Qui sont ses cinq puissants alliés ? – .

Aujourd’hui, les risques impensables se réalisent à nouveau : en novembre 2024, Donald Trump pourrait à nouveau remporter son ticket pour le bureau ovale de la Maison Blanche. Malgré le drame sanglant du Capitole, malgré l’ingérence russe. Et, aussi, malgré son idéologie violemment hostile aux droits des femmes dans une époque marquée par le sceau de MeToo, qui a notamment conduit à l’annulation de la loi garantissant l’accès à l’avortement au niveau fédéral. Mais il serait naïf de penser que le magnat de l’immobilier, dans son inépuisable croisade fasciste et masculiniste, ne serait soutenu que par des hommes.

Depuis ses premiers pas à la conquête de Washington en 2017, Trump a su confier des rôles clés aux femmes, un peu pour le plaisir de ses yeux, mais surtout pour tenter d’apaiser l’électorat, féminin comme masculin. Les femmes trumpistes, oui, elles existent, et elles sont un certain nombre, même si la grande majorité des personnalités féminines américaines sont allergiques au fanatique. Focus sur cinq puissants alliés de la vague trumpiste déferlant pour la deuxième fois.

Chanel Rion, journaliste

Donald Trump a souvent indiqué qu’il ne s’informait que par le canal conservateur et parfois complotiste. Fox News, mais le média préféré de l’ancien président américain est en réalité une chaîne câblée encore plus à droite : Réseau d’information One America. Une idylle avec ce média complotiste et en roue libre qui était à son apogée lorsque Chanel Rion était présentatrice et correspondante en chef à Washington. Ce journaliste hautement trumpophile a compromis à plusieurs reprises l’éthique, au point de relayer en direct les thèses QAnon les plus improbables sur les prétendues pratiques sataniques et pédophiles du clan démocrate. Elle a même accompagné l’ancien maire de New York, Rudy Giuliani, fidèle lieutenant du milliardaire, dans une enquête prétendument compromettante en Hongrie autour de la famille Biden. Désormais éloignée de la chaîne, Chanel Rion, belle mais dangereuse comme beaucoup d’égéries de l’ex-président, reste dans ses petits papiers et reste une voix forte pour relayer ses divagations.

© GETTY IMAGES/TASOS KATOPODIS

Marjorie Taylor Green, politicienne

Elle est sans aucun doute la personnalité féminine pro-Trump la plus turbulente du paysage américain. Sorte d’OVNI politique explosif opérant à l’extrême droite, Marjorie Taylor Greene, représentante républicaine de Géorgie à la Chambre du Congrès, est une ennemie intime des démocrates et se révèle parfois même très gênante pour son propre parti, où elle est aliénée. par un certain nombre de membres plus modérés. Cette femme de 49 ans est l’une des plus ferventes apôtres de Donald Trump, aussi provocatrice et radicale que lui, servant de porte-parole à ses visions paranoïaques du monde. Cette adepte du mouvement complotiste QAnon et de la cause du Kremlin s’est déjà malheureusement fait un nom à travers des propos racistes, homophobes et antisémites. Ses campagnes politiques, où elle se montre une mitrailleuse à la main debout dans son gros pick-up, parlent à de nombreux citoyens des États ruraux.

© GETTY IMAGES/JEFF SWENSEN

Kristi Noem, politicienne

Quasiment inconnu en dehors des Etats-Unis jusqu’à ce printemps, l’actuel gouverneur du Dakota du Sud est soudainement apparu sur le devant de la scène médiatique début mai 2024 à travers une polémique embarrassante. Ce fervent républicain, qui serait en pole position pour devenir vice-président en cas de victoire de Donald Trump en novembre prochain, vient de publier une autobiographie, Pas de retour en arrière, avec des passages parfois choquants. Elle affirme notamment avoir tué son chien de ses propres mains car elle le trouvait trop agressif. Un geste qu’elle affirme même être capable de réitérer à l’encontre du berger allemand « Commander » de Joe Biden, réputé pour avoir mordu plusieurs agents de sécurité de la Maison Blanche. Invitée à clarifier ses propos lors d’entretiens, Kristi Noem a persisté à dire que le chien des Biden, bien que gardé à l’écart dans une maison familiale du Delaware, devait être abattu.

Elise Stefanik, femme politique

Il y a quelques années, cette New-Yorkaise était mal vue par les trumpistes car jugée trop centriste. Sensible à l’écologie, elle faisait également partie des huit républicains qui ont soutenu l’Equality Act, cette loi condamnant les discriminations à l’encontre de la communauté LGBT. Mais ça c’était avant. Elise Stefanik, 39 ans, a progressivement migré vers l’aile plus à droite du Parti républicain et fait désormais partie du quatuor des personnalités pro-Trump les plus rebelles siégeant à la Chambre des représentants. Aucun doute pour elle : l’élection de 2020 a été truquée par les démocrates pour faire tomber son penseur aux cheveux orange. Ces derniers mois, elle a même joué le rôle de chasseuse de têtes réveillée en réussissant à faire licencier trois experts universitaires accusés d’être trop pro-palestiniens. “Deux vers le bas!” » a-t-elle écrit triomphalement sur Twitter après la chute du président de Harvard et de l’Université de Pennsylvanie.

© GETTY IMAGES/KENT NASHIMURA

Caitlyn Jenner, influenceuse

Pas vraiment connu pour être un ami des minorités, Donald Trump est néanmoins farouchement défendu par plusieurs icônes de la communauté LGBT, dont Caitlyn Jenner, ancien athlète masculin de 74 ans et star de télé-réalité. Hormis quelques critiques sporadiques adressées à Trump en 2018 alors qu’il était président, cette personnalité reste un soutien visible et charismatique de la politique ultraconservatrice du clan. Grande amie de la fille aînée Ivanka et de son épouse Melania, Caitlyn Jenner a récemment déclaré qu’une non-réélection de Donald, ce « leader fort », signerait « la fin du pays ». Il y a un an, celle qui se présente comme la défenseure des droits LGBT aux Etats-Unis accusait pourtant, sur Twitter, Nike de wokisme pour avoir choisi l’influenceur trans Dylan Mulvaney comme égérie…

Caitlyn Jenner, influenceuse
© GETTY IMAGES/FRAZER HARRISON
 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV bougeons et célébrons un été dédié au sport à Paris
NEXT le calendrier de l’OGC Nice pour la saison 2024-2025, au jour le jour