de nombreuses réactions après la mort de Jean-Claude Gaudin

de nombreuses réactions après la mort de Jean-Claude Gaudin
de nombreuses réactions après la mort de Jean-Claude Gaudin

L’ancien maire emblématique de la ville de Marseille est décédé lundi, à l’âge de 84 ans, dans sa résidence de Saint-Zacharie (Var). Un hommage républicain lui sera rendu ce mardi à 17 heures à la mairie de Marseille.

“Il était l’homme marseillais.” Jean-Claude Gaudin, décédé lundi matin, à l’âge de 84 ans, dans sa résidence de Saint-Zacharie (Var), incarnait, à sa manière, la cité marseillaise, rappelle Emmanuel Macron, qui a lui-même annoncé sa disparition à 11 ans : 25h, dans un post sur le réseau social

« De sa ville, de sa passion, il avait l’accent, la fièvre, la fraternité. Pour elle, cet enfant de Mazargues avait accédé aux plus hautes fonctions de la République, qu’il a servi, a salué le chef de l’Etat. Je pense à ses proches et aux Marseillais.

La manière pagnolesque

Ces Marseillais lui auront confié le destin de leur ville pendant un quart de siècle (1995-2020), pour le meilleur et pour le pire, accompagnant l’ascension de ce professeur d’histoire-géographie au style pagnolesque, nourri dans les quartiers populaires. originaire du sud de la ville, aux côtés d’une mère ouvrière et d’un père maçon, membre du Mouvement républicain populaire (MRP).

Une fin de règne chaotique

Jusqu’à la fin de son règne chaotique, terni par les affaires (six mois de prison avec sursis pour emplois fictifs en 2022) et les scandales, des écoles insalubres au drame de la rue d’Aubagne : huit morts dans l’effondrement de deux immeubles vétustes en novembre. 5, 2018.

«Cela me hante tous les jours. En vingt-quatre ans, je n’ai jamais vécu un tel drame”a-t-il confié.

https://www.bfmtv.com/marseille/mort-de-jean-claude-gaudin-le-monde-politique-rend-hommage-al-ancien-maire-de-marseille_AN-202405200434.html

Au cours de sa longue et mouvementée carrière débutée en 1965, Jean-Claude Gaudin cumule les mandats : président de la région Paca (conquise grâce à une alliance avec le FN), de la communauté urbaine de Marseille, de la métropole Aix-Marseille Provence, député, sénateur, il offre à la droite tous les leviers du pouvoir local.

Il ne bat pas pour autant le record de longévité de son modèle, le socialiste Gaston Defferre (trente-quatre ans à la mairie de Marseille), mais s’offre comme lui un destin national sous l’or de la République.

Aux premières loges pour la visite du Pape en 2023

Ministre de l’Aménagement du territoire, de la Ville et de l’Intégration de Jacques Chirac, dans le deuxième gouvernement Juppé (1995-1997), il fut longtemps considéré comme un baron de la droite (UDF, UMP, LR) et un pilier du Sénat, dont il a fini comme premier vice-président (2014-2017), à deux pas de la prestigieuse présidence qu’il convoitait tant. Son grand regret.

Depuis sa retraite en 2020 et le basculement de la deuxième ville de France à gauche, il entretient des relations cordiales avec son successeur Benoît Payan (DVG), qui le traite avec beaucoup de respect.

En septembre 2023, il était même au premier rang lors de la visite du pape François à Marseille. Ce catholique, célibataire, sans enfants, entretenait une relation distante avec l’OM (qu’il a présidé en 1995 et 1996), comme avec la mer et a longtemps vécu entre Paris et le Var, selon Le Monde.

“Il va manquer à cette ville.”

Mais personne ne remettait en cause son profond attachement à la ville qui l’avait fait roi. Lorsque sa disparition a été annoncée lundi, les drapeaux de la mairie de Marseille ont été mis en berne. « Jean-Claude Gaudin semblait insubmersible. Son départ m’attriste beaucoup. Il va manquer à cette ville. »a réagi Benoît Payan.

Il aimait Marseille plus que tout et les Marseillais l’aimaient passionnément. J’ai aimé son impertinence. J’ai admiré son courage. J’ai écouté ses conseils », a ajouté le président des Républicains, Éric Ciotti.

Son dernier repas avec Jean-Pierre Foucault

“Avant-hier encore (Samedi, NDLR), nous avons dîné ensemble, confie l’animateur Jean-Pierre Foucault, un de ses amis, au micro de BFMTV. Il avait du mal à marcher. Il était fatigué, il mangeait peu, il était maigre, j’avais le sentiment que c’était peut-être la dernière fois que je le voyais.

Benoît Payan lui rendra un hommage républicain ce mardi à 17 heures à la mairie de Marseille. Ses obsèques, dont la date n’a pas encore été déterminée, seront célébrées en la Cathédrale de la Major, avant l’inhumation au cimetière de Mazargues.

Réactions : « il était la voix et le visage de Marseille »

Renaud Muselier, président du conseil régional Provence-Alpes-Côte-d’Azur, qui fut le premier adjoint de Jean-Claude Gaudin à la mairie de Marseille, a déclaré lundi : « frappé d’une immense tristesse. Ensemble, nous avons construit la cohésion et la cohésion au service de Marseille. Il laissera une marque indélébile dans cette ville qu’il a tant aimée, tant servie et tant choyée”. Jean-Claude Gaudin était “comme un père pour moi”, a réagi Martine Vassal, la présidente du Conseil départemental des Bouches-du-Rhône, qui n’avait pas réussi à lui succéder à la mairie de Marseille. « La France perd un grand homme au service de la politique et des territoires », a souligné Gérard Larcher, président du Sénat. « Jean-Claude Gaudin a été pendant plusieurs décennies une figure de la vie politique française. Il a incarné avec talent et chaleur une sensibilité qui compte encore dans notre pays »écrit l’ancien président François Hollande (PS). « Jean-Claude Gaudin était la voix et le visage de Marseille. Pendant des décennies, il a été passionnément politique, un mélange bon enfant et coloré de démocratie chrétienne et de libéralisme. »a salué, de son côté, le patron du MoDem, François Bayrou.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV 200 ans de Jubiläum – Réveillon du Nouvel An de la fête des enfants de Saint-Gall – Audio et podcasts – .
NEXT classes fermées dans deux écoles et problèmes avec le tramway