La solidité de l’économie américaine plus forte que Nvidia, le CAC 40 limite ses gains

La solidité de l’économie américaine plus forte que Nvidia, le CAC 40 limite ses gains
La solidité de l’économie américaine plus forte que Nvidia, le CAC 40 limite ses gains

(BFM Bourse) – La Bourse de Paris limite ses gains ce jeudi soir, dans un marché miné par de nouvelles tensions sur le marché obligataire après un nouvel indicateur américain témoignant de la robustesse de la première économie mondiale.

Même les résultats stratosphériques de Nvidia ne suffisent plus… Du moins à la Bourse de Paris qui a clôturé de peu à 8 100 points. Son indice phare, le CAC 40, a limité sa progression à 0,13% à 8.102,33 points ce jeudi soir.

La macroéconomie était chargée de gâcher la fête des investisseurs qui avaient accueilli avec un certain soulagement les résultats époustouflants de Nvidia. Le géant américain des processeurs a une nouvelle fois brisé les attentes au premier trimestre lorsque ses perspectives ont également été saluées.

De quoi alimenter l’engouement pour un titre qui a dépassé le cap symbolique des 1.000 dollars dès l’ouverture ce jeudi à Wall Street. Et grâce à Nvidia, le S&P 500 et le Nasdaq ont enregistré de nouveaux plus hauts, à respectivement 5 341,88 points et 16 996,38 points.

Et pourtant, ces records pour les deux indices américains ont été atteints alors que les investisseurs sont assaillis par des doutes sur les politiques monétaires. Les minutes de la Réserve fédérale américaine sont teintées de prudence, puisque certains membres de l’institution ont même évoqué la possibilité d’un nouveau resserrement de la politique monétaire dans le cas où l’inflation resterait tenace.

Et les dernières statistiques publiées ce jeudi aux Etats-Unis brouillent encore davantage les cartes. Les dernières inscriptions hebdomadaires au chômage ont été inférieures aux prévisions, à 215 000 demandes. Et surtout, un indicateur d’activité du secteur privé américain accélère plus que prévu.

L’indice PMI composite S&P Global a atteint 54,4 en mai, selon une estimation préliminaire, contre 51,3 points le mois précédent. Il s’agit de son plus haut niveau depuis près de deux ans. Autant de signaux qui témoignent de la robustesse de la première économie mondiale et qui alimentent à leur tour les tensions sur le marché obligataire. Le rendement de la dette américaine à 10 ans approche désormais les 4,50% tandis que le rendement de la dette française de même maturité tend vers 3,079%.

En Europe, les derniers chiffres d’activité (indice composite PMI Flash HCOB) montrent des dynamiques divergentes au sein des pays de l’union monétaire. Si en Allemagne, l’activité du secteur privé a progressé plus vite que prévu, en France en revanche, elle s’est légèrement contractée à 49,1 en mai, après 50,5 en avril. Le seuil de 50 distingue une contraction d’une expansion de l’activité. Dans l’ensemble de la zone euro, il est passé de 51,7 en avril à 52,3 en mai, son plus haut niveau depuis 12 mois.

STMicroelectronics en bonne forme après Nvidia

Parmi les entreprises françaises, Euroapi bondit de 10% après l’annonce d’un accord pour produire des principes actifs pour une entreprise mondiale de santé animale. La valeur totale attendue du contrat est de l’ordre de 130 à 150 millions d’euros, sur la période 2025-2029.

Sur les autres marchés, l’euro est quasi stable à 1,0830$. Les prix du pétrole baissent à nouveau. Le contrat Brent de la mer du Nord de juillet a chuté de 0,7% à 81,30 dollars le baril, tandis que le contrat WTI de juillet a chuté de 1% à 76,83 dollars le baril.

Sabrina Sadgui – ©2024 BFM Bourse

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV la maison voisine brûle complètement le lendemain, mardi (Vidéo)
NEXT Une interview vertieft die Gräben – .