Qui est Karim Khan, le procureur de la CPI qui cible à la fois Netanyahu et Poutine ? – .

Qui est Karim Khan, le procureur de la CPI qui cible à la fois Netanyahu et Poutine ? – .
Qui est Karim Khan, le procureur de la CPI qui cible à la fois Netanyahu et Poutine ? – .

Ce n’est pas la première fois que la Cour pénale internationale (CPI) se retrouve au cœur d’une controverse. Son procureur, Karim Khan, a demandé lundi un mandat d’arrêt international contre les dirigeants du Hamas, mais également du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et de son ministre de la Défense Yoav Gallant pour des crimes tels que « la famine délibérée de civils », « l’homicide intentionnel » et « l’extermination et/ou le meurtre ». Une décision prise dans le cadre de l’offensive israélienne à Gaza.

Une demande motivée par les « constats » d’une « attaque généralisée et systématique dirigée contre la population civile palestinienne dans le cadre de la politique d’une organisation », a affirmé Karim Khan. Il a également souligné la nécessité pour son bureau de pouvoir travailler « en toute indépendance et impartialité », et a appelé à « cesser immédiatement » les tentatives visant à gêner, intimider ou influencer les employés de la juridiction.

L’avocat spécialisé en droit international fait depuis l’objet de nombreuses critiques. Il est passé du statut de candidat « préféré » d’Israël à son élection en 2021 (selon un article de Temps d’Israël) au procureur qui a apporté un « déshonneur historique » à la CPI, selon le ministre israélien des Affaires étrangères Israel Katz.

Études prestigieuses à Londres

Si Paris a affirmé soutenir le CCI dans cette initiative, certains en France ont critiqué l’annonce de Karim Khan. https://twitter.com/bruno_benjam1/status/1792625297818333324président d’honneur du Crif, se demande si Karim Khan, “un musulman pakistanais”, peut être “neutre” au sujet du conflit entre Israël et le Hamas en raison de ses origines et de sa religion.

Karim Khan est né en Écosse en 1970 d’un père pakistanais et d’une mère britannique. Il a grandi en Grande-Bretagne et a étudié le droit – prestigieux – au King’s College de Londres, ce qui l’a conduit à une carrière d’avocat en 1992, avant de devenir procureur de la Couronne de 1993 à 1996, et enfin de se lancer avec succès dans le droit international en 1997.

Une solide carrière en droit international

Avec près de trente ans d’expérience au barreau devant les juridictions internationales, Karim Khan s’est bâti une solide réputation sur tous les fronts du prétoire. D’abord du côté des poursuites, notamment en tant que conseiller juridique auprès du bureau des procureurs des tribunaux internationaux des Nations Unies pour l’ex-Yougoslavie et le Rwanda. Il s’est ensuite déplacé de l’autre côté du bar. Il a été entre autres l’avocat du Kenyan William Ruto, poursuivi pour crimes contre l’humanité et acquitté, de l’ancien dictateur libérien Charles Taylor, et d’un fils de l’ancien président libyen Mouammar Kadhafi. Karim Khan a également pu s’entraîner à défendre les parties civiles, du côté des victimes, lors du procès du bourreau khmer rouge « Douch ».

Karim Khan est “l’un des avocats les plus expérimentés et les plus performants, alliant courage et vision”, estimait Carsten Stahn, professeur de droit pénal international à l’université néerlandaise de Leiden, en 2021, interrogé par l’AFP. « Le fait qu’il ait défendu à la fois des accusés et des victimes de premier plan et qu’il ait représenté l’accusation lui confère une position unique pour relever les défis qui l’attendent. [à la CPI] “, il ajouta.

Ennemis en Russie et ISIS

Avant d’être élue en 2021 procureure de la CPI, succédant à la Gambienne Fatou Bensouda (également controversée pour l’une de ses enquêtes sur le conflit israélo-palestinien), Khan était à la tête d’une enquête spéciale de l’ONU sur les crimes commis par Daesh en Irak (Unitad). Enquête qui a permis de recueillir la preuve qu’« un génocide a été commis par l’EI contre les Yézidis en tant que groupe religieux », a annoncé l’intéressé le 10 mai 2021.

Avant les dirigeants du Hamas (dont Yahya Sinouar) ou d’Israël, Karim Khan a déjà demandé un mandat d’arrêt de la CPI contre Vladimir Poutine et Maria Lvova-Belova, commissaire présidentielle aux droits de l’enfant en Russie, pour le « déplacement forcé » de milliers d’enfants. Mineurs ukrainiens. Une décision qui mérite d’être, Aujourd’hui, placé sur la liste des personnes recherchées en Russie.

D’une minorité persécutée de l’Islam

Plusieurs voix, notamment celle https://twitter.com/LiliPerles/status/1792630657794834512, lui reprochent d’avoir ponctué une introduction du rapport annuel 2022 de l’ICC de l’expression « Inch Allah », que l’on peut traduire par « si Dieu le veut ». Dans ce rapport disponible en ligne, Karim Khan écrit : « Je m’engage à toujours leur dire la vérité pure et simple, insha Allah ».

Notre dossier sur la guerre en Israël et le Hamas

Karim Khan appartient au courant musulman de l’Ahmadisme ou Ahmadiyya, minorité persécutée, notamment en Algérie, et déclarée secte non liée à l’islam en 1973 par l’Organisation de la coopération islamique (OCI), selon France Info. Dans les années 1980, sa pratique est devenue plus que limitée au Pakistan, rapporte ailleurs. Le Figaro. Il existe depuis ces années une communauté Ahmadiyya au Royaume-Uni, le Pakistan étant une ancienne colonie britannique.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV La ville de Churchill Falls, au Labrador, a été évacuée en raison d’un incendie de forêt
NEXT une journée d’activités pour prendre l’air