Le prix du coton graine de premier choix fixé à 325 francs CFA le kg et de deuxième choix à 300 francs CFA le kg

Le prix du coton graine de premier choix fixé à 325 francs CFA le kg et de deuxième choix à 300 francs CFA le kg
Le prix du coton graine de premier choix fixé à 325 francs CFA le kg et de deuxième choix à 300 francs CFA le kg

L’Association Interprofessionnelle du Coton du Burkina Faso (AICB) a organisé une conférence de presse pour faire le point sur la campagne cotonnière 2023/2024 et annoncer les préparatifs de la nouvelle campagne 2024/2025. La conférence de presse s’est tenue ce vendredi 24 mai 2024 à Ouagadougou.

Pour la campagne cotonnière 2024-2025, le prix d’un sac de 50 kg d’engrais composé NPKSB est fixé à 25 000 francs CFA. Le sac de 50 kg d’engrais azoté urée (46%N) coûte 27 000 francs CFA. Le traitement insecticide d’un hectare coûte 6 000 francs CFA.

Selon le président de l’AICB, Nikiébo N’kambi, le prix du coton graine de premier choix est fixé à 325 francs CFA le kg et de deuxième choix à 300 francs CFA le kg.

Le président a indiqué que leur association s’est fixé un objectif de production pour cette campagne, 595 000 tonnes de coton graine conventionnel et 3 250 tonnes de coton biologique.

Le président de l’association Nikiébo N’kambi

Pour atteindre ces objectifs, certaines mesures et actions d’accompagnement seront initiées avec une priorité donnée à la fertilisation et à la protection phytosanitaire. « Un accent particulier sera mis sur la production et l’utilisation d’engrais organiques. Outre les sessions de formation des agents de terrain et des producteurs, les campagnes d’information et de sensibilisation à travers les médias seront maintenues et améliorées », a indiqué le secrétaire général de l’association Ousséni Traoré.

Il garde espoir que le Burkina Faso retrouvera sa position de pionnier dans la production cotonnière en Afrique de l’Ouest. « Malgré les difficultés et certaines contre-performances de la filière coton burkinabè, l’AICB garde une foi inébranlable dans un retour triomphal du coton burkinabè sur la scène mondiale. C’est pourquoi, convaincue que demain sera meilleur, elle continuera d’inviter tous les acteurs de ce secteur ainsi que tout le peuple burkinabè, à se rassembler autour de ce que certains appellent l’or blanc du Burkina. a suggéré le secrétaire général de l’AICB.

Le bilan de la campagne 2023-2024

Selon le secrétaire général, les objectifs fixés pour la campagne 2023-2024 n’ont pas été atteints.

« La campagne 2023/2024 a été réalisée grâce à l’engagement de 161 606 chefs d’exploitation agricole dont 3 197 femmes regroupés en 7 386 sociétés coopératives simplifiées de producteurs de coton (SCOOPS-PC). Les superficies ensemencées s’élèvent à 462.163 hectares contre une prévision de 740.000 hectares des comités de crédit, soit un taux de réalisation de 62% ce qui représente un manque à gagner d’environ 277.000 hectares. Dans les trois zones cotonnières et par rapport à la dernière campagne, les superficies ensemencées ont enregistré une baisse de l’ordre de 25 %. La baisse au niveau de la SOCOMA est très considérable et atteint 89%», a souligné l’intervenant.

Le secrétaire général de l’association Ousseni Traoré

Et d’ajouter « Au niveau national, la production attendue pour la campagne 2023/2024 pourrait atteindre 386 794 tonnes de coton graine à l’issue de la campagne d’égrenage, soit une baisse de 4%. La production pourrait augmenter légèrement dans les zones SOFITEX et FASO COTON, respectivement de 2% et 4% par rapport à la campagne précédente. Ce qui n’est malheureusement pas le cas de la zone SOCOMA qui connaît une baisse importante de sa production de l’ordre de 88%.

Rama Diallo

LeFaso.net

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV une journée portes ouvertes au Vignoble des Lacs
NEXT une nouvelle fuite que les fans n’ont pas vu venir