Au Festival de Cannes, il n’y a pas que la Palme d’Or, voici les autres films primés sur la Croisette

Au Festival de Cannes, il n’y a pas que la Palme d’Or, voici les autres films primés sur la Croisette
Au Festival de Cannes, il n’y a pas que la Palme d’Or, voici les autres films primés sur la Croisette

Si les critiques de cinéma et le grand public se concentrent sur la sélection officielle, d’autres prix permettent de se faire connaître au festival de Cannes. Quinzaine des cinéastes, Semaine de la Critique, Queer Palm, Acid : voici leurs récompenses.

Ce sont des prix jugés moins prestigieux que ceux de la sélection officielle. Toutefois, les jurys sont des réalisateurs connus et primés, comme Xavier Dolan, président de la sélection « Un certain regard » ou des actrices connues comme Elle Fanning pour le prix « Lumières sur les femmes » qui récompense des réalisatrices.

  • Quinzaine des cinéastes : Andrea Arnold a reçu le Golden Coach en tant que réalisatrice. Son nouveau film Oiseau est en sélection officielle.

Le jury a salué « un geste cinématographique porté par la poésie, l’humanisme, dans une énergie punk qui élève les êtres vers la beauté et l’amour des autres.

  • Semaine de la critique (composé de représentants de - spécialisée internationale, s’intéresse aux premiers et deuxièmes longs métrages).

Le réalisateur argentin Federico Luis a reçu le Grand Prix du Semaine de la critiquepour son premier film Simon de la Montana. Simón, un garçon qui vit dans une ville des Andes, se lie d’amitié avec un groupe d’adolescents handicapés mentaux.

  • Un certain Regard : Chien noir par Guan Hu

Lang retourne dans sa ville natale au bord du désert de Gobi. Alors qu’il travaille pour la patrouille locale chargée de débarrasser la ville des chiens errants, il noue une étrange relation avec l’un d’entre eux. Ces deux âmes solitaires se lancent alors dans un nouveau voyage ensemble…

  • Palmier étrange : A trois kilomètres du bout du monde, de Emanuel Parvu Le film roumain traite de l’homophobie. Il a été récompensé par le jury présidé par Lukas Dhont.
  • Prix ​​François Chalais : Graines de figuier sauvage, du réalisateur dissident iranien Mohammad Rasoulof. Lorsque la religion se combine au pouvoir politique et au patriarcat, elle peut détruire les relations les plus intimes et la dignité des gens, comme l’illustre ce drame familial iranien. Le jury a été sensible à sa richesse symbolique, sa fin généreuse, ses touches d’humour et sa tension déchirante.
  • Trophée Chopard : L’actrice australienne Sophie Wilde (bientôt dans le film Petite fille) et Mike Faist, acteur, chanteur et danseur américain notamment dans West Side Story (bientôt dans le film Challengers). Le trophée Chopard récompense les jeunes talents.
  • L’Oréal « Lumières sur les femmes » : À travers les eaux, Vivi Li. Le vent souffle fort, le temps est sec. Dans une ville minière isolée, une jeune fille quelque peu inhabituelle s’intéresse au passage d’un chauffeur de camion.
  • Chien de palme : Kodi, un croisement de Griffon, joue dans Le procès du chien qui remporte le prix. Un chien de 9 ans avec une carrière déjà bien remplie.
>>

Séance photo pour Kodi en pleine nuit sur le tapis rouge ! Le croisé Griffon, star du « Procès du chien », a reçu le Palm Dog vendredi.

© Anne Le Hars FTV

  • Cinémaf : Les tournesols ont été les premiers que vous avez connus, par Chidananda S Naik (Inde).

    Le soleil ne se lève plus depuis qu’une vieille femme a volé le coq du village, plongeant la communauté dans le désarroi. Pour ramener le coq, une prophétie est invoquée, envoyant la famille de la vieille dame en exil.

  • Acide: 14 cinéastes ont visionné plusieurs centaines de films, 9 sont programmés. Parmi eux, 6 premiers longs métrages, 6 films de fiction et 3 documentaires. L’attention est portée aux films sans distributeurs, qui se partagent la première place de l’affiche.
  • Prix ​​œcuménique : Graines de figuier sauvagedu réalisateur dissident iranien Mohammad Rasoulof.
  • Prix ​​de la meilleure œuvre immersive (IA) :

Noir, créé par Tania de Montaigne (d’après son livre), Stéphane Foenkinos et Pierre-Alain Giraud.

Ces sélections parallèles mettent en lumière un court métrage, le talent prometteur d’un jeune réalisateur qui bénéficie de la médiatisation ultra-médiatique du Festival de Cannes. Les « petits prix » annoncent parfois un grand destin.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV L’Arabie saoudite met en garde contre un pic de chaleur et plusieurs décès
NEXT Gérald Darmanin n’aura pas de candidat LR face à lui dans le Nord