“Je me suis dit que ça allait être mission impossible”, l’histoire d’une alliance revenue 75 ans après sa disparition

“Je me suis dit que ça allait être mission impossible”, l’histoire d’une alliance revenue 75 ans après sa disparition
“Je me suis dit que ça allait être mission impossible”, l’histoire d’une alliance revenue 75 ans après sa disparition

C’est une histoire rocambolesque : un soldat allemand, stationné à Sainte-Maxime, dans le Var en 1944, « a trouvé » une bague en or dans une villa de la Riviera. Il le ramène avec lui en Allemagne. 75 ans plus tard, l’alliance rejoint la famille varoise de Jeanne-Henri Robert, épouse d’un célèbre homme politique du XXe siècle.

L’histoire se déroule en 1944, pendant la Seconde Guerre mondiale dans le département du Var.

Johann Schuhbauer est un soldat allemand de l’armée du Reich. Il réside dans une villa azuréenne à Sainte-Maxime, dans le Var, réquisitionnée, durant cette partie de la Seconde Guerre mondiale, par les Allemands. Lors de la débâcle allemande, il fut capturé par les Américains. Puis, à la fin de la guerre, il rentre en Allemagne où il meurt en 1963.

L’histoire aurait pu s’arrêter là… Mais non !

Plusieurs années plus tard, la fille de Johann Schuhbauer, qui vit encore aujourd’hui en Allemagne, a trouvé parmi les effets personnels de son défunt père une alliance avec deux noms français gravés à l’intérieur. et une date : Jeanne-Henri Robert – Paul Reynaud 14 février 1912.

Intriguée par ce bijou très personnel, et qui, de toute façon, ne doit pas appartenir à sa famille, elle décide de partir à la recherche de son propriétaire. Passionnée de généalogie et d’histoire, elle a entendu parler de Jean-Loup Gassend qui fait lui-même de nombreuses recherches sur la période de la Seconde Guerre mondiale. C’est ici que commence vraiment cette histoire.

Contacté, l’inspecteur Columbo de la Seconde Guerre mondiale décide de relever le défi : « Je me suis dit que c’était intéressant, cette histoire. Cette bague qui n’était pas la sienne, puisqu’il l’avait prise dans une maison, devait évidemment avoir pour lui une certaine importance. Toutes ces années, il l’a gardé. Il ne l’a pas vendu. Il ne l’a pas fait fondre, même lorsqu’il était prisonnier. Il ne l’a pas échangé. Pourtant, cet homme a dû traverser des moments difficiles. Mais il a gardé cette bague. Même sa fille, après l’avoir découvert, l’a toujours gardé.”

Je me suis dit que ça allait être mission impossible ! Mais celui qui n’essaye pas n’a rien !

Ma mission, si je l’acceptais, était donc de restituer cette bague à son propriétaire, ou plutôt aux descendants de celui à qui elle appartenait.

>>

Jean-Loup Gassend, médecin légiste, allie ses deux passions, médecine et histoire contemporaine, en redonnant une identité aux corps des disparus des deux guerres mondiales du XXe siècle.

© Jean-Loup Gassend

Lorsque le Franco-Canadien reçoit la bague par la poste, il ouvre le colis et constate : « Habituellement, sur ce type de bague, il y a, parfois gravées, dans le meilleur des cas, des initiales. Ce qui veut dire que la recherche est alors très difficile. Mais ici, en regardant attentivement cette bague, j’ai clairement vu qu’il y avait de très belles inscriptions. Je pouvais lire : Jeanne-Henry Robert – Paul Renault et une date : 14 février 1912.

>
>

C’est grâce aux inscriptions à l’intérieur de cette bague que Jean-Loup Gassend a pu retrouver la descendance de Jeanne-Henri Robert qui épousa Paul Reynaud le 12 février 1912 à Paris.

© Jean-Loup Gassend / Famille Schuhbauer

Paul Reynaud ! Un prénom et un nom évocateurs pour l’enquêteur. Serait-ce Paul Reynaud ! « Quand j’ai vu ce nom, Paul Reynaud, je l’ai tout de suite reconnu ! Je me suis dit, regarde ça, c’est le même nom que le célèbre homme politique des années 40, Paul Reynaud. Homme politique des années 30/40 au moment de la Seconde Guerre mondiale. Ma passion !”.

Paul Reynaud était en effet un homme d’État français. Il fut plusieurs fois ministre sous la Troisième République, notamment ministre des Finances en 1938 dans le gouvernement Daladier. Premier ministre de la France le 21 mars 1940, il démissionne le 16 juin 1940, lorsque son ministère signe l’armistice avec l’Allemagne. Arrêté peu de temps après, il fut placé en captivité jusqu’en 1945.

Il décède le 21 septembre 1966 à Neuilly-sur-Seine. Donc quelqu’un d’assez important dans l’histoire de France.

Je me suis dit, ça y est, c’est juste une coïncidence ! C’est un homonyme. Ce n’est pas possible.

Et quelle ne fut pas sa surprise en réunissant les deux prénoms gravés sur l’alliance Jeanne-Henry Robert – Paul Reynaud : “Incroyable! On aurait dit l’homme d’État des années 40 ! Le président du Conseil ! Alors là, je me suis dit, voilà mes recherches, ça va être super dur ! C’est un peu comme oui, on m’a offert une bague avec Michael Jackson écrit dedans et puis si je cherche Michael Jackson, je ne tomberai que sur Michael Jackson le chanteur, même si ce n’est pas lui qui m’intéresse !!! J’ai vraiment dit que ça allait être difficile. Que j’allais être parasité par ce Paul Reynaud !

Paul Reynaud… LE Paul Reynaud !

Loin de se décourager, il poursuit son enquête et ajoute la date du 14 février 1912 et lance sa demande : «J’ai à peine cliqué sur le lien avant d’être étonné. Je vois qu’en fait Jeanne-Henri Robert et Paul Reynaud, et bien c’est vraiment le Paul Reynaud qui est célèbre ! Il se marie bien le 14 février 1912 avec Jeanne-Henri Robert Incroyable ! Je suis tombé, tout à fait par hasard, sur l’alliance d’un homme politique très connu du début de la guerre, le célèbre Paul Reynaud ! Jean-Loup Gassend

Je suis tombé, tout à fait par hasard, sur l’alliance d’un homme politique très connu du début de la guerre. Le célèbre Paul Reynaud.

>Paul Reynaud est un homme d'État français.
>

Paul Reynaud est un homme d’État français.

© Jean-Loup Gassend

Poursuivant ses investigations, le fin détective découvre qu’en 1940, M. et Mme Reynaud étaient bel et bien séparés. L’alliance a ensuite dû être rangée dans un tiroir de la villa de Sainte-Maxime, propriété de la famille de Jeanne-Henri Robert, l’épouse de Reynaud.

C’est donc le vestige d’un ancien amour que le soldat allemand a découvert en 1944. D’ailleurs, en observant attentivement la bague, Jean-Loup Gassend se rend compte que la bague est fine : «C’était une petite bague. Seule une femme pouvait le porter. Madame Reynaud. Jeanne-Henri Robert, son nom de jeune fille.

>Jeanne-Henri Robert épouse Paul Reynaud le 14 février 1912 à Paris.
>

Jeanne-Henri Robert épouse Paul Reynaud le 14 février 1912 à Paris.

© Famille Robert

Jeanne-Henri Robert : un Juste parmi les Justes

Poursuivant ses recherches, Jean-Loup Gassend recentre son enquête sur le véritable propriétaire de l’alliance. Il apprend alors que l’ex-épouse de l’homme d’État français fut une résistante très active durant la Seconde Guerre mondiale.

Elle a aidé, soigné et caché, chez elle, rue du Faubourg Saint-Honoré dans le 8e arrondissement de Paris, la jeune juive, Gisèle Gonse.

>Le 22 mars 2007, l'Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné le titre de Juste parmi les Nations à Madame Jeanne Henri-Robert.
>

Le 22 mars 2007, l’Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné le titre de Juste parmi les Nations à Madame Jeanne Henri-Robert.

© Le Comité français pour Yad Vashem

Le risque était énorme. Le 7 décembre 1943, Gisèle Gonse vient de s’évader du convoi n°64 vers Auschwitz. Si elle était rattrapée, elle serait sûrement abattue pour avoir aidé un évadé.

Jeanne-Henri décide donc de s’éloigner de Paris fin décembre 1943. Elle emmène Gisèle en zone libre à Sainte-Maxime. Mais ce dernier tombe très malade. Le retour à Paris pour se faire soigner n’est pas négociable. Gisèle Gonse séjourne ensuite dans une clinique privée et est en convalescence au domicile de Jeanne-Henri.

L’inévitable s’est produit. Le 15 mai 1944, les Allemands viennent arrêter Jeanne-Henri. Gisèle l’a aidé à s’échapper, juste à temps, par l’escalier de service.

Pour avoir aidé cette dame juive, Jeanne-Henri Robert a été reconnue par Yadvachem comme Juste parmi les Nations. Elle aussi est entrée dans l’Histoire et a laissé une trace de son parcours.

Désormais, ma mission était de tenter de retrouver la famille de Jeanne-Henri Robert pour leur offrir cette alliance.

Il n’en fallait pas moins pour Jean-Loup Gassend allez à la fin de cette histoire : “Maintenant, ma mission était d’essayer de retrouver la famille de Jeanne-Henri Robert pour leur offrir cette alliance”.

>Jeanne-Henri Robert a caché Gisèle Gonse, chez elle rue du Faubourg Saint-Honoré à Paris puis à Sainte-Maxime dans le Var.
>

Jeanne-Henri Robert a caché Gisèle Gonse, chez elle rue du Faubourg Saint-Honoré à Paris puis à Sainte-Maxime dans le Var.

© Famille Robert

Rien de plus simple pour lui. Les Roberts sont très connus. En quelques clics, il retrouve la petite-fille du résistant, qui vit dans le sud de la France.

« Je me suis rendu chez la petite-fille de Jeanne-Henri Robert. C’était très émouvant. Je lui ai donné l’alliance de sa grand-mère et je leur ai aussi donné la photo du soldat allemand. Ce fut une véritable surprise pour elle de se voir rendre la bague de sa grand-mère, après presque 80 ans. Elle m’a montré des documents d’archives de cette époque, conservés dans sa famille. Notamment un document envoyé par le maire de Saint Maxime, en janvier 44, leur « demandant » d’évacuer rapidement la maison, afin que les Allemands puissent s’y installer. La boucle était bouclée !

Je fais des recherches assez régulièrement pour retrouver les corps des soldats de la Seconde Guerre mondiale. Je suis médecin légiste, ne l’oubliez pas. Souvent, on les retrouve encore avec des alliances et des alliances. Alors imaginez deux secondes que si j’avais dû m’occuper de la dépouille de Johann Schuhbauer et que si au lieu d’être capturé par les Américains, s’il avait été tué pendant les combats, il aurait été retrouvé avec cet anneau français. »

« Je me serais posé beaucoup de questions. Genre… Hé, c’était peut-être un Alsacien ou un Français déguisé en Allemand ! C’est juste pour montrer que quand on trouve un corps de soldats comme celui-là, on ne sait jamais vraiment sur quoi va-t-on tomber ?

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Le Courrier du Sud | Meurtre à Saint-Lambert : les accusés reviendront en cour le 20 juin
NEXT Livolant, Quemper… Que sont devenus les anciens joueurs de l’En Avant Guingamp ? – .