« Nous attendons des réponses que nous n’avons pas à ce jour »

« Nous attendons des réponses que nous n’avons pas à ce jour »
« Nous attendons des réponses que nous n’avons pas à ce jour »

Ce 27 mai, s’ouvre à Alger le procès de quatre terroristes présumés, accusés du massacre d’In Amenas, dans le Sahara algérien. En janvier 2013, 38 salariés ont été tués sur ce site gazier par une colonne armée venue de Libye et commandée à distance par le chef terroriste Mokhtar Belmokhtar. Vingt-neuf assaillants ont été tués par l’armée algérienne. Parmi les employés internationaux tués dans cette attaque figurait le logisticien français Yann Desjeux. Aujourd’hui, sa sœur et son petit frère sont à Alger pour assister au procès en tant que partie civile. Entretien avec Marie-Claude Desjeux.

RFI : Qu’attendez-vous de ce procès à Alger ?

Marie-Claude Desjeux : Nous attendons des réponses que nous n’avons pas encore reçues. La question qui s’impose est celle d’essayer d’avoir la réponse définitive sur le lieu exact du décès de mon frère Yann.

Et votre frère était retenu en otage par les terroristes, n’est-ce pas ?

Assez. Il a été retenu en otage. L’attaque a eu lieu vers 5h40 le mercredi 16 janvier. [2013] le matin.

Et a-t-il été tué en même temps que les autres otages ?

C’est la question que nous ne connaissons pas, puisque nous avons eu des témoignages. Je sais qu’il y a eu deux nuits, en tout cas les nuits du mercredi au jeudi et du jeudi au vendredi, où il a été attaché dos à dos avec un survivant, qui est un Irlandais du nom de Stephen McFaul, que nous sommes allés rencontrer en Angleterre et qui nous a dit qu’il était avec lui ces deux jours. Ensuite, ils furent mis dans le fameux convoi qui devait repartir sur le Libye.

Le convoi terroriste ?

Le convoi de terroristes qui avait embarqué les otages évadés, puisque l’objectif était de rentrer en Libye et d’exiger des rançons. Et Stephen McFaul a été placé dans un SUV différent de celui de mon frère, et il perd sa trace à ce moment-là.

Et on sait que ce convoi organisé par les ravisseurs est attaqué par les forces de sécurité algériennes…

Assez. Ils ont été attaqués par des hélicoptères, plusieurs véhicules ont été incendiés. Et Stephen McFaul nous a confirmé que les hélicoptères tiraient sur le convoi depuis le haut. Et Stephen McFaul, pour une raison que nous ignorons – en fait, il a été tellement traumatisé qu’il se trouve dans un état terrible – il est presque le seul survivant et il a vécu l’enfer.

L’Algérie a longtemps été soupçonnée de ne pas avoir dit toute la vérité sur les suites de l’attentat d’In Amenas. N’y a-t-il pas aujourd’hui un effort de transparence de la part d’Alger ? ?

Nous esperons. Je serais tenté de vous dire que nous repartons en toute confiance. Nous sommes heureux de pouvoir aller à Alger. C’était un peu difficile pour être honnête, mais nous y sommes arrivés grâce à l’aide des autorités françaises et duAlgérie qui nous a accordé ces visas. Nous voyons donc quelque chose de positif là-dedans et nous espérons effectivement trouver les dernières réponses qui nous manquent.

Dans le box des accusés, il devrait y avoir, à partir de ce lundi, quatre terroristes présumés. Avez-vous des détails sur leur identité ? ?

Donc, il y a le fameux Derouiche qui sera dans la loge et qui a eu un rôle très actif et qui était proche de Mokhtar Belmokhtar.

Qu’attendez-vous de ce nommé Derouiche et des autres terroristes présumés ?

Écoute, j’aimerais lui demander s’il a rencontré mon frère. J’aimerais savoir où il a été tué. Il est quand même incroyable que, parmi tous les otages secourus sur place, il n’y en ait qu’un sur lequel nous n’avons aucune information.

Il y a beaucoup d’informations sur les autres otages tués, mais pas sur votre frère. ?

Non, pas sur mon frère.

Mais lors des événements de 2013, vous avez pu vous rendre pour la première fois à Alger pour identifier le corps de votre frère…

Oui, tout à fait, et son cercueil a été rouvert en France, où a eu lieu une autopsie qui a précisé qu’il avait été tué par neuf projectiles. Je vais être très franc, j’ai vu les photos de l’autopsie, c’est un carnage. Et il y a toute l’analyse des balles, des projectiles qui ont été utilisés, qui sont des projectiles de type Kalachnikov. Mais on aura toujours un gros doute, savoir finalement par qui a-t-il été tué ? Par les terroristes ou par l’armée algérienne ? Cela ne changera pas la finalité, mais c’est vrai que c’est une question qu’on s’est posé.

Le chef du groupe terroriste qui a attaqué In Amenas était Mokhtar Belmokhtar, qui a lui-même été tué deux ans et demi plus tard lors du bombardement par des avions occidentaux de sa base de retraite dans le désert libyen. Regrettez-vous sa mort ? ?

Certainement pas. Je n’ai aucun sentiment de haine. Enfin, je dis « je », mais c’est ma famille. Nous n’avons ni sentiment de haine ni sentiment de vengeance. Alors, je vais dire que je ne m’attarde pas sur son sort. Tout comme des amis proches m’ont posé la question : « tu vas à un procès où la peine de mort existe « . Oui, mais je ne me lance pas dans ce débat. Je viens d’un pays où la peine de mort a été abolie. Je ne vais pas me réjouir d’une éventuelle condamnation à mort dans un autre pays, mais j’avoue que ce n’est pas mon sujet d’y aller.

Lire aussiAlgérie: 11 ans après, le procès de l’attentat terroriste d’In Amenas s’ouvre à Alger

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV La Clef Revival, dernier cinéma associatif de Paris, est définitivement sauvé
NEXT Alexis, vainqueur de Secret Story 2024, a réalisé une grande première dans le jeu ! – .