une sortie réussie, un buteur qui se blesse et s’en va, un remplacement expéditif

une sortie réussie, un buteur qui se blesse et s’en va, un remplacement expéditif
une sortie réussie, un buteur qui se blesse et s’en va, un remplacement expéditif

Arthur Catania avait promis de dévoiler le nom de son futur club après la finale de la Coupe P3 entre Rendeux et Muno ce dimanche. Une chose promise, une due : auteur d’un doublé dans cette finale, l’attaquant rendeusien portera les couleurs de Melreux-Hotton la saison prochaine. Un retour aux sources pour lui puisque c’est là qu’il a commencé. D’ici là, il aura eu le temps de se remettre de la déchirure qu’il a subie après avoir marqué son deuxième but contre Muno. « À l’arrière de la cuisse, a précisé le buteur. Juste au moment où je récupère le ballon. Mais bon, l’essentiel était de marquer et de soulager mon équipe au milieu d’un gros moment fort de Muno. On savait à quoi s’attendre face à cette équipe qui sait imposer un jeu rude. Je l’ai remarqué dès le début du match puisque mon adversaire direct ne m’a pas lâché. Le choix de Melreux-Hotton ? En fait, je rentre chez moi puisque c’est là que j’ai commencé et j’y forme des jeunes depuis cinq ans. Après avoir joué à Oppagne, Rochefort, La Roche et Rendeux, je pense que je vais poser quelques temps mon sac dans un club en pleine restructuration. Je veux l’aider à se remettre sur pied et, pourquoi pas, vivre des moments comme celui-ci.

Une longue période intérimaire qui se termine

Pour Peter Borsu, l’entraîneur Rendeusien, c’était aussi une dernière ce dimanche puisqu’il a décidé de ranger définitivement sa tenue de T1. Pour rappel, son successeur est désigné depuis plusieurs mois déjà, il s’agit de Nicolas Walhain qui a démissionné à Érezée-Amonines en novembre dernier. Après avoir été porté en triomphe par ses joueurs, le T1 Rendeusien pouvait se réjouir d’une aussi belle sortie. “C’est vraiment un plaisir, il a commenté, même si on s’est fait peur lors du quart d’heure de reprise où Muno s’est accordé trois ou quatre occasions. Je pense que nous avons été plus efficaces comme Catane. Son match résume bien sa saison : parfois, on le voit peu, mais au final, il est très fort. À la fin du match, je pense que nous étions devant. Cela s’est vu dans des actions où nous avons quand même réussi à faire des courses de 70 m. Pour moi, le coaching, c’est fini. J’ai 40 ans, quatre enfants et d’autres activités. Je reste à Rendeux pour aider le comité, mais cela restera la seule équipe que j’ai entraînée. C’était au départ pour un travail temporaire, qui devait durer un mois, et finalement, je suis resté quatre ans. (des rires)

Mandat inattendu pour ses 20 ans

Souffrant de maux de dos, Arnaud Percheron, le gardien titulaire de Muno, a dû déclarer forfait quelques heures avant le match. Du coup, c’est son remplaçant, Florian Brahy, qui a appris qu’il allait devoir jouer alors même qu’il avait organisé la veille une fête pour ses 20 ans…

Une première finale en guise de leçon

On dit souvent qu’une équipe a déjà de bonnes chances de gagner si elle est efficace des deux côtés du terrain. Muno, pour ce match, était privé de son meilleur buteur, Camara, et de son gardien titulaire, Percheron, où Rendeux pouvait compter sur Catania, auteur de deux buts, et sur un Axel Leunen autoritaire entre les perches. Même s’il a subi une opération au pied trouée, sans conséquence, l’ancien gardien de La Roche a été l’un des acteurs de cette rencontre. “J’étais chaud sur cette actionil a souri. Nous venions de doubler l’écart et je crois que j’ai alors un peu perdu ma concentration. Ce dimanche, la réussite et l’efficacité étaient de notre côté. L’esprit aussi, je trouve. Nous venions de jouer et avons perdu une autre finale (NDLR : dès le tour final en P3) contre Lierneux et je pense que cela nous a aidé sur celui-ci, que nous avons joué avec beaucoup moins de pression.

L’art d’être pardonné

Entré en fin de match, Aurélien Mathieu a offert le 3e but rendeusien à Xavier Puerta Lopez après une accélération impressionnante sur le flanc droit. « Ma présence sur le banc ? C’était logiqueil admit. Je n’ai pas été bon contre Lierneux, je n’ai pas été bon jeudi non plus, lors d’une opposition à l’entraînement. J’ai dû me racheter en entrant dans le jeu. C’est juste dommage que je n’aie pas réussi à inscrire un 4ème but en fin de match. (NDLR : après un une-deux avec Puerta Lopez). Il manquait quelques centimètres.

« Blesser quand c’est nécessaire »

“C’est super pour le club, au sortir d’un match difficile durant lequel Muno a sans doute manqué d’un peu de réalismee, a analysé Lionel Desseille, le capitaine de Rendeux. Nous avons su profiter de nos occasions de faire mal quand il le fallait et notre gardien a réalisé un superbe match pour éviter l’égalisation. On s’est dit que cette finale n’était que du bonus. Contre Lierneux, au tour final, on a joué trop stressé. Ici, sans pression, ça fonctionnait beaucoup mieux.

«Le poste est le tournant»

En jeu depuis à peine dix secondes, Mathieu Schmitt a relancé Muno dans ce match. En vain. « Mais on n’a pas eu le temps d’y croire puisque Rendeux a refait l’écart peu aprèsil observe. C’est dommage. J’aurais même pu marquer un autre but tard dans le match, mais un défenseur gênait. En première période, Rendeux était meilleur. Il a fallu s’adapter à un nouveau système en l’absence de Camara, notre buteur. C’était notre latéral gauche habituel, Corentin Guiot, qui évoluait en attaque. En seconde, on revient bien mais ensuite, sur le contre, ils vont vite. Le tir sur le poteau à 1-0, je pense que ça a été le tournant. Si on marque là… On a des regrets, mais on a quand même participé à une belle fête, dans une super ambiance.

“Comme un gamin de 15 ans”

Michel Philbiche, milieu défensif de Muno, avait l’air sombre au coup de sifflet final. Il a eu du mal à digérer la défaite. « La déception est énorme, il admit. On a souffert dans le premier acte, mais après, j’y ai vraiment cru. Le problème c’est que ça ne convenait pas même si les Rendeusiens ont su être efficaces. C’est bien de jouer une finale, mais j’ai encore un gros nœud au ventre. J’ai 32 ans, mais j’attendais ce match comme un gamin de 15 ans. Et dans ma tête pendant deux semaines, j’étais persuadé qu’on allait gagner. Ce n’est pas de la prétention, hein ! Mais j’avais juste le sentiment que nous allions émerger. Mais bon, c’est comme ça. Au moins, nous nous souviendrons que nous avons laissé une bonne image où certains prétendent à tort que Muno est une équipe dure et méchante.

Soutien moyen

Même si deux kops costauds étaient présents, il y avait à peine plus de 150 spectateurs pour ce match (peut-être une concurrence de Libramont B – Léglise ?) alors qu’il y en avait presque deux fois plus lors des deux finales précédentes.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV en cas de duel RN-Front populaire au second tour, voici ce que fera Yaël Braun-Pivet
NEXT AliExpress baisse le prix de ces cartes micro SD SanDisk ce dimanche