Alors que les violences se calment, Macron est à Nouméa pour renouer le dialogue

Alors que les violences se calment, Macron est à Nouméa pour renouer le dialogue
Alors que les violences se calment, Macron est à Nouméa pour renouer le dialogue

Après un très long voyage, Emmanuel Macron a posé le pied en Nouvelle-Calédonie ce jeudi. Le chef de l’Etat est arrivé à l’aéroport de Nouméa vers 8h20 heure locale (23h20 en France métropolitaine mercredi).

« Je voulais simplement vous dire (…) ma volonté ici, avec les ministres et l’ensemble du gouvernement, d’être aux côtés de la population et pour qu’au plus vite, il y ait un retour à la paix, au calme, à la sécurité. C’est la priorité des priorités», a déclaré le président dès sa descente de l’avion et après plus d’une semaine d’émeutes qui ont laissé l’archipel profondément meurtri et dans une impasse politique.

Une minute de silence pour les victimes

Alors que six personnes ont été tuées depuis le début des violences, dont deux gendarmes mobiles, il a observé une minute de silence avant une réunion avec des élus et des acteurs économiques.

Arrivé aux côtés des ministres Gérald Darmanin (Intérieur), Sébastien Lecornu (Armées) et Marie Guévenoux (Outre-mer), Emmanuel Macron a promis des « décisions » et des « annonces » « en fin de journée », même s’il a assuré n’avoir « aucune limite ». » sur son passage sur place.

Le président a également souligné que « de nombreuses populations souffrent aujourd’hui », évoquant des difficultés d’accès aux soins, mais aussi « d’approvisionnement ». Déterminé à rétablir l’ordre, il a assuré que les quelque 3.000 membres des forces de sécurité déployés “resteront aussi longtemps que nécessaire, même pendant les Jeux olympiques et paralympiques” de Paris qui s’achèvent début septembre.

L’état d’urgence « ne devrait pas être prolongé »

Quant à l’état d’urgence en vigueur depuis une semaine, le chef de l’Etat “pense” qu’il “ne devrait pas être prolongé” au-delà des 12 jours légaux, à condition que “tous les dirigeants” de l’archipel “demandent la levée des barrages”. ».

Accompagné de trois hauts responsables qui seront chargés de renouer le dialogue avec indépendantistes et non séparatistes, Emmanuel Macron a appelé à un « apaisement constructif » et à la recherche d’une « solution » politique. Mais sans revenir sur le résultat des trois référendums qui ont confirmé le maintien du territoire d’outre-mer dans la République, car “l’apaisement ne peut pas être un retour en arrière”, a-t-il soutenu.

Sur le terrain, « la nuit a été calme », a indiqué ce jeudi matin le haut-commissaire Louis Le Franc. “Il n’y a pas eu de dégâts supplémentaires mais il y a tellement de choses qui ont été détruites”, a-t-il ajouté. Sur la route qui relie Dumbéa (au nord de la capitale) à Nouméa, jonchée de nombreuses carcasses de véhicules incendiées, des barrages filtrants persistent. Et dans le Grand Nouméa, les barrages ont été renforcés. En revanche, la vie reprend dans le centre de Nouméa, où de nombreux magasins ont rouvert leurs portes, encadrés par une forte présence policière.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV la situation risque de s’aggraver
NEXT Gazo en concert à Paris La Défense Arena : le prix des places !