Vic, le prix pour Bruno Martinez contre le bon Lartet

Vic, le prix pour Bruno Martinez contre le bon Lartet
Vic, le prix pour Bruno Martinez contre le bon Lartet

Vic, le prix pour Bruno Martinez contre le bon Lartet

Suite au forfait de Pedro Rufo, vainqueur du Bolsin de Bougue, la Vicoise non piqué s’est transformée en mano a mano. Chaque novillero tuait deux toros, le meilleur des deux, Bruno Martinez, a tué le cinquième. Le novillero navarrais a dominé les débats, son adversaire manquant d’officio. Les gagnants de la matinée sont les érales de la ganaderia du Lartet dont la troisième a été honorée d’une vuelta à titre posthume.

Le résumé
BRuno Martinez

Le premier eral est bien présenté et sort abanto. Nous sentons que Bruno Martinez est stressé lorsqu’il le reçoit au cap. Juan de Morena a du mal à se débarrasser des chicuelinas. Le torero est exigeant et le torero peine à trouver la situation. Cela ne pèse pas sur une bicho qui monte sur scène. Le novillero en relie des naturels appliqués au centre. La faena est en désordre et va au ménos. Bruno Martinez tue presque totalement, le toro tarde à tomber. Silence, une opinion, palmas au novillo.

Le troisième est un quasi-novillo. Bruno Martinez le reçoit avec des largas de rodillas puis de bonnes véroniques. Dans le deuxième tercio, le toro est maître du ruedo. Heureusement le banderillero nîmois » El Pantalons chino » sauve trois fois ses collègues d’une certaine bataille. Le novillo est encastré et transmet. Il répète encore et encore. Le novillero s’applique. Le Lartet a permis de l’arracher par le bas. Il tue avec toute une tendida. Le brave homme lutte pour ne pas tomber. Une oreille et vuelta au novillo.

Juan de Morena

Bonne réception du deuxième par Juan de Morena, le novillo humilie. Le novillo est juste fort mais noble. Le novillero ne guide pas sa charge et est frappé avec la muleta. Le novillero est vert et est dépassé à gauche par la caste novillo. A droite, c’est à peine mieux mais toujours en route. Le novillero pince avant de remettre tout un dos efficace. Palmas avec novillo et silence. Bruno Martínez fait une bonne sortie de chicuelinas et tafalleras au toro de Juan de Morena. Le novillo est noble et répétitif. Juan de Morena est plus que vert et ne sait pas comment traiter un animal qui mérite un autre traitement. Heureusement, la mise à mort est rapide. Silence et palmas au toro.

Le finale

C’est Bruno Martinez qui a mérité le droit de plaider en dernier. Le Lartet est brocho mais d’un tamaño plus que respectable. Le novillero le reçoit efficacement. Le bicho est juste. Il blesse un banderillero en sortant d’une pose. Le toro amène la querencia aux planches. Le novillero a du mal à le garder dans sa muleta. Le changement de terrain permet d’arracher quelques naturels mais l’ensemble ne transmet pas malgré l’application du torero. Final par Joselillas, l’épée résulte du croisement. Le deuxième coup est meilleur. Silence

Fiche technique
  • Arenas de Vic, novilleda décousue du Féria 2024cinq époques de Lartet Pour
    • Bruno Martinez : silence (opinion), oreille, silence
    • Juan de Morena : silence, silence
  • Le novillero Bruno Martinez est déclaré vainqueur de la novillada non piquée de la Féria Vicoise.
  • Président: Julie Bérard
  • Un quart d’arène
  • Des nuages ​​mais pas de pluie
 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Décomposer le brillant but de Connor McDavid contre les Stars
NEXT Une interview vertieft die Gräben – .