passer de l’accord à l’action

passer de l’accord à l’action
passer de l’accord à l’action

La Journée internationale de la biodiversité est célébrée chaque année le 22 mai. A cette occasion, la Société Générale revient sur ses actions concrètes.

En décembre 2022, la COP15 s’est terminée par l’adoption d’un accord historique visant à guider l’action mondiale en faveur de la nature d’ici 2030 : le nouveau Cadre mondial pour la biodiversité (également appelé « Plan pour la biodiversité »). Dans un contexte marqué par le déclin de la nature, menaçant la survie d’un million d’espèces et perturbant la vie quotidienne de plusieurs milliards de personnes, le Cadre mondial pour la biodiversité Kunming-Montréal vise à stopper et inverser ce phénomène.

La Journée internationale de la biodiversité 2024* s’inscrit dans cette dynamique en invitant tous les gouvernements, la société et les acteurs économiques à passer de l’accord à l’action. Et pour établir un premier « relevé de compteur », les États se retrouveront en octobre 2024 lors de la COP16* qui se tiendra en Colombie.

Un rôle décisif à jouer

Les institutions financières comme la Société Générale ont leur rôle à jouer pour atteindre les objectifs de cet accord en orientant les flux financiers vers la préservation et la restauration de la nature ou en accompagnant les clients dans leur transformation vers des modèles vertueux pour la nature. Ils sont également invités à développer les capacités nécessaires pour évaluer les impacts, dépendances, risques et opportunités liés à la nature ou pour accompagner les acteurs de l’innovation.

Société Générale se mobilise

Contribuer à la préservation de la biodiversité est l’un des quatre axes stratégiques de l’ambition RSE de Société Générale. Le Groupe s’est donc mis en état de marche pour contribuer à l’atteinte des objectifs de l’accord, notamment :

  • l’enrichissement de ses politiques sectorielles d’exclure le financement de nouveaux projets situés dans les principales aires protégées internationales (UNESCO, RAMSAR, UICN I IV, sites Alliance for Zero Extinction), en plus de l’application des Principes de l’Équateur sur le financement de projets ;
  • renforcer sa politique de lutte contre la déforestation et la conversion des terres. La politique du secteur agricole sera modifiée en conséquence d’ici la fin de l’année ;
  • mesurer et évaluer les impacts et les risques financiers liés à la Nature. Société Générale développe un nouvel indicateur sectoriel de vulnérabilité financière basé sur l’évaluation des risques physiques et de transition liés à la nature ;
  • le lancement d’un nouveau fonds d’investissement pour la transition d’un milliard d’euros, dont une composante participation en fonds propres de 700 millions d’euros. Ce fonds vise notamment à soutenir les solutions fondées sur la nature ;
  • la signature d’un Partenariat cinq ans avec Le nettoyage des océans, une organisation d’ingénierie environnementale à but non lucratif engagée dans la lutte contre la pollution plastique dans les océans et les rivières ;
  • de la des partenariats avec des acteurs engagés sur des sujets Nature et Biodiversité tels que Eco Tree, Regrow* et 4 pour 1000.

*disponible en anglais uniquement

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Michael Saylor offre des conseils essentiels alors que les prix BTC luttent
NEXT Une interview vertieft die Gräben – .