« Parfois il pleut », le film sur Aiguat de 1940, miroir des désastres d’aujourd’hui

« Parfois il pleut », le film sur Aiguat de 1940, miroir des désastres d’aujourd’hui
« Parfois il pleut », le film sur Aiguat de 1940, miroir des désastres d’aujourd’hui

Réalisé par Arnaud Brugier, ce documentaire de 52 minutes a été entièrement tourné dans les Pyrénées-Orientales. Au-delà du simple récit des faits, de l’analyse des hydrogéologues et climatologues locaux, c’est la force émotionnelle qui se dégage des témoignages des personnes ayant vécu ce drame, qui ébranle le spectateur. Ne manquez pas.

Produit par Les Productions de la Main Verte basées en partie à Camélas, “Parfois il pleut” a été diffusé sur France 3, qui en est coproducteur, en novembre 2023. “Le petit problème c’est qu’il a été diffusé à une heure improbable, comme très tard dans la soirée, et du coup peu de gens l’ont vu”, regrette Christophe Bardy, producteur et cinéaste. C’est dire que jeudi 23 mai prochain, sa projection au cinéma Castillet du centre-ville de Perpignan, suivie d’un débat en présence du réalisateur Arnaud Brugier, est attendue.

« 3 500 m3 d’eau/seconde : la vitesse de remplissage du Tech entre le 16 et le 20 octobre 1940″

“Parfois il pleut” a été entièrement tourné en Catalogne et en partie sur les lieux mêmes de la tragédie. Christophe Bardy se souvient : « L’Aiguat d’octobre 1940 reste une triste référence en termes d’épisodes pluvieux d’une rare intensité. En seulement quatre jours, ce cataclysme naturel s’est déversé, avec une violence inouïe, des averses torrentielles non seulement sur le P.-W., mais aussi dans l’Aude et en Catalogne espagnole, faisant plus de 300 morts dans le sud de la Catalogne, et 57 en France, dont près de la moitié à Amélie-les-Bains et ses environs. Il poursuit : « Saviez-vous que le flux du Tech se remplissait à la vitesse de plus de 3500 m3/ deuxième ? En comparaison, la Seine à Paris – lors de la grande crue de 1910 que l’on appelle le siècle – n’avait atteint « que » 3000 m.3 par seconde”.

Lire aussi :
Pyrénées-Orientales – Amélie-les-Bains : l’aiguat de 1940 a emporté sept membres de sa famille

Par l’intermédiaire de l’Aiguat des 40 qui avait, en son temps, marqué les esprits et dont certains témoins très âgés se souviennent encore très bien, son directeur pose des questions. « Le film permet de mieux comprendre pourquoi il faut craindre le retour d’un tel événement dans un contexte global de réchauffement climatique et d’épisodes méditerranéens à répétition. Cependant, la question qui se pose aujourd’hui n’est plus pourquoi ? mais quand?”

Entrée : 5 euros (tarif unique). A noter que la prochaine séance ciné-débat sur « Parfois il pleut » aura lieu le 16 juin à 18h à l’Institut Jean-Vigo de Perpignan.
 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV L’Elftal des Pays-Bas rencontre Ruime Zege sur l’IJsland (4-0) Richting EK
NEXT « S’il part, le football français peut être sauvé », Riolo demande à Labrune de partir