Le réalisateur de « The Apprentice » propose de projeter un film pour Donald Trump

Le réalisateur de « The Apprentice » propose de projeter un film pour Donald Trump
Le réalisateur de « The Apprentice » propose de projeter un film pour Donald Trump

Le réalisateur de « L’Apprenti » Ali Abbasi a répondu à la menace de la campagne Trump de poursuivre en justice le film, présenté en avant-première au Festival de Cannes lundi soir.

“Tout le monde parle de ses poursuites contre beaucoup de gens – mais ils ne parlent pas de son taux de réussite, vous savez?” » dit Abbassi. Il a même proposé de rencontrer Trump et de lui projeter le film, en disant: “Je ne pense pas nécessairement que ce soit un film qu’il n’aimerait pas.”

Abbasi a poursuivi : « Je ne pense pas nécessairement qu’il aimerait ça. Je pense qu’il serait surpris, tu sais ? Et comme je l’ai déjà dit, je lui proposerais d’aller le rencontrer où il veut et de parler du contexte du film, d’assister à une projection et d’en discuter ensuite, si cela intéresse quelqu’un dans la campagne Trump.»

La campagne 2024 de Trump a publié lundi soir une longue déclaration qualifiant le film de « déchet » et de « pure fiction ».

“Nous allons intenter une action en justice pour répondre aux affirmations manifestement fausses de ces cinéastes présumés”, a déclaré le porte-parole en chef de la campagne Trump, Steven Cheung, dans un communiqué à Variété. « Ces ordures sont de la pure fiction qui sensationnalise des mensonges longtemps démystifiés. Comme pour les procès illégaux de Biden, il s’agit d’une ingérence électorale de la part des élites hollywoodiennes, qui savent que le président Trump reprendra la Maison Blanche et battra le candidat de son choix parce que rien de ce qu’ils ont fait n’a fonctionné.»

Interrogé sur une date de sortie potentielle pour le film, qui n’a pas encore trouvé de distribution aux États-Unis, Abbasi a déclaré : « Nous avons un événement promotionnel à venir appelé US Election qui va nous aider avec le film. Le deuxième débat aura lieu le 15 septembre, quelque chose comme ça, donc c’est une bonne date de sortie, je dirais.

Stan incarne le magnat de l’immobilier devenu président dans le film d’Ali Abbasi, aux côtés de Jeremy Strong dans le rôle de son avocat et mentor Roy Cohn. “The Apprentice” n’hésite pas à mettre Trump sous un jour cru, y compris une scène qui le montre en train de rapper sa première femme, Ivana.

Lors de sa première à Cannes lundi soir, “The Apprentice” a reçu une ovation debout de huit minutes alors qu’Abbasi prononçait un discours passionné. “Il n’existe pas de manière métaphorique agréable de traiter du fascisme”, a déclaré le réalisateur. « Il est temps de rendre les films pertinents. Il est temps de rendre le cinéma à nouveau politique. »

Bien que Strong n’ait pas été présent à la première ou à la conférence de presse en raison de son rôle dans “An Enemy of the People” de Broadway, il a envoyé un message qu’Abbasi a lu à haute voix lors de la conférence de presse.

« “Un ennemi du peuple” est une expression qui a été utilisée par Staline, Mao, Goebbels et, plus récemment, par Donald Trump lorsqu’il a dénoncé - libre et a appelé CNN, NBC, ABC, CBS News, le New York Times «faux médias d’information». Un ennemi du peuple », a écrit Strong. « Nous vivons dans un monde où la vérité n’est pas résolue. Cette attaque contre la vérité, à bien des égards, [with Trump’s] apprentissage auprès de Roy Cohn. Cohn a été qualifié de spécialiste des agressions par le National Law Journal. Nous vivons l’ombre longue et sombre de Roy Cohn – son héritage de mensonges, de déni pur et simple, de manipulation, d’un grand mépris de la vérité.»

Avant sa première, “The Apprentice” avait déjà fait l’objet d’une grande controverse, avec un investisseur milliardaire dans le film – qui pensait que ce serait un portrait plus flatteur – réunissant déjà une équipe juridique pour essayer de le faire recouper.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Trump et Biden affûtent leurs armes avant un débat crucial
NEXT le magasin de prêt-à-porter n’a pas affiché correctement ses prix en vitrine, la sanction tombe