Meurtre d’un leader sikh : les 4 accusés seront jugés ensemble

Meurtre d’un leader sikh : les 4 accusés seront jugés ensemble
Meurtre d’un leader sikh : les 4 accusés seront jugés ensemble

Les quatre ressortissants indiens accusés du meurtre du militant sikh Hardeep Singh Nijjar ont comparu ensemble pour la première fois mardi matin devant la cour provinciale de la Colombie-Britannique, à Surrey.

L’audience a duré une trentaine de minutes et a une nouvelle fois porté davantage sur la forme que prendra le procès, qui s’annonce long et complexe.

Une première comparution de trois accusés a eu lieu le 7 mai.

Les quatre hommes sont accusés de meurtre au premier degré et de complot en lien avec la mort de Hardeep Singh Nijjar. Le chef sikh a été tué par balle le 18 juin 2023 devant un temple sikh à Surrey.

Les trois accusés arrêtés à Edmonton début mai ont comparu en personne pour la première fois dans cette affaire. Le quatrième accusé, arrêté une semaine après les autres, a comparu par vidéoconférence depuis une prison ontarienne.

Le juge Mark Jetté s’est entretenu avec les hommes par l’intermédiaire d’un interprète avant d’ajourner l’audience jusqu’à la prochaine comparution des suspects le 25 juin.

En outre, il a émis une ordonnance de ne pas faire à leur encontre. Les quatre accusés ne peuvent notamment entrer en contact avec certains membres de la famille de la victime.

Jugés ensemble

Les accusés auraient pu être jugés séparément, mais il a été décidé mardi matin qu’ils seraient jugés ensemble.

Guillaume Garih, avocat pénaliste, explique que il s’agit d’une décision qui est généralement prise par les procureurs de la Couronne lorsqu’ils sont d’avis qu’elle est logique du point de vue des frais de justice et lorsque les faits reprochés à l’accusé sont suffisamment proches..

Il ajoute qu’en cas de séparation des procès, il pourrait y avoir des verdicts contradictoires, ce que nous voulons certainement éviter.

Une cinquantaine de manifestants

En marge de l’audience, une cinquantaine de personnes ont manifesté près du tribunal. Certains brandissaient des drapeaux aux couleurs du Khalistan, un État dont ils souhaiteraient la création dans le nord-ouest de l’Inde, notamment au Pendjab, région à majorité sikh.

Des membres de la communauté sikh ont tenu une conférence de presse après l’audience mardi matin devant la cour provinciale de la Colombie-Britannique, à Surrey.

Photo : Radio-Canada / Nick Allan

Les mannequins étaient habillés en prisonniers et portaient des masques représentant le Premier ministre indien Narendra Modi et Shri Sanjay Kumar Verma, haut-commissaire de l’Inde au Canada. Sur des pancartes à leurs pieds, on pouvait lire J’ai tué Nijjar.

Bhupinder Singh Hothi, secrétaire général du gurdwara Guru Nanak, a lu une déclaration au nom de l’organisation indépendantiste Sikhs For Justice (SFJ), dans laquelle il a décrit les quatre accusés comme étant fantassins .

Les manifestants réclament l’inculpation du Premier ministre indien Narendra Modi, des responsables diplomatiques et des services de renseignement indiens qui, selon eux, ont ordonné l’assassinat du leader sikh.

La prochaine audience aura lieu le 25 juin, quelques jours après l’anniversaire de la mort de Hardeep Singh Nijjar.

Avec les informations de Benoît Ferradini

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV à l’Euro 2024, l’Angleterre rate le coche et s’ouvre aux critiques
NEXT L’inflation américaine à nouveau au centre de l’attention, l’automobile sous pression