nous payons nos courses plus cher qu’ailleurs, une étude révèle à quel point

nous payons nos courses plus cher qu’ailleurs, une étude révèle à quel point
nous payons nos courses plus cher qu’ailleurs, une étude révèle à quel point

D’une région à l’autre, les prix des produits vendus en grande surface peuvent varier de plus de 20 %. Dans les Alpes-​Maritimes et dans le Var, le nombre d’articles est en moyenne le plus élevé du pays, hors région parisienne.

Loin d’être une nouveauté, remplir son panier sur la Côte d’Azur coûte toujours plus cher qu’ailleurs. Les données étaient déjà défavorables pour le littoral méditerranéen en 2023, ce que nous expliquions dans cet article. Un an plus tard, les statistiques confirment ce phénomène.

L’institut Nielsen IQ, spécialiste de la question, a partagé son baromètre 2024 avec Le Parisien. Et de cette étude, nous pouvons tirer la conclusion suivante. Avec la région parisienne, la Haute-​Savoie et le secteur lyonnais, les Alpes-​Maritimes et le Var, ainsi que les Bouches-​du-​Rhône, font partie des régions où les prix sont bien plus élevés que le reste de la France. A l’inverse, les habitants du Nord-​Ouest et du Nord-​Est de la France sont les plus aisés (de 0 à moins de -1 %).

5 à 10% de plus sur la Côte d’Azur

Dans les grandes surfaces azuréennes, les prix pratiqués sont entre 5 et 10 % supérieurs à la moyenne nationale. Un tarif évidemment pénalisant pour les consommateurs, notamment ceux du département de Maralpin.

En 06, certaines catégories de produits coûtent jusqu’à 11,6% de plus que la moyenne française. C’est le cas de l’ensemble des références du rayon boissons, qui nous classe à la 3ème place dans ce domaine derrière Paris (19,3%) et les Hauts-​de-​Seine (+14). L’épicerie (+10,2%, 4e) et les produits frais (+8,1%, 4e) y sont également très chers.

Comment expliquer cet écart de prix dans la grande distribution ? Le premier point n’est autre que le pouvoir d’achat. Dans les communautés les plus riches, les consommateurs ont tendance à moins prêter attention au prix et donc à ne pas se concentrer sur l’étiquette. Les entreprises s’adaptent donc à leur public.

La région Riviera victime des prix de l’immobilier

Un autre facteur est le loyer que doivent payer les entreprises, qui nous préoccupe particulièrement compte tenu des prix de l’immobilier sur la Côte d’Azur. Plus le loyer est élevé, plus les magasins devront générer des marges importantes, ce qui se répercute sur les prix.

La localisation des distributeurs ne doit pas non plus être négligée. Plus il y a de marques dans un secteur, plus les montants seront tirés à la baisse car chacun doit s’adapter à ce qui se passe dans sa zone de chalandise. Enfin, la taille de l’établissement compte également, puisque les espaces plus petits, souvent en centre-ville, sont généralement plus chers. Les hypermarchés restent un gage de modération des prix.

Quelques bonnes nouvelles peuvent néanmoins réjouir les Riviera, la période de forte inflation est bel et bien derrière nous. Pour la première fois depuis deux ans, les grandes marques les plus consommées connaissent un léger repli.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV l’UNFP et les syndicats de joueurs attaquent la FIFA en justice
NEXT Une interview vertieft die Gräben – .