Le pétrole augmente, porté par les tensions géopolitiques au Moyen-Orient

Le pétrole augmente, porté par les tensions géopolitiques au Moyen-Orient
Le pétrole augmente, porté par les tensions géopolitiques au Moyen-Orient

Met à jour les cours et ajoute une nouvelle attaque de navires au large du Yémen

Londres (awp/afp) – Les prix du pétrole ont augmenté mardi, poussés par les tensions géopolitiques au Moyen-Orient, Israël multipliant les frappes sur Rafah et un nouveau navire marchand ayant été attaqué au large des côtes du Yémen.

Vers 14h15 GMT (16h15 CET), le prix du baril de Brent de la mer du Nord, pour livraison en juillet, augmentait de 0,67% à 83,66 dollars.

Son équivalent américain, le baril de West Texas Intermediate (WTI), pour livraison le même mois, a augmenté de 2,06% à 79,32 dollars.

“La situation géopolitique tendue est favorable à de nouveaux gains” sur le pétrole brut, note Ipek Ozkardeskaya, analyste de Swissquote.

Des chars israéliens sont entrés mardi dans le centre de la ville de Rafah, au sud de la bande de Gaza, visé par des bombardements incessants trois semaines après les premières opérations terrestres qui ont déclenché un nouvel exode massif.

“Même si le conflit au Moyen-Orient n’a pas eu d’impact significatif sur l’approvisionnement pétrolier de la région, la trêve entre les belligérants s’estompe rapidement”, commente Tamas Varga, analyste chez PVM Energy.

Un navire a été endommagé par des tirs de missiles au large des côtes du Yémen, où les rebelles Houthis multiplient les attaques contre les navires marchands, a indiqué mardi la société britannique de sécurité maritime Ambrey. L’attaque n’a pas été revendiquée dans l’immédiat.

Depuis novembre, les rebelles yéménites, soutenus par l’Iran, attaquent des navires en mer Rouge et dans le golfe d’Aden, affirmant agir en solidarité avec les Palestiniens dans la bande de Gaza, où Israël est en guerre contre le mouvement islamiste Hamas depuis près de huit mois.

Dans le même temps, l’armée égyptienne a annoncé lundi l’ouverture d’une enquête sur la mort d’un garde-frontière dans une « fusillade » dans la zone frontalière de Rafah, entre l’Égypte et la bande de Gaza où sont déployées les forces israéliennes.

Pour les analystes de la DNB, la mort du soldat égyptien accroît encore les tensions géopolitiques dans la région.

Le Caire “a mis en garde contre les répercussions des opérations militaires israéliennes” dans une zone tampon d’une douzaine de kilomètres entre l’Egypte et la bande de Gaza “et contre toute attaque contre la sécurité du personnel de sécurité égyptien déployé aux frontières”, a indiqué lundi soir une Source sécuritaire citée. par Al-Qahera News, un média proche des renseignements égyptiens.

L’Égypte a été le premier pays arabe à normaliser ses relations avec Israël en 1979.

bur-emb/ode/ktr

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Olivier Giroud est rempli « d’excitation, de nostalgie, d’envie » pour son dernier… Suivez avec nous la journée d’ouverture
NEXT Accident à Trois-Fontaines l’Abbaye : deux blessés