La Sépaq envisage d’interdire les feux de camp dans certains secteurs

La Sépaq envisage d’interdire les feux de camp dans certains secteurs
La Sépaq envisage d’interdire les feux de camp dans certains secteurs

La fumée des feux de camp émet parfois tellement de particules fines que la Sépaq envisage de marquer cette tradition de camping-car pour des raisons de santé. C’est ce qu’a rapporté Radio-Canada lundi.

• Lire aussi : Cet insecte est dangereux : capturez-le immédiatement si vous le voyez

La Société des établissements de plein air du Québec (Sépaq) a décidé de réaliser un projet pilote après qu’une famille de campeurs a déposé une plainte en 2022 concernant les risques pour la santé liés à la fumée des feux de camp.

À l’été 2023, l’organisme a pris des données sur la qualité de l’air dans un secteur achalandé du parc du Mont-Tremblant et les a ajoutées à celles prises en 2009 au parc national de la Yamaska.

Résultat : il y aurait un « lien entre la perception des odeurs des feux de bois et l’augmentation des concentrations de particules totales, de particules fines, de dioxyde d’azote et de HAP dans l’air ambiant », indique le rapport consulté par Radio-Canada.

• Lire aussi : Saison des allergies : voici comment le pollen peut influencer la météo (et vice versa)

Les concentrations de particules fines dépassent même parfois la norme de 30 microgrammes par mètre cube (μg/m3) sur une période de 24 heures lors des périodes d’affluence, notamment entre 19 heures et 21 heures.

Risques pour la santé

L’inhalation de particules fines peut provoquer toux, irritations et inflammations des bronches, précise le ministère de l’Environnement sur son site internet.

« Les enfants, les personnes âgées et les personnes souffrant d’asthme, de pneumonie, de bronchite, d’emphysème ou d’autres maladies respiratoires chroniques sont particulièrement sensibles aux effets de [particules fines]», peut-on également lire.

• Lire aussi : Vers une nouvelle saison record d’incendies de forêt ? Voici 3 choses à savoir sur ce qui nous attend

Si la Sépaq évalue la possibilité d’aménager des sections de camping sans feu de camp, son PDG, Martin Soucy, a exclu la possibilité de les interdire complètement. Il a rappelé que les feux sont ancrés dans les traditions des campeurs.

L’organisme indique vouloir poursuivre le projet pilote, notamment en installant des appareils de mesure de la qualité de l’air dans sept autres parcs nationaux.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

NEXT Une interview vertieft die Gräben – .