ce que la réforme de l’audiovisuel public pourrait changer pour les téléspectateurs

ce que la réforme de l’audiovisuel public pourrait changer pour les téléspectateurs
ce que la réforme de l’audiovisuel public pourrait changer pour les téléspectateurs

Défendu par la ministre de la Culture Rachida Dati, le projet de loi visant à regrouper France Télévisions, Radio France, France Médias monde et l’Institut national de l’audiovisuel (INA) sera débattu à l’Assemblée nationale ce jeudi 23 et vendredi 24 mai. s’opposent à cette réforme de l’audiovisuel et ont appelé à la grève dans les deux prochains jours.

Tout un secteur mobilisé : de France Télévisions à Radio France, les personnels sont en grève ce jeudi 23 mai et vendredi 24 mai contre le projet de fusion éclair de l’audiovisuel public défendu par la ministre de la Culture, Rachida Dati.

Approuvé par une commission parlementaire le 14 mai, le texte sera débattu par les députés à l’Assemblée nationale ces mêmes jours, avec 280 amendements au menu. Mais concrètement, qu’apporte cette réforme et qu’est-ce qu’elle changerait pour les téléspectateurs ?

Quatre entités fusionnées pour former un mastodonte de l’audiovisuel

L’objectif final de la réforme de l’audiovisuel public aboutit à la création d’une société unique, qui regrouperait France Télévisions et Radio France, mais aussi l’Ina (Institut national de l’audiovisuel) et France Médias Monde (RFI, France 24). Soit quelque 16 000 salariés concernés. Ce mastodonte de l’audiovisuel appelé « France Médias »aurait un budget de quatre milliards d’euros.

Selon Rachida Dati, l’audiovisuel public a «des forces indéniables», mais “Dispersé”, Et siexposé à un “risque d’affaiblissement” face à l’explosion des plateformes de streaming. Cet ogre du PAF, dont le capital sera détenu à 100% par l’Etat, est donc censé donner « un second souffle » aux quatre entités fusionnées.

Organisée en différentes étapes, la réforme prévoit d’abord une phase transitoire avec une holding commune (c’est-à-dire une société qui contrôle d’autres sociétés) au 1er janvier 2025, puis une fusion un an plus tard.

Arte et TV5 Monde, deux chaînes publiques, sont exclues du champ d’application de l’amendement de par leur nature : la première est franco-allemande, la seconde est internationale.

Une offre « plus riche » et moins de publicité

Pour les téléspectateurs, ces changements se traduisent, selon les auteurs de l’amendement, par « une offre plus riche, mieux mise en avant sur tous les canaux de distribution »pour qu’elle puisse « s’adresser à tous les Français ». La société holding, quant à elle, devrait permettre « pour accélérer les décisions et se concentrer sur l’offre au public »indique Delphine Ernotte dans des propos rapportés par Capital.

Les auteurs de la réforme souhaitent également instaurer un seuil maximum de revenus publicitaires et de sponsoring afin de limiter la publicité sur les chaînes publiques. Un amendement autorise cependant les chaînes privées à disposer de trois pauses publicitaires pour les films de plus de deux heures, contre deux actuellement.

Enfin, il existe également une obligation pour les ligues professionnelles de réserver aux chaînes gratuites le droit de diffuser des extraits d’événements sportifs. Les plateformes privées en ligne comme Amazon Prime devront respecter les mêmes règles que les chaînes de télévision payantes : elles ne pourront pas diffuser exclusivement des événements sportifs et devront respecter les réglementations en matière de publicité et de sponsoring.

Un projet jugé « inefficace et dangereux »

Ce projet de rapprochement de l’audiovisuel public est loin de faire l’unanimité. Dans un forum à Monde Publié ce mercredi 22 mai, plus de 1 100 salariés de Radio France, dont les présentateurs Léa Salamé, Nicolas Demorand, Guillaume Erner et Nagui, ont exprimé leur rejet d’un projet « démagogique, inefficace et dangereux ». Il “constitue un danger majeur pour Radio France et ses équipes”précise le SNJ dans un communiqué publié le 16 mai.

Le SNJ est signataire des préavis de grève déposés les 23 et 24 mai à
ud83dudcfb Radio France
ud83dudda5 France Télévisions
ud83cudf0d France Médias Monde

5000 journalistes sont concernés !

MOBILISATION contre la fusion, pour un secteur audiovisuel public renforcé, indépendant et multiple ! u270aufe0f pic.twitter.com/CO3Di7eYkR

— SNJ – premier syndicat des journalistes (@SNJ_national) https://twitter.com/SNJ_national/status/1791208887430820298?ref_src=twsrc%5Etfw

Au personnel, Rachida Dati a assuré dimanche : «Je veux vous garantir non seulement votre pérennité mais (aussi) votre force» dans un univers de « concurrence accrue »entre plateformes et réseaux sociaux.

Des préavis de grève ont été déposés dans les quatre entreprises publiques concernées, où l’on craint pour les ressources et l’emploi. Un rassemblement est prévu près du ministère de la Culture ce jeudi 23 mai à 13h30, et une autre mobilisation pourrait avoir lieu le 28 mai, dans le cas où le premier vote solennel sur la réforme par les députés est maintenu à cette heure. date.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV A VOIR | Parc des Laurentides fermé en direction nord : un adolescent grièvement blessé dans un accident de la route causé par l’alcool
NEXT La reine Margrethe remet le prix Prince Henrik à un poète