Alors qu’elle n’avait que jusqu’au mardi 21 mai, la Ville de Nice n’a pas rétabli le trafic bidirectionnel au port

Alors qu’elle n’avait que jusqu’au mardi 21 mai, la Ville de Nice n’a pas rétabli le trafic bidirectionnel au port
Alors qu’elle n’avait que jusqu’au mardi 21 mai, la Ville de Nice n’a pas rétabli le trafic bidirectionnel au port

La Ville avait jusqu’à ce matin pour rétablir la circulation bidirectionnelle au port de Nice et sur les quais Rauba-Capeu et Etats-Unis. Attaqué par le « comité de défense des quartiers portuaires et de l’environnement », le décret qui avait instauré mi-2020 le sens unique, a été suspendu par le tribunal administratif le 21 février. La Ville avait trois mois pour revenir en arrière… Mais rien n’a changé !

600 000 euros pour la restauration ?

Ce n’est pas vraiment une surprise : le soir du jugement, Christian Estrosi avait indiqué qu’il ne se conformerait pas à la décision du tribunal. Puis, le 19 avril, il passe la seconde et fait appel au tribunal administratif de Marseille, demandant l’annulation de… l’annulation de son ordonnance, mais aussi un sursis à l’exécution du jugement. L’avocat de la communauté mentionnant entre autres le coût de la restauration avant l’ordonnance, estimé à plus de 600 000 euros !

En défense, le conseil du comité de quartier du port a une nouvelle fois fait valoir ses arguments et s’est concentré sur les citations présentées par la Ville qui, selon elle, ne sont « pas crédibles et produites pour les besoins du dossier ». La date à laquelle la justice marseillaise se penchera sur le deuxième épisode de cette affaire n’est pas encore connue.

En attendant, le comité de défense des zones portuaires et de l’environnement envisage de déposer un nouveau recours contre le sursis à exécution et de demander une indemnisation pour chaque jour de retard dans le rétablissement des voies de circulation…

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV le prix du mouton reste élevé à l’approche de la Tabaski
NEXT à Roquefort, une route végétale pour remplacer le pétrole