Volodymyr Zelensky n’a-t-il désormais la confiance que de 17 % des Ukrainiens ? – .

Volodymyr Zelensky n’a-t-il désormais la confiance que de 17 % des Ukrainiens ? – .
Volodymyr Zelensky n’a-t-il désormais la confiance que de 17 % des Ukrainiens ? – .

Un ancien sénateur français connu pour ses positions pro-russes assure qu’en Ukraine, la confiance de la population en Volodymyr Zelensky a chuté.

Seuls 17 % des Ukrainiens le soutiendraient aujourd’hui.

Il s’agit là d’une présentation trompeuse d’un récent sondage, où le leader recueille encore quelque 59% d’opinions positives.

Suivez la couverture complète

Les informations scrutées

Officiellement, le mandat de Volodymyr Zelensky à la tête de l’Ukraine a expiré le 20 mai. En théorie seulement, puisqu’il conserve le contrôle du pays en raison de l’instauration de la loi martiale. Après plus de 800 jours de guerre, le leader se trouverait aujourd’hui dans une position inconfortable : c’est du moins ce qu’affirme l’ancien sénateur Yves Pozzo di Borgo. Ce dernier évoque un Zelensky “complètement perdu”qui serait convaincu “qu’il a perdu la guerre”. Un homme « rejeté par les Ukrainiens »n’ayant plus que le soutien de “17%” de ses concitoyens. Attention cependant à ces affirmations, si l’ancien élu s’appuie sur les résultats d’un sondage fiable, il les présente de manière complètement trompeuse.

59% des personnes interrogées lui témoignent leur confiance

Isolé, le président ukrainien ? Pour s’en assurer, l’ancien parlementaire se réfère sans le nommer à une enquête d’opinion dévoilée début avril par le groupe de réflexion Razumkov, basé à Kiev. Celui-ci a interrogé 2020 personnes, afin d’analyser leur « évaluation de la situation du pays »leur « confiance dans les institutions sociales »mais aussi leur “croyance en la victoire”.

Une liste de personnalités et d’institutions a notamment été mise en avant, les répondants devant à chaque fois exprimer leur niveau de confiance. C’est dans ce contexte que l’on retrouve les 17% évoqués par Yves Pozzo di Borgo (17,3% pour être précis). Un chiffre qui correspond à la part des Ukrainiens qui déclarent oui “entièrement” confiance en leur président dans le contexte actuel. En revanche, il est totalement faux de conclure que les autres sondés sont sceptiques ou opposés à l’action de Volodymyr Zelensky. En plus des 9,1% qui “ne parle pas”on retrouve en effet 41,3% de répondants qui déclarent le faire “plutôt faire confiance” au chef de l’Etat ukrainien. Au total, on observe donc quelque 58,6% d’avis positifs, et 9,1% de personnes “neutre”.

  • type="image/avif" class="jsx-4d89adcd260acbe7"> type="image/jpeg" class="jsx-4d89adcd260acbe7"> type="image/avif" class="jsx-4d89adcd260acbe7"> type="image/jpeg" class="jsx-4d89adcd260acbe7"> type="image/avif" class="jsx-4d89adcd260acbe7"> type="image/jpeg" class="jsx-4d89adcd260acbe7">>>>>>>

    Lire aussi

    Guerre en Ukraine : Poutine et Zelensky rejettent la trêve olympique voulue par Macron

Les Ukrainiens qui disent ne pas avoir « aucune confiance du tout » le président Zelensky sont 11,7%, tandis que ceux qui le font “plutôt pas de confiance” y représentent 20,6% des opinions exprimées. Des appréciations négatives qui correspondent à un peu moins d’un tiers des réponses.

Ces résultats ne traduisent en rien un rejet massif, comme tente de le faire croire Yves Pozzo di Borgo. Des déclarations trompeuses, qui s’inscrivent dans la ligne globale de ses positions depuis le début du conflit en Ukraine. L’ancien sénateur est en effet régulièrement présenté comme l’un des « relais de la propagande pro-russe en France »étant très critique à l’égard de l’Ukraine et de ses dirigeants.

Si Volodymyr Zelensky ne semble pas aujourd’hui renié par sa population, force est néanmoins de constater que la confiance dont il jouissait s’est érodée. Depuis l’automne dernier et l’échec d’une contre-offensive, “critique contre le président […] a repris et sa cote de popularité, ainsi que celle d’autres institutions publiques, a commencé à décliner progressivement. »observé dans les colonnes de Monde l’analyste politique Volodymyr Fessenko, également directeur du groupe de réflexion Centre d’études politiques « Penta ». Le spécialiste estime qu’aujourd’hui, “Il y a moins d’émotion et une attitude plus rationnelle à son égard en tant que chef de l’Etat”. Dans ce contexte, “Les gens voient ses faiblesses et ses défauts, mais ils reconnaissent qu’il exerce ses fonctions de président avec dignité et responsabilité”.

Vous souhaitez nous poser des questions ou soumettre des informations que vous ne jugez pas fiables ? N’hésitez pas à nous écrire à [email protected]. Retrouvez-nous également sur Twitter : notre équipe y est présente derrière le compte @verif_TF1LCI.


Thomas DESZPOT

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV « On espère voir plus de destins comme Yoro, Bouaddi ou Chevalier »
NEXT C’est la Journée Mondiale du Don de Sang ! – .