Journée nationale de mémoire de la traite et de l’esclavage et de leurs abolitions – Licra – .

Journée nationale de mémoire de la traite et de l’esclavage et de leurs abolitions – Licra – .
Journée nationale de mémoire de la traite et de l’esclavage et de leurs abolitions – Licra – .

Le 10 mai, la section havraise de la Licra, représentée par Françoise LAINE, vice-présidente, a assisté à la cérémonie d’hommage aux victimes de l’esclavage organisée par la Mairie du Havre et par Anaïs GERNIDOS, présidente de la Licra. L’association « Mémoires et Partages » lors de la journée nationale de l’esclavage, des traites et de leur abolition.

Cette année revêt une importance toute particulière puisqu’elle marque le point culminant de la
projet porté par cette association depuis 3 ans avec des élèves du Lycée Porte Océane et
leurs professeurs qui s’est terminé par un voyage en Martinique en avril.
Par ailleurs, c’est un véritable travail de mémoire qui a été entrepris avec la Ville visant à
expliquer le rôle de certaines personnalités havraises dans la traite négrière.
C’est pourquoi, à la demande de l’association, les étudiants et leurs enseignants le
Il a été demandé à la municipalité d’installer des plaques sous les noms de rues destinées à
expliquer l’histoire de ceux entre le 16ème et le 19ème siècle, contribuer au commerce
Esclaves africains dans le port du Havre. C’est chose faite depuis le 6 mai dernier, date à laquelle Jean-
Baptiste Gastinne, 1er adjoint et professeur d’histoire, a levé le voile sur l’une de ses plaques.
Dix plaques sont ainsi placées dans les rues du Havre avec un résumé historique et un QR code permettant de connaître le rôle de ceux qui ont contribué au passé négrier au
Normandie comme Mazurier, Begouen, Boulongne ou encore Massieu mais aussi ceux
qui s’est dressé contre les esclavagistes comme Bernardin de Saint Pierre ou Victor
Schœlcher.
Par ailleurs, compte tenu du succès de l’exposition sur l’esclavage au musée de l’Hôtel
Dubocage de Bléville en 2023 et pour poursuivre ce travail mémoriel, la Municipalité a
a décidé de créer après l’été deux salles d’exposition permanentes sur ce sujet.
Ainsi, grâce au travail acharné des universitaires et à l’obstination de l’association et
jeunes, le tabou est enfin levé sur cette période de commerce et de trafics triangulaires
Traite négrière en Normandie. Nul doute que les adhérents Licra seront heureux de découvrir ces nouvelles plaques et ces expositions lors des prochaines Universités d’Automne !

Dominique YOUB, présidente de la section du Havre

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Au moins cinq morts dans une collision ferroviaire en Inde
NEXT Inutile d’attendre les soldes d’été, Emma baisse déjà les prix de ses oreillers Premium