Cérémonie pour la journée nationale d’hommage aux victimes de l’esclavage – Actualités – .

Cérémonie pour la journée nationale d’hommage aux victimes de l’esclavage – Actualités – .
Cérémonie pour la journée nationale d’hommage aux victimes de l’esclavage – Actualités – .

Cérémonie de la journée nationale d’hommage aux victimes de l’esclavage, à Epinal, présidée par David Percheron, secrétaire général de la préfecture des Vosges, aux côtés d’élus locaux.

A cette occasion, les élèves du collège Clemenceau ont notamment lu la biographie d’Henri Jean-Baptiste GREGOIRE, dit Abbé Grégoire, dont porte le nom la rue dans laquelle s’est déroulée cette cérémonie (voir ci-dessous).

Cette fête nationale fait référence à la marche du 23 mai 1998 qui a contribué au débat national ayant conduit au vote du 21 mai 2001, reconnaissant l’esclavage comme crime contre l’humanité.

Elle s’inscrit dans le temps des mémoires de l’esclavage, de la traite négrière et de leurs abolitions, dont la fête nationale a été fixée au 10 mai.

Plus d’informations : https://memoire-clavage.org/ Henri Jean-Baptiste GREGOIRE dit Abbé GrégoireNé le 4 décembre 1750 à Vého en Meurthe-et-Moselle, Henri Jean-Baptiste Grégoire est un prêtre catholique qui fut une figure majeure dans le mouvement abolitionniste mondial.

Principalement connu pour son rôle dans la Révolution française, il s’est engagé plus largement en faveur des droits de tous, quelles que soient leur religion ou leur origine.

Tout au long de sa vie, il fut un ardent opposant à l’esclavage.

Le 9 décembre 1789, Grégoire adresse à l’Assemblée son Mémorandum en faveur « des gens de couleur et métis de Saint-Domingue et des autres îles françaises d’Amérique » et plaide pour leurs droits et leurs libertés, et poursuit son combat au sein de la Société des Amis des Noirs, principale association abolitionniste française. Le 27 juillet 1793, il supprime la prime royale versée aux négriers pour encourager la traite négrière, aide de l’État qui contribua largement au développement de la traite négrière, avant d’insister, en tant que membre de la Convention nationale, pour que le terme même l’esclavage est utilisé dans le décret d’abolition du 4 février 1794, afin que son sens ne puisse être abusé par ses détracteurs.

Son combat ne s’arrête pas là.

Sous le Directoire, il entretient une correspondance avec Toussaint Louverture pour l’aider.

En mai 1802, devenu sénateur, il fut l’un des seuls membres de cette assemblée à voter contre le rétablissement de l’esclavage par Bonaparte.

Il restera étroitement lié à Haïti où il est célébré comme un ami de la première république noire de l’histoire.

Il a également interagi avec les partisans de l’abolition dans le monde entier et a tenté de convaincre le président Jefferson, qu’il connaissait, d’abolir l’esclavage aux États-Unis. Il disparaît le 28 mai 1831 à Paris, et est enterré sans les honneurs de l’Église ni des autorités civiles, mais accompagné de plusieurs milliers de Parisiens.

Ses cendres seront transférées au Panthéon, avec celles de Condorcet, dans le cadre des commémorations du Bicentenaire de la Révolution.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV adolescent condamné à 20 ans de prison
NEXT comment rouler en toute sécurité ? – .