ruée vers l’or blanc – .

Perché à 3 600 mètres d’altitude, au sud-ouest de la Bolivie, le Salar d’Uyuni recèle un fabuleux trésor : 21 millions de mètres cubes de lithium, soit 40 % des réserves mondiales de ce métal sur lequel repose l’avenir de l’industrie automobile.

Si la production bolivienne se limite encore aux quelques tonnes sortant de la petite usine de Llipi, les salines du Chili voisin fonctionnent à pleine capacité. Les bassins d’évaporation des saumures pompées dans le sous-sol s’étendent à perte de vue.

Au bout de quelques semaines, il ne restera plus que du chlorure de lithium prêt à arriver dans les usines chinoises pour être transformé en carbonate de lithium et alimenter les lignes de fabrication de batteries.

Si le Chili et l’Australie produisent les trois quarts du lithium mondial, Pékin concentre l’essentiel de la filière… et de la valeur ajoutée. Au grand désarroi de l’industrie automobile et des gouvernements européens.

»

30 000 En kilomètres, c’est la distance parcourue par le lithium chilien, depuis son extraction jusqu’aux usines des constructeurs automobiles européens, en passant par les sites chinois de transformation et de fabrication de batteries.

Au fond de la mine

Après le pétrole, l’Europe doit faire face à sa dépendance au lithium. Pour y remédier, des projets d’exploitation voient le jour sur le continent, au Portugal et en Allemagne notamment.

En France, une filière semble émerger, avec plusieurs gisements identifiés dans le Massif Central, en Bretagne et en Alsace.

Le projet le plus prometteur se situe près d’Échassières, dans l’Allier. Imerys prévoit d’y extraire du lithium à partir de 2028, avec un objectif de 34 000 tonnes d’hydroxyde de lithium par an, de quoi équiper 700 000 véhicules électriques en batteries.

Et garantir 1 000 à 1 600 emplois directs et indirects. Le groupe doit toutefois rassurer sur l’impact environnemental du projet.

Il promet une exploitation 100% souterraine pour limiter les nuisances sonores et les poussières, l’utilisation de machines électriques pour l’extraction et le concassage du minerai et le transport du mica jusqu’à l’usine de traitement via des canalisations afin d’éviter l’afflux de camions sur les routes de cette zone rurale.

Enfin, Imerys s’engage à traiter ou réutiliser une grande partie des 1,8 millions de mètres cubes d’eau nécessaires chaque année aux opérations d’extraction et de transformation.

»

8 kg C’est la quantité moyenne de lithium contenue dans une batterie de voiture électrique d’une capacité de 60 kWh.

Vers un lithium zéro carbone

Ces mesures pourraient faire du lithium d’Échassières l’un des plus propres au monde, avec des émissions de CO2 deux fois inférieures à celles des mines australiennes et une consommation d’eau 5 à 15 fois inférieure à celle des salines chiliennes.

Cet atout séduit les constructeurs automobiles, en quête de lithium « propre ». En juin 2022, Stellantis est entré au capital de Vulcan, une société australienne qui développe des technologies d’extraction sans recours aux énergies fossiles.

Un premier site devrait ouvrir en 2026 dans la vallée du Rhin, en Allemagne, et permettre la livraison du premier lithium zéro carbone. Face à l’urgence climatique, l’or blanc a encore plus de valeur s’il est vert !


La production de lithium est passée de 34 000 à 180 000 tonnes en dix ans(1). Cette hausse s’explique principalement par les besoins croissants en batteries des constructeurs automobiles, engagés dans une démarche d’électrification forcée de leurs gammes.

Entre 2013 et 2023, les ventes mondiales de véhicules électrifiés – 100 % électriques ou hybrides rechargeables – sont passées de 91 000 à 14 millions d’unités, et constituent désormais 20 % du marché. Une proportion qui devrait augmenter d’ici 2030.

Le centre d’étude du Rocky Mountain Institute estime que ces modèles représenteront les deux tiers des ventes totales d’ici 2030. Une aubaine pour les acteurs de la filière lithium puisque les batteries automobiles représentent 80 % de la consommation d’or blanc (une part qui devrait monter à 95 % d’ici 2030). la fin de la décennie, selon un rapport de McKinsey & Company).

D’énormes gisements dans la cordillère des Andes

Si des gisements de lithium ont été découverts partout dans le monde, cinq pays assurent aujourd’hui 99 % de la production mondiale, plus des trois quarts de ce métal provenant des mines australiennes et des salines du Chili.

Une grande partie des ressources connues se trouvent en Amérique du Sud, dans une région appelée le triangle du lithium, partagée entre l’Argentine, le Chili et la Bolivie.

Les immenses lacs salés abriteraient 80 % des réserves mondiales de lithium. La Bolivie tarde cependant à exploiter ses immenses ressources, faute d’infrastructures et d’investissements suffisants. Une récente découverte pourrait rebattre les cartes.

Une étude publiée dans Science Advances rapporte la découverte d’un gigantesque gisement de lithium aux États-Unis, où la caldeira du méga volcan McDermitt contient 120 millions de tonnes de lithium, soit quatre fois plus que la Bolivie, le Chili et l’Argentine réunis !

(1) Source : Enquête géologique des États-Unis.


Les points forts

Lauréats du prix Nobel

Le lithium a été découvert en 1817 par le chimiste suédois Johan August Arfwedson. Deux siècles plus tard, ses lointains héritiers, John B. Goodenough, Stanley Whittingham et Akira Yoshino, reçurent le prestigieux prix Nobel de chimie pour leurs travaux sur les batteries Li-ion.

Des talents multiples

Bien avant l’avènement des piles bouton au lithium, dans les années 1970, le métal était utilisé pour améliorer la résistance thermique du verre et comme initiateur de polymérisation dans la production de caoutchouc synthétique et de pneus. Il est également utilisé en médecine pour traiter les troubles de l’humeur.

L’influence du Moyen

Troisième producteur de lithium, la Chine détient 7 % des réserves mondiales connues et domine le raffinage, opération nécessaire pour obtenir du carbonate de lithium de qualité batterie (60 %). Ses usines produisent 70 % des cellules lithium-ion utilisées dans les batteries automobiles.

Plein d’énergie

Les batteries Li-ion ont en moyenne une densité quatre fois supérieure à celle des batteries au plomb, ce qui permet de stocker la même quantité d’énergie dans un volume plus réduit. Ils ont une durée de vie beaucoup plus longue et une meilleure vitesse de chargement.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Ces émissions de méthane faciles à éviter pour lutter contre le changement climatique
NEXT La CAQ donnera son feu vert au 3e lien autoroutier