Triple meurtre à Rivière-des-Prairies en 2021

Triple meurtre à Rivière-des-Prairies en 2021
Triple meurtre à Rivière-des-Prairies en 2021

Il conduisait son ami à une adresse inconnue sans savoir qu’ils allaient commettre l’irréparable : le conducteur impliqué dans un triple meurtre survenu en 2021 dans le secteur de Rivière-des-Prairies a plaidé coupable la semaine dernière à une accusation d’homicide involontaire. Il affirme n’avoir aucune idée que ses coaccusés allaient tirer en direction d’un groupe ce jour-là.


Publié à 1h12

Mis à jour à 5h00

Ce qu’il faut savoir

Marlon Francisco Villa-Guzman, accusé d’avoir participé à un triple meurtre à Rivière-des-Prairies, a plaidé coupable la semaine dernière à un chef d’accusation réduit d’homicide involontaire coupable.

L’homme d’une vingtaine d’années a écopé de 10 ans de prison. Il a admis avoir conduit la voiture jusqu’à la scène du crime, mais a déclaré qu’il ne savait pas qu’une fusillade mortelle allait se produire.

Marlon Francisco Villa-Guzman a été condamné mercredi à 10 ans de prison, une suggestion commune du procureur M.e Anne-Andrée Charette et son avocat Me Célia Hadid.

2 août 2021, 18 h 51 Cinq personnes ont été abattues lors d’une fusillade devant un immeuble du boulevard Perras, dans le secteur Rivière-des-Prairies à Montréal. Cette fusillade – qui a fait trois morts et deux blessés – a secoué le quartier résidentiel. Un triple meurtre, en plein jour.

Jerry Willer Jean-Baptiste, 29 ans, Jefferson Syla, 29 ans, et Molière Dantès, 63 ans, ont été abattus.

type="image/webp"> type="image/jpeg">>>

PHOTO OLIVIER JEAN, ARCHIVES -

Impact de balle dans une fenêtre de l’immeuble près duquel la fusillade s’est produite en août 2021 à Rivière-des-Prairies

Au total, 26 douilles d’obus bordent les environs du lieu visé, selon le constat conjoint déposé au tribunal. Les coups de feu ont été tirés depuis deux véhicules en mouvement, une Mazda 6 suivie d’une Pontiac Grand Prix noire. La voiture noire appartient à Marlon Francisco Villa-Guzman, qui la conduisait le jour du drame.

Il a plaidé coupable la semaine dernière de homicide involontaire et de voies de fait graves. Il a été inculpé de meurtre avec préméditation peu après son arrestation en octobre 2021. Trois autres hommes, dont l’identité est protégée par un arrêté, auraient participé au triple homicide.

Peur de son ami

L’homme de 28 ans affirme, selon des documents judiciaires obtenus par -, ne connaissant pas les victimes et n’étant associé à aucun groupe. Selon sa réponse à l’accusation, il rendait simplement service à un ami – son coaccusé dans cette affaire – en prêtant et en conduisant sa voiture. M. Villa-Guzman a cependant « peur de lui », selon les faits rapportés au tribunal. Il croule donc sous la pression pendant que son ami « lui crie dessus » au téléphone puis lui dit « qu’il faut qu’ils aillent quelque part ».

« Nous ne lui promettons rien et ne lui donnons rien en échange de ce service, mais parfois les gens l’utilisent parce qu’il ne sait pas dire non », peut-on lire dans le résumé des faits.

Sans donner de détails, son complice présumé le conduit vers une rue perpendiculaire au boulevard Perras, où ils croisent le deuxième véhicule impliqué. M. Villa-Guzman reconnaît la voiture Mazda d’un homme qu’il connaît, également accusé du triple homicide. Deux autres personnes sont assises à l’arrière de la voiture, dont un jeune homme qu’il connaît du quartier où il a grandi, Montréal-Nord.

Un mauvais pressentiment

Le conducteur ne participe pas à la discussion, mais comprend que sa mission est de passer devant l’adresse pour voir qui est là, rien de plus. Il dit qu’il n’a pas entendu ni eu de discussions concernant des coups de feu, des armes à feu ou des violences.

Malgré l’anxiété croissante, un mauvais pressentiment et son envie de quitter la région, il reste par crainte de représailles.

Ses craintes se sont confirmées lorsque son ami a sorti une arme à feu et a commencé à tirer, selon son récit. Le conducteur, paniqué, a appuyé sur l’accélérateur pour quitter les lieux le plus rapidement possible et éviter une escalade des tirs, selon l’exposé commun des faits.

« À ce stade, il est devenu sourd et sous le choc. La seule chose qu’il dit à [son ami] pendant le trajet, c’est « c’est foutu » ou « c’est quoi ce bordel ». »

Une fois arrivé chez lui, il apprend par les médias que la fusillade a fait des victimes.

Il reste éveillé jusqu’au petit matin, rongé par la peur d’être arrêté. Il est mécontent lorsque son ami lui propose de se débarrasser de la voiture de collection qu’il conduisait lors du tournage. Il a fini par vendre le véhicule pour 500 $.

M. Villa-Guzman, en larmes, a présenté ses excuses aux familles des victimes lors de la présentation de la peine mercredi.

Le procès des trois autres accusés dans cette affaire de triple homicide est prévu en septembre prochain.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Sdis 34 en renfort
NEXT Les baleines grises du Pacifique diminuent à mesure que le climat se réchauffe