Stanley Vollant veut que les peuples autochtones « soient entendus »

Stanley Vollant veut que les peuples autochtones « soient entendus »
Stanley Vollant veut que les peuples autochtones « soient entendus »

Le médecin innu Stanley Vollant a été nommé mercredi pour siéger au conseil d’administration de la nouvelle agence Santé Québec. Seul Autochtone de ce groupe, il s’est donné le mandat de « faire entendre la voix des premiers peuples », d’améliorer l’accès aux soins pour les communautés éloignées et d’offrir des soins « culturellement sécuritaires » aux Premières Nations. et les Inuits.

Je veux m’assurer que les voix des premiers peuples soient entendues, écoutées et prises en considération. Je veux m’assurer que ces voix ne soient jamais oubliéesa expliqué le médecin innu de la communauté Pessamit en entrevue avec Espaces nationaux.

Après avoir évalué les 600 candidatures reçues, le gouvernement du Québec a annoncé jeudi les noms des 15 personnes sélectionnées pour siéger au QUE. de Santé Québec. Le Dr Vollant siégera notamment aux côtés de Régine Laurent, qui a présidé la Commission spéciale sur les droits de l’enfance et la protection de la jeunesse de 2019 à 2021.

A lire et à écouter :

Dans le réseau de la santé, il y a des problèmes liés à l’accès aux soins, au racisme et à la sécurité culturelle. Ce sont des choses qu’il ne faut absolument pas oublier, et avoir une voix autochtone au sein de ce conseil d’administration est un plus.poursuit le chirurgien de 59 ans.

De plus, les Premières Nations et les Inuits ont des besoins différents des Québécois en matière de soins, a-t-il souligné à l’émission Tout un matin sur les ondes d’ICI Première le lendemain de sa nomination. Par exemple, certaines maladies sont plus répandues dans les communautés autochtones, notamment le diabète, les problèmes de santé mentale et la toxicomanie, explique M. Vollant, qui a étudié la médecine à l’Université de Montréal.

Les Autochtones sont également beaucoup plus pauvres que le reste de la population québécoise et leur niveau de scolarité demeure plus faible. Au niveau socio-sanitaire, les données sont très pauvres et doivent être amélioréesil a déploré.

Deux priorités

Parmi les enjeux que le Dr Vollant souhaite gérer au cours de son mandat, il entend intégrer la notion de sécurité culturelle au sein du réseau de la santé. afin que chaque personne autochtone puisse être traitée sur un pied d’égalité.

Il mentionne également l’amélioration de l’accès aux soins chez les premiers peuples, notamment la continuité des soins lorsque le patient revient dans sa communauté. Il est important que les communautés autochtones deviennent partenaires [du réseau de la santé] afin que les informations sur les patients soient transférées et qu’il y ait une continuité des soins fournisil insiste.

Nous avons atteint un moment où les premiers peuples sont devenus essentiels. Améliorer leur santé a un effet positif sur la société québécoise.

Une citation de Stanley Volant

S’il admet que les problématiques d’accès aux soins et de sécurité culturelle ne sont pas nouvelles, il espère néanmoins que le côté « apolitique » de la nouvelle agence Santé Québec permettra de mettre en œuvre des solutions à long terme plutôt que simplement électorales. .

Docteur Stanley Vollant

Photo : Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Centre-Sud de Montréal

Notons également que l’été dernier, le Dr Vollant est devenu médecin-conseil auprès de la Commission de la santé et des services sociaux des Premières Nations du Québec et du Labrador (CSSSPNQL).

La CSSSPNQL sera utile pour aborder les enjeux des Premières Nations dans le QUE de Santé Québec, qui bénéficiera d’informations et d’information. Ce sont deux grands chapeaux à porter, mais qui sont complémentaires », « texte » : « Mon rôle à la CSSSPNQL sera utile pour aborder les enjeux des Premières Nations au Conseil de Santé Québec, qui bénéficiera d’informations et d’information. Ce sont deux grands chapeaux à porter, mais ils sont complémentaires”}}”>Mon rôle à CSSSPNQL sera utile pour aborder les problèmes des Premières Nations dans QUE. de Santé Québec, qui bénéficiera d’informations et d’information. Ce sont deux grands chapeaux à porter mais qui sont complémentairesil assure.

UN QUE. diversifié

La composition du conseil d’administration est particulièrement diversifiée, s’est-il réjoui. LE QUE. est composé, entre autres, de Régine Laurent, infirmière de formation qui a, entre autres, présidé la Commission spéciale sur les droits des enfants et la protection de la jeunesse de 2019 à 2021, et de Diane Lamarre, ancienne députée péquiste et ex-présidente du ‘Ordre des Pharmaciens. LE QUE. sera présidé par l’entrepreneure et femme d’affaires Christiane Germain.

Les membres viennent d’horizons différents, cela enrichira donc la discussion et j’espère que cela nous permettra de voir d’autres façons de développer de nouvelles stratégies et de gérer le système de santé.il a souligné.

>>>>

Ouvrir en mode plein écran

L’entrepreneure et femme d’affaires Christiane Germain présidera le conseil d’administration de Santé Québec.

Photo de : Attraction

Malgré les doutes qui subsistent quant à la création de cette nouvelle agence et à sa capacité à réformer le réseau de santé de la province, le Dr Vollant se veut optimiste. Le statu quo n’est plus acceptable au Québec. Les soins aux patients doivent être améliorés. Je donne une chance à cette agence d’atteindre ses objectifs.a-t-il déclaré sur ICI Première.

Créée en vertu du projet de loi 15, adopté sous silence en décembre dernier, l’agence gouvernementale Santé Québec aura pour mandat de gérer et de coordonner les activités quotidiennes de l’ensemble du réseau de santé québécois, qui regroupe au total plus de 300 000 travailleurs répartis dans des centaines d’établissements.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Trump assure qu’il n’est pas « raciste » car il a de nombreux « amis noirs »
NEXT Chen ouvre-t-il une « PORTE » qui est « Vide » ? – .