casquette de leader parlementaire et aille au débat des chefs. Bref, que ce soit une femme. Pourquoi pas? dit Amir Khadir.

Élu député de Mercier (Plateau-Mont-Royal) en 2008, Amir Khadir a porté pendant quatre ans la casquette de leader parlementaire du parti à l’Assemblée nationale. Il a confié ce rôle à Françoise David en 2012.

Ça a toujours fonctionné comme ça à Québec solidaire. Du temps de Françoise et moi, nous avons toujours été dans un esprit d’alternance, pour incarner cette culture de la parité.ajoute l’ex-député.

>>>>

Ouvrir en mode plein écran

Gabriel Nadeau-Dubois et Christine Labrie se sont entretenus dimanche avec des militants du conseil national de Québec solidaire.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Cette question est loin d’être résolue.m’a dit un employé de l’organisation.

C’est effectivement le grand sujet de conversation dans les couloirs, mais au final, ce sont les députés qui prendront cette décision avant les élections.

Une citation de Un employé de Québec solidaire

: « Que voudra Gabriel ? », texte » : « Ce ne sera pas facile, mais de nombreux militants souhaitent, en effet, que ce soit le prochain porte-parole qui aille au débat des chefs et qui fasse office de leader parlementaire. Ils souhaitent que Gabriel Nadeau-Dubois lui cède ce rôle. La question est : « Que voudra Gabriel ? ? » }} »>Ce ne sera pas facile, mais de nombreux militants espèrent que ce sera le prochain porte-parole qui participera au débat des chefs et qui agira comme leader parlementaire. Ils souhaitent que Gabriel Nadeau-Dubois lui cède ce rôle. La question est : « Que voudra Gabriel » ? il demande.

Ernesto Castro Roch fait campagne pour QS d’une décennie. Pour moi, c’est clair. Ce n’est pas du tout contre Gabriel, mais j’aimerais que le futur porte-parole soit leader parlementaire. C’est une question d’alternance. C’était Manon Massé en 2018, lui en 2022, ce doit être une femme aux prochaines élections.

Marie-Ève ​​Mathieu, qui siège à la commission des femmes de QSj’aimerais aussi que ce soit une femme qui occupe la première place. Mais si c’est Gabriel, je me rallieraiprécise-t-elle.

>>>>

Ouvrir en mode plein écran

La députée de Mercier, Ruba Ghazal, envisage de se remettre dans la course au poste de porte-parole féminine de QS.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Une femme, mais quelle femme ?

Moi, j’adore Ruba Ghazal, mais je suis ouvert à voir qui pourrait aussi arriver de l’extérieurdit Ernesto Castro Roch.

Mais dans les coulisses, des rumeurs circulent également selon lesquelles il est fort possible qu’il n’y ait qu’un seul candidat, et donc pas de course.

Le militant de Lanaudière n’est pas le seul à être excité par le député de Mercier. Plusieurs à Québec solidaire le voient dans leur soupe.

Celle qui a perdu de peu la dernière course à la porte-parole face à Émilise Lessard-Therrien, en 2023, ne s’est pas encore positionnée officiellement, mais elle m’a avoué avec un large sourire qu’elle envisageait sérieusement de se présenter aux élections. .

Les militants ont quitté le conseil national dimanche peu après 14 heures. La plupart déclarent : Bon sang, je suis fatigué !

Et qu’en est-il des membres de l’organisme et des députés de Québec solidaire ? Ils viennent de vivre des semaines très dures, en tant que politiques, mais surtout en tant qu’humains. Beaucoup nous ont dit qu’ils avaient vraiment, vraiment besoin d’une pause. Une rupture avec la politique. Une pause dans les débats. Une assurance.

La session parlementaire se terminera dans deux semaines. Les députés et employés de QS auront un peu de temps dans la chaleur pour que les choses se calment, se rafraîchissent et profitent de leur famille et de leurs amis.

Dans le stationnement du Cégep de Jonquière, nous nous sommes embrassés. Nous nous sommes serré la main. On s’était promis de se voir cet été, pour aller boire une bière ou un verre de rosé.

La plupart des travailleurs solidaires ont un long chemin à parcourir. Littéralement. Cependant, de manière plus métaphorique, disons qu’avec ce conseil national, ils se sont rendus à L’Étape, une halte réputée à mi-chemin entre Saguenay et Québec, pour faire le plein et faire le plein.

Mais lorsqu’ils reprendront la route cet automne, conduiront-ils dans la tempête ou sous un ciel doux ?

A lire et à écouter :

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV les députés sortants ont le vertige face à la dissolution et à la campagne express des élections législatives
NEXT après la bombe larguée par Ciotti, les LR des Yvelines ont tranché