Les prix de la haute technologie, un obstacle à la digitalisation avancée des entreprises en Afrique

Les prix de la haute technologie, un obstacle à la digitalisation avancée des entreprises en Afrique
Les prix de la haute technologie, un obstacle à la digitalisation avancée des entreprises en Afrique

« Les équipements et logiciels numériques coûtent plus cher, en dollars américains, en Afrique que dans d’autres régions, ce qui décourage les entreprises de les adopter. »notent les experts de la Société Financière Internationale (IFC) – la branche de la Banque Mondiale dédiée au secteur privé – dans un nouveau rapport intitulé Opportunités numériques dans les entreprises africaines ». Selon l’enquête, les machines et équipements numériques coûtent 35 % plus cher en Afrique subsaharienne qu’aux États-Unis. Si l’écart est moins virulent en Afrique du Nord, il n’en reste pas moins considérable. Ainsi, les entreprises doivent payer 13 % de plus que les entités aux Etats-Unis pour se doter d’équipements numériques. De même, l’importation de biens numériques est tout aussi coûteuse, en raison des droits de douane élevés.

Le Moyen-Orient est la région la mieux lotie car les produits numériques y coûtent 2 % de moins qu’aux États-Unis, selon le rapport. L’Europe et l’Asie centrale arrivent en deuxième position avec des prix 5 % plus élevés qu’au pays de l’Oncle Sam.

Dans un monde digitalisé, les bénéfices de la technologie pour les entreprises – tant en termes de transformation numérique que de digitalisation poussée – ne font plus de doute, tant des études et analyses ont exploré le sujet en profondeur. Dans un document publié en 2023, le cabinet PwC rapportait que dans un pays comme le Maroc par exemple, les chefs d’entreprise étaient prêts à relever divers défis afin de développer leur compétitivité dans un contexte de ruptures technologiques accentuées marquées par l’avènement de l’intelligence artificielle (IA). ), le métaverse et la blockchain.

Outre le coût élevé des produits numériques, l’étude souligne que les entreprises africaines sont également confrontées aux coûts des infrastructures numériques, souvent insuffisants dans plusieurs pays, et à celui des talents hautement qualifiés, plus élevés en Afrique que dans d’autres régions. du monde. L’électricité n’est pas non plus en reste, sur un continent où l’accès permanent à l’énergie électrique constitue un véritable défi, dans de nombreux pays.

Obstacle pour les uns, opportunité pour les autres

Si les prix des technologies sur le continent représentent un obstacle à la digitalisation de dernière génération de nombreuses entreprises, les experts d’IFC y voient néanmoins une opportunité pour les prestataires de services numériques et le secteur financier. ” Les fournisseurs de technologies numériques, en particulier les startups, peuvent concevoir de nouvelles applications et plateformes numériques offrant des solutions abordables et conviviales pour exécuter des fonctions commerciales spécifiques.ils expliquent Les prestataires du secteur financier peuvent élargir leurs marchés pour financer ces nouvelles solutions numériques, ainsi que financer les technologies numériques qui exploitent les informations commerciales. ».

Pour l’IFC, la prolifération des câbles sous-marins à travers le continent aura un impact positif sur les prix de la connectivité, à condition que les gouvernements édictent des réglementations avantageuses pour les investissements dans ce domaine.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV qui sont les parents du candidat européen ? – .
NEXT Une interview vertieft die Gräben – .