Journée mondiale de l’enfance : « L’intuition d’Alessandro »

Le Père Giuseppe De Stefano, membre du comité exécutif de la Journée mondiale de l’enfance, rappelle la genèse de cet événement. L’année dernière, un petit garçon a proposé au Pape d’organiser un événement dédié aux jeunes, à l’image de ce qui se fait pour les jeunes depuis près de quarante ans. « Dans l’Évangile, Jésus place les enfants au centre, aujourd’hui le Saint-Père nous demande de faire de même », dit le Père Giuseppe.

Andrea De Angelis – Cité du Vatican

Avant tout, je m’adresse à chacun personnellement, à toi, cher enfant, parce que tu es précieux aux yeux de Dieu, comme nous l’enseigne la Bible et comme Jésus l’a démontré tant de fois.« . C’est ainsi que le pape François a adressé le message de la première Journée mondiale de l’enfance aux enfants du monde entier. Cet événement international majeur rassemble les enfants du monde entier les 25 et 26 mai à Rome, avec la rencontre au Stade olympique l’après-midi du 25 mai. Une centralité, celle des enfants, également présente dans l’Évangile, comme le dit le Père Giuseppe De Stefano le rappelle, dans une interview accordée aux médias du Vatican, quelques heures avant le début de l’événement.

Jésus et les enfants

Que signifie mettre les enfants au centre ? “Le message du Saint-Père nous aide à nous rappeler que chez les enfants nous trouvons toute la nouveauté de l’Évangile, ce sont eux qui expriment ce qu’est l’Église, mère et enfant à la fois.», répond le Père Giuseppe. Un message dans lequel François rappelle que «nous sommes tous des enfants et des frères, et personne ne peut exister sans que quelqu’un ne lui ait donné naissance“, puis demande “écouter les enfants, en les remettant au centre comme Jésus l’a fait« . Pour l’Église, cela signifie «revenir à la fraîcheur de l’Esprit, sans fermer les yeux sur l’histoire, car la valeur des petits selon le cœur de Dieu, ne peut pas nous amener à fermer les yeux sur les problèmes de l’enfance« . Le pasteur revient sur des données récentes publiées par l’Unicef, selon lesquelles, «400 millions d’enfants vivent dans des zones de guerre» et des dizaines de milliers de petits sont «tué et mutilé“, une moyenne de “20 par jour.

La genèse de la Journée mondiale de l’enfance

L’action de l’Esprit Saint a inspiré le pape François à travers la voix d’un enfant, Alessandro, qui, dans un podcast, a appelé à une Journée mondiale de l’enfance, comme c’est déjà le cas pour les jeunes des JMJ.« . Ce podcast a été produit par Radio Vatican – Vatican News en juillet 2023. Le Pape a répondu : «C’est une excellente idée, alors tu dois venir à Rome avec tes parents et grands-parents», se souvient le Père Giuseppe, précisant que tout est parti de là.

L’organisation a donc commencé avec le Dicastère de la Culture et de l’Éducation et, après l’annonce en décembre dernier, «Aujourd’hui“, il expliqua, “nous en avons environ 100 000 enfants”. “Lorsque nous multiplions la richesse des charismes, des dons et des initiatives, comme la Communauté de Sant’Egidio, les organisations sportives, les différentes associations, les écoles, nous constatons une croissance de l’engagement qui conduit aujourd’hui à ce», le tout coordonné par le Père Enzo Fortunato.

Enfants, adultes et personnes âgées

Le pape François a souligné à plusieurs reprises l’importance considérable du dialogue intergénérationnel. “Écouter, ce n’est pas seulement entendre, mais aussi adhérer et obéir« . Une obéissance quine veut pas dire soumission», mais, a-t-il indiqué, qui «c’est faire confiance à ceux que j’ai écoutés, ce qui est bien pour moi. Je crois que les adultes doivent être à l’écoute des jeunes et des enfants, qui ont le droit d’exprimer leur nouveauté“, Sinon « nous ne construisons pas une tradition qui perdure avec l’Esprit, mais nous faisons de l’archéologie« . En même temps, les religieux ont invité : «les jeunes et les enfants doivent écouter les adultes sans l’arrogance de quelqu’un de né érudit. Là où il y a écoute, il y a acceptation, respect, dignité et gentillesse.« .

Enfin, le Père Giuseppe De Stefano souligne que François accorde une grande attention « àaux enfants et aux personnes âgées, qui constituent les maillons les plus fragiles de la société. Les personnes âgées pour qu’ils ne soient pas rejetés, les enfants pour qu’ils soient éduqués dans leur sacré« . Il y a donc “un monde d’adultes, une Église d’adultes qui doit assumer ce grand témoignage : écouter les enfants et les personnes âgées, mettre au centre le maillon le plus faible», a conclu le curé.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Von der Nonne zur LGBTQ+-Pionierin
NEXT La Chine proteste auprès de l’Inde après la réponse de Modi aux félicitations du président Lai