les feux sont au vert

les feux sont au vert
les feux sont au vert

Créée au Havre en 2000, la société PTS Dufour a connu une forte croissance, portée par un dirigeant qui n’hésite pas à tout mettre en œuvre pour décarboner sa flotte, condition sine qua non pour attirer de nouveaux clients.

Quel long chemin nous avons parcouru. Lorsqu’il a démarré sa propre entreprise en juillet 2000, Alain Dufour ne possédait qu’un seul camion. « J’ai débuté dans le groupement, activité dans laquelle j’avais acquis de l’expérience dans l’entreprise de mon père », rapporte le dirigeant. Basée au Havre, elle se développe progressivement dans le transport de conteneurs, ce qui lui permettra d’embaucher son premier salarié en 2003 avant de poursuivre son développement.

En 2006, l’entrepreneur reprend l’entreprise de son père : « Une opération qui m’a permis de doubler de taille, les deux entreprises comptaient alors chacune 6 salariés. » PTS Dufour poursuivra alors sa croissance en ajoutant la messagerie, puis la logistique à son offre. « Ayant constaté que mes clients d’outre-mer avaient besoin de décharger, j’ai créé la société Dufour Entrepôts, sur le site du Havre en 2010, afin de me diversifier », explique Alain Dufour.

La logistique, une bonne Source

Six ans plus tard, il se lance dans la construction de 6 000 m2 d’entrepôts qui lui seront livrés en 2017 à Saint-Jean-de-Folleville (76). Une superficie qui sera étendue et lui permet aujourd’hui de disposer de 25 000 m2 de bâtiments. Cette filiale logistique a réalisé l’an dernier 5 millions d’euros de chiffre d’affaires et devrait générer 6,5 millions d’euros en 2024.

« Cette activité nous assure aussi du transport », précise le chef d’entreprise. Mais Alain Dufour reconnaît que c’est surtout son adhésion à l’Astre en 2016 qui lui a permis de franchir un grand pas. “Nous avons fait 4 millions d’euros de chiffre d’affaires avant notre adhésion, nous en sommes à 30. Astre n’y est pour rien”, juge le transporteur, qui dit avoir beaucoup appris des échanges avec ses confrères. Devenu administrateur du groupe, il continue d’y trouver l’inspiration pour avancer, notamment sur la décarbonation.

Objectif: décarbonisation totale

« Nous considérons cette nécessité de décarboner comme un avantage et non comme une contrainte. Nous n’en souffrons pas ! Tout ce que je développe vise à décarboner complètement nos transports », précise Alain Dufour. Ses camions roulent au XTL et au B100 et l’entreprise recevra même quatre tracteurs électriques après avoir remporté un appel à projets (Ademe).

« Un investissement raisonnable, car je ne les achète pas pour un client, mais parce que c’est ma volonté et celle de mon comité de direction d’avancer dans le développement de solutions de transport plus efficaces. vertueux », explique-t-il. Selon lui, 84 mois seront nécessaires pour amortir ces véhicules, contre 60 pour les diesels.

Et comme le coût total de possession de ces équipements dépendra du prix du kilowattheure, il a confié ses achats d’électricité à des professionnels capables de garantir les meilleurs tarifs. Être pionnier dans l’achat de poids lourds électriques est un risque, mais c’est aussi une manière de se différencier et d’attirer de nouveaux clients.

« Seul le prix semble compter pour certains chargeurs. C’est parfois décourageant.

Malgré tout, le dirigeant sait qu’il sera difficile de faire payer plus cher des transports plus verts dans un contexte où l’activité reste faible. « Seul le prix semble compter pour certains expéditeurs. C’est parfois décourageant», déplore Alain Dufour, qui poursuit toujours d’autres projets pour réduire son impact environnemental.

« Nous travaillons à la mise en place d’une ligne régulière route-rail dont nous couvrirons les derniers kilomètres avec nos camions décarbonés », explique-t-il. En attendant d’être reconnue par ses clients, la politique écologique de l’entreprise est déjà appréciée par les salariés, et notamment les conducteurs.

se concentrer sur croissance externe

“Combinée aux autres piliers de la charte RSE mise en place (label EcoVadis or pour la logistique et argent pour le transport), cette politique nous a permis de réduire le taux de turnover de l’entreprise de 33% en 2021, à 9,1% en 2023”, précise Marion. Aubert, responsable des dossiers QHSE et RSE. La baisse d’activité enregistrée à partir de novembre 2022 a également joué, au point qu’Alain Dufour n’a pas eu besoin de recourir à l’intérim l’été dernier.

Un ralentissement qui ne remet cependant pas en cause ses projets de croissance externe. « Nous sommes en train de reprendre Désormeaux transport (officialisé début avril), une entreprise de groupage de 25 salariés et 8 000 m2 entrepôts à Évreux, également une entreprise astrienne », souligne le transporteur.

« Continuer à investir est nécessaire pour continuer à proposer des solutions innovantes et différenciantes à nos clients, et gagner des parts de marché auprès des chargeurs engagés dans le verdissement de leur transport et de leur logistique », conclut Alain Dufour.

Valérie Chrzavzez

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Une nouvelle fois, les Celtics ont contenu le retour des Mavs • Basket USA – .
NEXT RUPEE INDIENNE – La roupie est soutenue par la faiblesse des données d’inflation américaine, mais la Réserve fédérale belliciste devrait peser.