« ce sont les acolytes les plus fidèles de la collégiale et des églises de Mons »

« ce sont les acolytes les plus fidèles de la collégiale et des églises de Mons »
« ce sont les acolytes les plus fidèles de la collégiale et des églises de Mons »

Avec ses plus de 1.500 participants, la procession du Car d’Or est la plus grande procession religieuse de Wallonie – et aussi la plus belle, diront certains. Ce dimanche dès 9h30, les reliques de Sainte-Waudru défileront en procession à travers la ville sous le regard et les applaudissements des habitants. La procession, dont les origines remontent au XIVe siècle, attire chaque année des milliers de personnes.

En costumes d’époque, les participants rappellent que Mons a toujours joué un rôle capital dans l’histoire européenne. Les confréries et les corporations défilent en musique. Le Car d’Or ferme la marche. Sur le char, autour du sanctuaire de Sainte-Waudru, un prêtre accompagné d’acolytes lit un miracle attribué au saint en plusieurs lieux emblématiques de la ville. Lors des lectures, les fidèles remettent divers objets aux enfants qui les appliquent au sanctuaire dans l’espoir qu’ils leur porteront chance.

Mais qui sont ces enfants ? «Il s’agissait initialement des enfants de chœur de la collégiale Sainte-Waudru»explique André Minet, doyen. « Mais ces dernières années, cette pratique a également été étendue aux enfants de chœur de la ville. Bien sûr, il n’est pas nécessaire d’être enfant de chœur pendant deux semaines ou quelques mois pour espérer monter dans le carrosse d’or. Il faut être un habitué et bien sûr participer à tout : la descente de la châsse, la procession, le retour de la chasse.

L’essor de la voiture d’or en vidéo

Les nouveaux arrivants, ou du moins les enfants qui ne montent pas sur le char d’apparat, participent alors au cortège à ses côtés. « Ce sont, en quelque sorte, les acolytes les plus fidèles de la collégiale et des églises de la région qui ont l’honneur de s’y rendre. Il peut y en avoir au maximum 12 et sont choisis par moi. Cette année, il y en aura dix.

A côté d’eux se trouvera un prêtre. « Cela doit toujours avoir un lien avec Mons : c’est soit un prêtre qui est né à Mons, soit un prêtre qui exerce à Mons. Par exemple, nous avons déjà accueilli un moine de Maredsous, qui n’exerce donc pas ici mais qui est né à Mons. L’identité de ce dernier reste discrète, elle n’est révélée qu’une seule fois par le doyen, lors de la cérémonie de descente du sanctuaire.

Précisons également que cette année, le cortège – qui reprendra son itinéraire d’avant les travaux et repassera donc à nouveau par le quartier Léopold et la gare – accueillera une délégation venue d’Herentals, qui défilera devant un reliquaire dédié à Sainte Waudru ( reliquaire offert par les chanoinesses à la ville de Herentals en 1685) et que pour la première fois, les Français (Maubauge) de la chapelle Sainte Aldegonde (Sainte Aldegonde étant la sœur de Waudru) y participeront. Le cortège comprendra, comme l’année dernière, des personnes handicapées et, pour la première fois, des bénéficiaires des Amis des Aveugles de Ghlin.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

NEXT Une interview vertieft die Gräben – .