un « choc des moyens » plutôt qu’un choc des connaissances, une mesure « inégale »

un « choc des moyens » plutôt qu’un choc des connaissances, une mesure « inégale »
un « choc des moyens » plutôt qu’un choc des connaissances, une mesure « inégale »

Ce samedi matin, à l’appel des syndicats, une trentaine de personnes se sont rassemblées devant la préfecture des Pyrénées-Orientales contre le choc des savoirs, une mesure jugée inégale par les enseignants et les parents.

Ce samedi 25 mai 2024, parents, enseignants et syndicats se sont réunis devant la préfecture des Pyrénées-Orientales à Perpignan, afin d’affirmer leur opposition au choc des savoirs souhaité par le Premier ministre Gabriel Attal.

Une réforme jugée inégalitaire : “Mettre en compétition les bons élèves n’a aucun intérêt, mais regrouper les élèves en échec, c’est leur enlever tout espoir de réussite.”regrette Nadia Alram, secrétaire départementale du SE-Unsa.

Parents, enseignants et représentants syndicaux se sont rassemblés pour manifester contre le choc des savoirs.
L’INDÉPENDANT – MICHEL CLEMENTZ

Pour Fabien, parents de trois élèves, deux au collège et un en primaire, les groupes de niveaux ne sont pas la solution, loin de là : « Le problème est plutôt le manque de moyens dans les écoles publiques. J’ai un enfant en situation de handicap, nous nous sommes battus pour avoir une AESH (étudiant accompagnateur en situation de handicap), mais ce n’est pas le cas de tous les enfants. Certains ne sont même pas diagnostiqués ! Ces groupes de niveaux ne serviront qu’à créer des divisions entre les enfants. Ils doivent être ensemble. « Être confinés dans des classes de bas niveau, ou des classes pour enfants handicapés, les stigmatise. »plaide le papa.

Lire aussi :
Perpignan-FSU : « Ce samedi, nous serons à Paris pour défendre une école publique égalitaire face au choc des savoirs »

S’il faut constituer des groupes, la solution serait plutôt de faire des classes de 12 ou 15 élèves, de tous niveaux : « Les petits groupes fonctionnent. Et mélanger les enfants permet aux professeurs d’avoir des cours avec de bons élèves, plus autonomes, et d’avoir vraiment du temps pour s’occuper de ceux qui ont plus de difficultés. Là, s’il y a des classes où il n’y a que ça, que feront les professeurs ? Ils ne pourront pas travailler correctement »analyse Fabien.

Parents, enseignants et représentants syndicaux se sont rassemblés pour manifester contre le choc des savoirs.
L’INDÉPENDANT – MICHEL CLEMENTZ

Pour Rémy Landri, président de la fédération des parents des Pyrénées-Orientales, “plutôt qu’un choc des savoirs, il s’agirait d’un choc des moyens, avec des classes moins surchargées”. Cette réforme semble donc y être unanimement opposée : “Nous nous battrons jusqu’à ce qu’il soit supprimé”préviennent les syndicats.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Raphaël Glucksmann soutient « l’union de la gauche », seul moyen à ses yeux de faire barrage au RN
NEXT l’alliance scellée, mais pas de consensus pour Matignon… Des difficultés à venir ? – .