la police lance un appel à témoins deux ans et demi après le meurtre d’un cycliste espagnol

la police lance un appel à témoins deux ans et demi après le meurtre d’un cycliste espagnol
la police lance un appel à témoins deux ans et demi après le meurtre d’un cycliste espagnol

Le jeune homme, originaire des Canaries, a été découvert mourant dans les bois, grièvement blessé à la tête en octobre 2021 à Soyons (Ardèche). Il est décédé des suites de ses blessures à l’hôpital. Il avait quitté les Pays-Bas et retournait en Espagne.

Deux ans et demi après sa mort, le cycliste espagnol a désormais un visage. Dans un appel à témoins, la police de la Division de Criminalité Organisée et Spécialisée de la Police Judiciaire a publié ce mardi 21 mai pour la première fois la photo de Roberto Torres Pastor, un Espagnol de 27 ans, victime d’une agression mortelle à Soyons (Ardèche).

Dans la matinée du jeudi 7 octobre 2021, un randonneur l’a découvert mourant près de son vélo sur un chemin longeant le Rhône. Le cycliste a été grièvement blessé à la tête. Le randonneur a rapidement tiré la sonnette d’alarme, avant que le jeune Espagnol ne soit transporté dans un état critique vers le centre hospitalier de Valence, dans la Drôme. Il est décédé des suites de ses blessures quelques heures plus tard.

“Il a dû passer une nuit terrible avant la découverte que j’ai faite”, a déclaré Michel, le promeneur, sur BFMTV. Michel avait découvert Roberto Torres Pastor « pratiquement nu dans les bois où il fait assez froid la nuit », a-t-il expliqué. “Les heures ont dû être longues.”

Traces de sang sur la tente et le vélo

L’autopsie avait écarté la piste accidentelle. “Toutes les blessures sont compatibles avec l’usage d’un objet contondant et tranchant”, a indiqué une Source judiciaire à BFMTV, précisant que le décès du jeune homme était dû à une hémorragie. Une information judiciaire pour « homicide volontaire » avait été ouverte par la section criminelle du parquet d’Avignon, a indiqué l’AFP.

Dans les buissons, la police a trouvé la tente et le vélo de Roberto Torres Pastor. Des traces de sang étaient présentes à l’intérieur et à l’extérieur de la tente. Sa valise était également là.

Le portefeuille de la victime avait disparu. « Il devait y avoir quelques dizaines d’euros, il n’y avait pas grand chose à prendre », explique une Source sécuritaire parisienne au Parisien, excluant la possibilité de la tentative de vol qui aurait dégénéré. Le téléphone de Roberto Torres Pastor a également été retrouvé une dizaine de jours après la mort du jeune Espagnol à proximité des lieux du crime, rapportent nos confrères. L’appareil est entre les mains du Centre d’Assistance Technique (CTA).

Au moment du drame, la victime circulait sur un vélo de tourisme Koga bleu, équipé de deux paires de sacoches à l’avant et à l’arrière ainsi que d’un couvre-selle à imprimé léopard. Roberto Torres Pastor roulait du Nord vers le Sud « notamment via l’Ain puis le long du Rhône ». Originaire des îles Canaries, le jeune homme avait quitté les Pays-Bas et était rentré en Espagne. Il s’était arrêté en Ardèche.

La diffusion de la photo du cycliste est “une bonne nouvelle, elle relance un peu l’enquête que l’on croyait tous mise de côté”, indique Hervé Coulmont, le maire de Soyons, au Parisien. « C’est très compliqué de deviner comment c’est arrivé, il y avait des traces de roues de vélo et du sang à plusieurs endroits. L’attaque s’est évidemment déroulée en deux temps », raconte Hervé Coulmont au Parisien.

Plusieurs pistes étudiées

Selon nos confrères, plusieurs pistes sont étudiées par les enquêteurs. Le scénario d’une mauvaise rencontre n’est pas exclu. Selon nos confrères, le centre hospitalier Drôme Vivarais à Montéléger se situe à une quinzaine de kilomètres du lieu du drame. L’établissement de santé est spécialisé en psychiatrie. Un groupe d’habitants, présentés comme des « marginaux d’extrême gauche » et vivant « dans des caravanes », a également été interrogé, rapporte Le Parisien.

Le maire de Coulmont espère qu’un suspect sera rapidement identifié avec la diffusion de l’appel à témoins. « Nous espérons que cela portera ses fruits. C’est quelque chose qui nous a marqué. Nous espérons que l’affaire sera réglée un jour», confie l’édile au Parisien. Chaque année, la municipalité organise une marche blanche en hommage à Roberto Torres Pastor.

Les plus lus

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Villasavary. 150 écoliers pour une journée civique à Besplas
NEXT Une interview vertieft die Gräben – .