La Chine se débarrasse du dollar à un rythme record

La Chine se débarrasse du dollar à un rythme record
La Chine se débarrasse du dollar à un rythme record


11h50 ▪
7
min de lecture ▪ par
Nicolas T.

La Chine accélère sa dédollarisation avec des ventes record de bons du Trésor américain. Le monde aura bientôt besoin d’une nouvelle monnaie de réserve : le Bitcoin.

La Chine n’investit plus dans la dette américaine

La Chine a délesté l’équivalent de 76 milliards de dollars de bons du Trésor américain au cours des trois derniers mois. Ses réserves détenues en dette américaine sont au plus bas depuis 2009, à 767 milliards de dollars.

Selon les données du Trésor américain, la Chine détient moins de 10 % des 8 100 milliards de bons du Trésor détenus en réserve dans le monde. Et seulement 2,2% de la dette totale américaine, qui atteint 34 537 milliards de dollars.

Le Japon est le pays qui en détient le plus (1,187 milliards de dollars). Viennent ensuite la Chine, le Royaume-Uni (728 milliards de dollars), le Luxembourg (400 milliards de dollars), le Canada (359 milliards de dollars), l’Irlande (317 milliards de dollars) et la Belgique (317 milliards de dollars).

Les ventes massives de la Chine sont probablement des représailles à l’interdiction de TikTok ainsi qu’aux récentes augmentations de droits de douane sur une gamme de produits chinois. Donald Trump menace de les porter à 60 % en cas de réélection en septembre.

«La vente par la Chine de titres du Trésor américain pourrait s’accélérer avec la reprise de la guerre commerciale entre les deux nations»déclare Stephen Chiu, stratège FX en Asie pour Bloomberg Intelligence.

A l’inverse, les relations diplomatiques et économiques sont au beau fixe avec la Russie. Actuellement en Chine pour son premier voyage à l’étranger depuis sa réélection, Vladimir Poutine a déclaré :

«La décision commune prise au moment opportun de garantir que les transactions soient effectuées dans nos monnaies nationales a donné une forte impulsion à nos échanges commerciaux. Aujourd’hui, 90 % des paiements sont effectués en roubles et en yuans.»

La dédollarisation gagne du terrain et les dix pays des BRICS ne sont pas en reste. Sur ce sujet, ne manquez pas notre article : Le FMI voit le dollar céder la place aux autres monnaies de réserve.

Dédollarisation = Inflation

Depuis 37 mois consécutifs, l’inflation annuelle n’est pas inférieure à 3% aux Etats-Unis. Les prix ont augmenté de près de 20 % en moins de quatre ans. Et certainement plus, puisque les instituts de statistique recourent à des astuces comptables pour cacher la réalité.

Autrement dit, le dollar a perdu un cinquième de son pouvoir d’achat en moins de quelques années. Le rêve américain semble très lointain et la dédollarisation n’améliorera pas la situation.

Les États-Unis bénéficient depuis longtemps du fait que les pays détiennent leurs réserves de change sous forme de bons du Trésor. Cela permet une balance commerciale chroniquement déficitaire sans chute du dollar. C’est le fameux « privilège exorbitant » sans lequel l’inflation serait bien plus élevée outre-Atlantique.

« De nombreuses forces inflationnistes nous attendent », a déclaré le PDG de JP Morgan dans une interview accordée à Bloomberg. Les coupables sont les coûts liés à la transition énergétique, à la remilitarisation, aux dépenses d’infrastructures, aux guerres commerciales, sans oublier le déficit budgétaire.

« Je pense que les chances que l’inflation reste élevée ou que les taux augmentent sont plus grandes que nous ne le pensons », il a dit. Jamie Dimon avait déjà tenu des propos similaires dans sa lettre annuelle aux actionnaires, affirmant qu’il se préparait à des taux d’intérêt allant de 2% à 8%, « ou même plus »…

Pour le banquier, le risque géopolitique est crucial compte tenu de son impact sur les prix du pétrole et du gaz, sur les échanges commerciaux et sur le jeu des alliances. Avec la guerre en Ukraine, la situation au Moyen-Orient et le recours au chantage nucléaire, la situation géopolitique est “très tendu”il prévient.

Le pire des cas serait un embargo pétrolier en réaction aux actions israéliennes en Palestine. Une réduction drastique des échanges commerciaux sino-américains serait également très inflationniste.

Sachant que l’inflation est déjà telle que des rumeurs courent selon lesquelles les banquiers centraux relèveraient leur objectif d’inflation dans les années à venir. C’est ce qu’a laissé entendre Christine Lagarde lors d’un entretien avec le Conseil des relations extérieures.

Assurance Bitcoin

Les prix ne baisseront jamais et la valeur du dollar continuera de s’évaporer. Pour vous en convaincre, voyez ci-dessous l’ampleur des promesses financières (notamment les pensions de retraite) qui nécessiteront de nouveaux emprunts (passifs non financés) :

« Les États-Unis ont une dette fédérale de 33 700 milliards de dollars et des promesses non financées (comme les pensions de retraite) de 211 200 milliards de dollars, ce qui porte la dette totale à environ 245 000 milliards de dollars.
Cela représente environ 55 fois les recettes fiscales, ce qui équivaut à un salaire de 100 000 dollars et une dette de 5,5 millions de dollars.»

Les nouvelles générations feraient bien de bien choisir leurs investissements, car elles n’auront pas de retraite… Et ne parlons même pas du pic pétrolier qui va encore aggraver la situation…

[Our article on this topic: Bitcoin and Endless Inflation]

Au niveau des nations, ce n’est qu’une question de temps avant que certains refusent les factures de voisins hostiles. Pourquoi Pékin accepterait-il de placer ses réserves dans la dette américaine s’il obtient en échange des droits de douane de plus en plus élevés ?

Ce n’est pas un hasard si la Chine et les pays méfiants à l’égard de la Pax Americana augmentent leurs réserves d’or. Tous les grands pays développés ont accumulé autant d’or physique que possible pendant et après la Seconde Guerre mondiale…

L’or représente aujourd’hui 5% des réserves chinoises et 20% dans le cas de la Russie. Malheureusement pour l’or, ce n’est pas un réseau de paiement comme le réseau SWIFT. Même à l’époque du Gold Standard, c’était en fait le dollar qui circulait.

Le monde a besoin d’une réserve de valeur qui soit également un réseau de paiement international. C’est précisément ce qu’est Bitcoin. De plus, c’est une bien meilleure réserve de valeur puisqu’elle existe en quantité absolument finie. Près de 94 % des bitcoins sont déjà en circulation. Quant à l’or…

Le problème est que la Chine considère toujours Bitcoin comme une menace pour son contrôle des capitaux. Mais si les Chinois veulent commercer sur un pied d’égalité avec l’Occident, il faudra faire un geste dans ce sens. L’anathème sur Bitcoin n’aura alors plus aucun sens.

Apatride et non censurable, Bitcoin permettrait des échanges sur un pied d’égalité. Il a vocation à devenir un maillon essentiel du commerce international.

Maximisez votre expérience Cointribune avec notre programme « Lire pour gagner » ! Gagnez des points pour chaque article que vous lisez et accédez à des récompenses exclusives. Inscrivez-vous maintenant et commencez à augmenter vos avantages.

Cliquez ici pour rejoindre « Lire pour gagner » et transformez votre passion pour la cryptographie en récompenses !

Nicolas T. avatar

Nicolas T.

Bitcoin, journaliste géopolitique, économique et énergétique.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Idolâtrer est un moment pour nous de partager le bonheur
NEXT L’Italie renverse l’Albanie lors de son premier match