« Nous regrettons que les autorités de Polynésie n’aient pas pu rapatrier plus rapidement nos compatriotes » tacle Tapura

« Nous regrettons que les autorités de Polynésie n’aient pas pu rapatrier plus rapidement nos compatriotes » tacle Tapura
« Nous regrettons que les autorités de Polynésie n’aient pas pu rapatrier plus rapidement nos compatriotes » tacle Tapura

Dimanche 26 mai, le premier vol de rapatriement organisé par l’Etat a permis à 80 Polynésiens de rentrer au Fenua. Dans un communiqué, Tapura Huiraatira se réjouit de cette nouvelle pourtant tardive à son goût.

Après deux semaines d’émeutes et autant de temps d’attente angoissante pour les Polynésiens bloqués en Nouvelle-Calédonie, ils ont pu rentrer chez eux. Pourquoi leur rapatriement a-t-il pris autant de temps ? Dans un communiqué envoyé ce lundi à la rédaction, Tapura Huiraatira pose des questions.

Si le parti d’Edouard Fritch «remercie l’Etat d’avoir mis à disposition des moyens de transport et organisé le retour des 80 Polynésiens bloqués en Nouvelle-Calédonie“ et se réjouit « le retour sain et sauf de tous nos compatriotes », il regrette que les autorités de Polynésie «ne savait pas comment prendre les mesures humanitaires qui auraient pu [les] rapatrier plus rapidement« .

Pourtant, le Président du Pays Moetai Brotherson s’est montré sensible à cette question depuis le début de la crise, comme il l’a exprimé dans deux vidéos publiées sur les réseaux sociaux. Il avait invité les ressortissants polynésiens concernés à se faire connaître et avait évoqué ce sujet avec le ministre délégué chargé de l’Outre-mer, Marie Guévenoux. Ce dernier avait d’ailleurs précisé sur Twitter : «A ma demande, en lien avec le Président Moetai, l’Etat mettra en place un vol spécial en début de semaine pour permettre aux Polynésiens, qui le souhaitent, de rentrer en Polynésie française. Le HC de Polynésie se chargera de coordonner leur arrivée« .

Cette action – conjointe Etat-Pays – a permis aux 80 premiers Polynésiens de regagner le fenua. Leur nombre avait été arrêté à 160 par le haut-commissariat de la République en Polynésie. Il en reste donc encore environ 80 à rapatrier à Tahiti, tandis que plus de 230 Calédoniens sont également toujours bloqués en Polynésie. Les premiers d’entre eux devraient pouvoir regagner le Caillou jeudi, sur l’A400M qui a amené les Polynésiens.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Article littéraire de KS. Ep 8. « Bijoux en or du Maroc, Histoire des femmes, symboles et amour », de Zineb Zniber et Wafa Méziou, ou les collections privées enfin dévoilées
NEXT « il y a des entreprises prêtes à payer pour le faire »