Nadine Morano déclare que LFI est « antisémite »

Nadine Morano déclare que LFI est « antisémite »
Nadine Morano déclare que LFI est « antisémite »

Selon le colistier de François-Xavier Bellamy, « il y a deux listes qui portent comme projet politique la destruction d’Israël » dans ces élections européennes. Suivez les dernières actualités de la campagne.

12h19 – Pour Morano, « il y a deux listes qui portent comme projet politique la destruction d’Israël »

L’eurodéputé LR, candidat à sa réélection sur la liste de François-Xavier Bellamy, s’en prend ce matin avec virulence à deux listes de candidats aux élections européennes : « En France, il y a deux listes qui portent comme projet politique la destruction des Israël et qui veulent importer leur vision immonde au cœur des institutions européennes”, affirme-t-elle sur X, avant de nommer La France insoumise et “Palestine libre”. “Pas de vote pour les listes antisémites”, renchérit Nadine Morano.

Elle réagit aux déclarations de la militante Rima Hassan, candidate sur la liste LFI : dimanche soir, en réaction aux bombardements israéliens sur un camp de réfugiés à Rafah, la militante a écrit sur X : « Israël est une monstruosité sans nom ».

11:56 – Pour Marion Maréchal, le RN « n’a jamais réussi à changer une seule virgule de la politique européenne »

“Le Rassemblement national est arrivé premier à deux reprises aux dernières élections européennes, mais il est aujourd’hui dans un groupe très isolé et qui jusqu’à présent n’a jamais réussi à changer une seule virgule dans la politique européenne”, souligne ce matin Marion Maréchal sur France Inter. . Le haut de la liste Reconquête ! appelle donc à voter pour son camp, qui rejoindra le groupe ECR au Parlement européen s’il obtient des élus.

11:31 – 47% des Français ne connaissent pas la tête de liste macroniste Valérie Hayer

L’eurodéputée Valérie Hayer souffre toujours d’un déficit de popularité : malgré sa campagne pour les élections européennes, elle est encore mal identifiée par les Français, si bien que 47% avouent ne pas la connaître, selon le baromètre Odoxa publié ce mardi. “Le fait qu’il ait fallu la remplacer par le ‘PM’ dans un débat avec son rival le RN pour venir en aide à sa campagne n’a sans doute pas crédibilisé sa position dans l’opinion”, ajoute Gaël Sliman, président de Odoxa, avec Sénat Public.

11:12 – Bardella remonte dans les sondages après son débat contre Attal

Le camp d’Emmanuel Macron espérait freiner la montée du Rassemblement national en faisant débattre Gabriel Attal et Jordan Bardella. Le résultat n’est pas au rendez-vous, selon les sondages réalisés depuis l’affrontement. Ainsi, la tête de liste RN culmine à 34% d’intentions de vote, selon le baromètre Odoxa dévoilé ce mardi par Public Sénat. En revanche, la liste de la macroniste Valérie Hayer tombe à 15%, perdant 0,5 point par rapport au précédent baromètre de l’institut. La menace de Raphaël Glucksmann se rapproche pour Valérie Hayer : la liste PS grimpe à 13,5%, gagnant 1,5 point en un mois.

10:52 – Marion Maréchal : “Je me souviens pourquoi je veux privatiser l’audiovisuel public”

Marion Maréchal s’agace ce matin d’une question qui lui est posée par un journaliste de France Inter : “Quelle différence y a-t-il entre la défense de la famille que vous proposez et celle proposée par le maréchal Pétain ?” nous lui demandons. « Quelle est cette question ? » Elle s’étonne, avant d’ironiser : « Vous voyez, quand j’entends cette question, je me souviens pourquoi je veux privatiser l’audiovisuel public, et économiser quatre milliards aux Français. “

10h13 – Reconnaissance de la Palestine : Valérie Hayer se distancie du numéro 2 de sa liste

Les têtes de liste européennes ont été interrogées hier soir sur la question de la reconnaissance d’un Etat palestinien. Valérie Hayer avait alors estimé que « les conditions » n’étaient « pas réunies » pour une telle reconnaissance, tout en défendant finalement une « solution à deux États ». La tête de liste macroniste s’écarte donc de la position de numéro 2 de sa liste, Bernard Guetta. Ce dernier, quelques heures plus tôt, défendait sur Sud Radio la reconnaissance de l’État de Palestine afin de « parvenir à la coexistence de deux États », affirmant : « Nous pouvons aider ce processus en disant ‘nous reconnaissons d’avance, avant même la Lorsque les frontières sont définies, nous reconnaissons en principe l’existence d’un État palestinien.

10:04 – “Non, nous n’allons pas vous abandonner”, répond Quatennens à Glucksmann

Le député de La France insoumise a réagi ce matin à la courte phrase de Raphaël Glucksmann, qui a invité hier Manon Aubry lors du débat à « lâcher les chaussures » pour « se concentrer sur l’extrême droite ». « Non, nous n’allons pas vous abandonner. Pourquoi n’allons-nous pas le faire ? Car Raphaël Glucksmann est l’incarnation des anti-NUPES”, répond Adrien Quatennens sur France 2. Selon ce dernier, la tête de liste des socialistes et Place publique est “une candidature pour les macronistes déçus d’Emmanuel Macron”.

09:45 – La réaction d’un spectateur derrière Marion Maréchal lors du débat fait le buzz

Alors que Marion Maréchal déployait sa conclusion du débat, les téléspectateurs ont remarqué la réaction spontanée d’un membre du public assis juste derrière elle : la candidate du parti d’Eric Zemmour a parlé de « lutter contre la propagande éveillée et l’activisme LGBT qui détruit nos universités », lorsque Les yeux du jeune homme s’écarquillèrent, avant de se prendre la tête entre les mains. Une réaction saluée par les internautes : “J’ai fait la même grimace que lui”, a même réagi la patronne des écologistes, Marine Tondelier.

09h25 – Deffontaines à Bardella : « L’héritage de mon parti est manouchien au Panthéon, et vous Pétain à l’Ile d’Yeu »

Tandis que Léon Deffontaines reprochait à « l’extrême droite » de ne pas respecter son temps de parole, Jordan Bardella le taquinait, le traitant de « Monsieur. Staline » et ironiquement : « Les communistes qui donnent des leçons de démocratie, on aura tout vu. 150 millions de morts, le communisme. Léon Deffontaines a alors répondu : « Je ne vous permets pas de dire ce que vous venez de dire. L’héritage de mon parti en France est manouchien au Panthéon. Et tu es Pétain à l’île d’Yeu.

09:16 – Bellamy à Hayer : « La première chose que vous devez présenter aux Français, ce sont vos excuses »

“Sur les questions environnementales et énergétiques, la première chose que vous devez présenter aux Français, Madame Hayer, ce sont vos excuses”, a déclaré la tête de liste LR. François-Xavier Bellamy reproche à Valérie Hayer son « hypocrisie » sur le dossier nucléaire : « Le bilan du gouvernement sur les questions énergétiques, c’est que depuis sept ans, et même j’allais dire depuis douze ans, qu’Emmanuel Macron est dans les couloirs du pouvoir. , on a vu une coalition formée par les socialistes, les verts et les macronistes, qui a détruit ce secteur qui faisait, depuis le général De Gaulle, l’objet d’un consensus national”, a dénoncé Bellamy.

09:08 – Toussaint à Maréchal : « Tu as accumulé tellement de haine que tu parles comme une mitrailleuse »

La tête de liste écologiste s’est excusée du discours virulent de Marion Maréchal au sujet de l’immigration : tandis que la candidate d’Eric Zemmour énumérait divers faits impliquant des ressortissants étrangers, Marie Toussaint a rétorqué : “Vous avez accumulé tellement de haine que vous parlez comme une mitrailleuse.”

L’eurodéputé insoumise Manon Aubry a accepté, s’en prenant à son tour à Marion Maréchal : « J’en ai marre que vous utilisiez les immigrés et tous leurs descendants comme chair à canon électorale », s’agace-t-elle.

09:03 – Glucksmann à Aubry : « Laisse-moi partir, concentre-toi sur l’extrême droite »

La tête de liste du Parti socialiste et de Place publique s’est agacée d’être une nouvelle fois la cible d’une attaque de son collègue insoumis : elle lui a reproché de ne pas défendre la retraite à 60 ans, mais aussi d’avoir reçu le soutien de l’ancien président François Hollande. . L’eurodéputé a alors vertement rétorqué : « Vous faites de moi votre cible principale, c’est le cas depuis six mois, vous avez l’extrême droite à 40 %. Allez, lâche-moi un peu, concentre-toi sur l’extrême droite.»

08h57 – Maréchal à Bardella et Hayer : « Ça va, on ne vous dérange pas ?

La tête de liste de Reconquête!, le parti d’Eric Zemmour, était exaspérée de voir Valérie Hayer et Jordan Bardella évoquer un potentiel débat entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen. « C’est bon, nous ne vous dérangerons pas ? » » a-t-elle dit, espérant couper court au sujet qui excluait les six autres têtes de liste. D’autres candidats ont tenu à critiquer l’idée d’un débat Macron-Le Pen. “On va refaire ça, soit l’extrême droite, soit l’extrême libéralisme, soit c’est moi, soit c’est le chaos ?” Manon Aubry (LFI) a notamment été larguée.

08h48 – Bardella à Hayer : « Pourquoi faut-il appeler M. Attal, M. Macron pour venir vous sauver ?

En plein débat hier soir, la tête de liste macroniste Valérie Hayer a demandé à Jordan Bardella pourquoi Marine Le Pen “n’a pas voulu débattre” avec Emmanuel Macron pendant la campagne. “Parce que vous êtes la candidate, Madame”, a rétorqué le candidat du Rassemblement national. Le favori de l’élection s’est montré encore plus piquant : « Pourquoi faut-il appeler M. Attal, M. Macron pour venir vous sauver ? Parce que vous êtes probablement en très sérieuse difficulté.

La liste de Valérie Hayer accuse toujours un retard d’une quinzaine de points sur celle de Jordan Bardella dans les sondages, même après que ce dernier ait débattu avec le Premier ministre Gabriel Attal la semaine dernière. Emmanuel Macron et Marine Le Pen évoquent depuis plusieurs semaines la possibilité d’un débat, mais cette dernière demande au chef de l’Etat de mettre sa démission sur la table en cas de défaite aux élections européennes.

08h45 – Bienvenue dans la diffusion en direct du mardi 28 mai

La campagne pour les élections européennes continue. Hier soir, les huit principaux candidats à cette élection débattaient sur BFMTV. On revient sur le plus vif de leurs échanges.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Alpine lance sa première voiture électrique, l’A290
NEXT Ces signes qui montrent que l’économie bretonne ralentit