Le RN « ne siégera plus » avec l’AfD au Parlement européen après des propos sur les SS

Le RN « ne siégera plus » avec l’AfD au Parlement européen après des propos sur les SS
Le RN « ne siégera plus » avec l’AfD au Parlement européen après des propos sur les SS

Le RN a pris cette décision après que la tête de liste du parti allemand ait estimé que tous les « SS n’étaient pas automatiquement des criminels ».

Le Rassemblement national ne souhaite plus siéger aux côtés de son allié allemand l’AfD au Parlement européen après des propos tenus par la tête de liste du parti aux élections européennes sur les SS, a appris BFMTV ce mardi 21 mai auprès du parti, confirmant les informations de Libération. .

“Suite aux récentes déclarations de l’AFD, nous ne siégerons plus à leurs côtés lors de la prochaine législature au Parlement européen”, a annoncé le RN à BFMTV.

Cette décision intervient après que Maximilian Krah, tête de liste AfD aux élections européennes et qui siège actuellement aux côtés de Jordan Bardella au sein du groupe Identité et Démocratie (ID), a soutenu le 18 mai dans un entretien au journal italien La Repubblica qu’un « SS n’était pas automatiquement un criminel ».

«Je ne dirai jamais que quiconque portait un uniforme SS était automatiquement un criminel (…). Il faut évaluer la culpabilité au cas par cas » a estimé Maximilian Krah avant de poursuivre : « Parmi les 900 000 SS, il y avait aussi beaucoup de paysans : il y avait certes un pourcentage élevé de criminels, mais pas seulement. »

Slogan nazi et projet controversé

Ces positions du parti allemand ne sont pas nouvelles. En septembre dernier, Maximilian Krah affirmait déjà dans une vidéo publiée sur TikTok que « nos ancêtres n’étaient pas des criminels », rappelle Libération. Le 14 mai, Björn Höcke, l’une des figures les plus radicales du parti allemand, a été condamné à une amende de 13 000 euros pour avoir utilisé un slogan nazi lors d’un meeting en 2021.

Par ailleurs, un média d’investigation allemand a révélé en janvier que plusieurs membres du parti d’extrême droite avaient participé à des réunions sur un plan d’expulsion massive de personnes d’origine étrangère, provoquant des manifestations de grande ampleur dans plusieurs villes du pays. pays. A ce sujet, le RN a demandé à l’AfD de clarifier « par écrit » ses positions après des éclaircissements oraux fournis par l’un des coprésidents du parti.

Jusqu’à présent, le RN reportait la question d’une éventuelle rupture avec son allié allemand après le vote du 9 juin. Interrogée à ce sujet le 20 avril après que l’AfD ait remis en question l’appartenance de Mayotte à la France, Marine Le Pen a déclaré que « ces choses seront décidées avec tous les alliés qui participent à notre groupe ».

Sophie Dupont avec Émilie Roussey

Les plus lus

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Taylor Swift refuse de reprendre le concert tant que son fan en détresse n’est pas pris en charge
NEXT Dans le luxe, la demande peine à surmonter des prix toujours plus élevés – 10/06/2024 à 13h59