Tournant le dos à sa stratégie « électrique ou rien », voici la surprenante nouvelle direction que Volkswagen s’apprête à prendre quant au choix de sa motorisation.

Tournant le dos à sa stratégie « électrique ou rien », voici la surprenante nouvelle direction que Volkswagen s’apprête à prendre quant au choix de sa motorisation.
Tournant le dos à sa stratégie « électrique ou rien », voici la surprenante nouvelle direction que Volkswagen s’apprête à prendre quant au choix de sa motorisation.

Malgré cette décision économique, deux nouveaux véhicules à moteur électrique seront bientôt disponibles sur le marché grâce à un partenariat avec Xpeng.

Revenir en arrière avec le pied au sol

Alors que Volkswagen semblait bien engagé dans la course au marché de la voiture électrique, il semblerait que le célèbre constructeur automobile allemand fasse enfin machine arrière sur cette motorisation.

Il y avait pourtant un grand potentiel. En effet, derrière les géants Tesla et BYD, Volkswagen occupait une très honorable troisième position en termes de ventes de voitures électriques.

Volkswagen, électrique ou rien… vraiment ?

En effet, selon le média Automotive News Europe, Volkswagen aurait commencé à réviser sa stratégie à long terme en abandonnant sa première idée de «allez à fond» dans les véhicules entièrement électriques.

Volkswagen admet qu’elle aura besoin de davantage de véhicules hybrides rechargeables à mesure que les ventes de voitures électriques à batterie ralentissent. Le constructeur était cependant sur une excellente dynamique avec sa stratégie « BEV or bust », ou « électrique ou rien », mise en œuvre en 2015.

Les véhicules hybrides rechargeables, une mauvaise idée

Admettre la nécessité de véhicules « hybrides rechargeables » est pour le moins surprenant et incompatible avec le plan BEV ou buste, puisqu’il s’agit d’une motorisation qui est loin d’être propre. Même si cela limite les émissions de CO2, cela resterait une alternative « dangereuse » selon l’ONG Transport et Environnement.

« Les émissions réelles de CO2 des hybrides rechargeables (PHEV) testés sont de 85 à 114 g/km, soit environ 3 fois la note officielle artificiellement basse de 27 à 36 g/km. […] Lors des déplacements domicile-travail, en commençant avec une batterie complètement chargée, les émissions de CO 2 testées étaient 1,2 à 3 fois supérieures aux valeurs officielles.

Faire face aux futures interdictions promulguées par l’Union européenne

Pourtant, selon une information relayée par un article de la Tribune, les motorisations hybrides séduisent, puisque leur part de marché a bondi de 13 % (de 3 % à 11 % en un an seulement). De plus, vendre ce type de motorisation mettrait moins de pression sur les constructeurs pour vendre des modèles électriques, selon l’ONG.

En effet, les constructeurs automobiles doivent désormais composer avec une décision du Parlement européen promulguée en novembre 2022, stipulant que la vente de voitures neuves essence et diesel sera formellement interdite en 2035 pour atteindre son objectif de neutralité climatique d’ici 2050.

Une interdiction qui avait suscité des protestations tant de la part de certains pays, comme l’Allemagne, que de certains constructeurs, comme BMW.

Source : Frandroïde

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Sébastien Carabin a net le podium en duatlon total pour Xterra Belgium – 3athlon.be – .
NEXT Une interview vertieft die Gräben – .