Réformes urgentes suite à la décision du juge Robert Molloy

Geneviève Whitaker. (Photo soumise)

En tant qu’ancien superviseur adjoint des élections à Sainte-Croix, ancien sénateur et ancien membre du conseil des normes de la US Elections Assistance Commission, j’ai une profonde compréhension de l’importance cruciale du maintien de l’intégrité et de l’équité de notre processus électoral. Les développements récents, en particulier la décision du juge en chef du tribunal de district, ont mis en évidence des lacunes importantes dans nos lois électorales, nécessitant une action législative immédiate pour sauvegarder les droits de vote et garantir le respect des mandats fédéraux.

La décision du juge Robert Molloy dans le procès intenté par le Comité national républicain contre le Conseil des élections des Îles Vierges a mis au premier plan de graves problèmes liés à nos statuts électoraux. La décision a invalidé les élections primaires de cette année, invoquant le flou inconstitutionnel de dispositions spécifiques du Code des Îles Vierges relatives aux candidats à des fonctions publiques, notamment ceux qui se présentent à l’Assemblée législative, aux délégués au Congrès, au Conseil de l’éducation et au Conseil des élections.

Le tribunal a estimé que plusieurs articles du Code des Îles Vierges imposaient de lourdes charges aux activités des partis et portaient atteinte à la liberté d’association des plaignants garantie par le premier amendement. Plus précisément, le tribunal a invalidé les dispositions suivantes :

– 18 VIC §§ 301(a), 303(a)-(c), 305, 306(a), 307, 342 et la première phrase contenue dans 18 VIC § 304(a) pour imposer des charges excessives à une partie interne opérations sans servir un intérêt gouvernemental impérieux.

– 18 VIC § 232, deuxième phrase, pour être inconstitutionnellement vague et violer une procédure régulière en omettant de fournir un moyen de recours.

Ces résultats indiquent clairement la nécessité pour la législature des Îles Vierges d’agir rapidement pour réviser et clarifier nos lois électorales, en veillant à ce qu’elles soient conformes aux mandats fédéraux et aux protections constitutionnelles.

En outre, le respect actuel du Help America Vote Act et des lignes directrices établies par la Election Assistance Commission est sous surveillance. HAVA, promulguée en tant que loi publique 107-252 le 29 octobre 2002, impose des normes spécifiques pour l’administration des élections, y compris l’utilisation de certains types d’équipement et de procédures de vote. Les Îles Vierges doivent aligner leurs lois électorales sur ces normes fédérales pour protéger les droits de vote et maintenir la confiance du public dans le processus électoral.

La superviseure des élections Caroline Fawkes, mon ancienne patronne, a témoigné devant l’Assemblée législative le 13 mai devant le comité plénier, exprimant ses inquiétudes quant au fait que les élections primaires ne soient pas menées par le Bureau du superviseur des élections et le Conseil des élections. Selon l’article 18 VIC § 232, « Les élections primaires du parti auront lieu dans les îles Vierges le premier samedi d’août dans le but de choisir les candidats à la nomination aux fonctions publiques qui seront votés lors des élections générales suivantes. Le Conseil des élections sera chargé de certifier le processus qui sera utilisé par tout parti politique pour sélectionner les dirigeants du parti et les candidats à des fonctions publiques. Cette loi, rédigée en 1998 et modifiée pour la dernière fois le 31 mai 2012, exige que le pouvoir législatif aborde la question et apporte les changements nécessaires pour autoriser le Bureau du Contrôleur à organiser les élections. Sans de tels changements, les contestations judiciaires continueront de saper notre processus électoral.

La récente décision du tribunal a clairement montré que l’état actuel de nos lois électorales est intenable. Pour répondre à ces questions urgentes, je demande à la 35e législature d’entreprendre les actions suivantes :

  1. Clarification et réforme législative : modifier le Code des îles Vierges pour éliminer les dispositions vagues et inconstitutionnelles. Un langage clair et précis est essentiel pour garantir que les lois électorales soient compréhensibles et applicables, évitant ainsi de futures contestations judiciaires et protégeant l’intégrité de nos élections.
  2. Protection des droits des électeurs : Renforcer les dispositions de la HAVA qui garantissent aux électeurs la possibilité de corriger leur bulletin de vote avant de le soumettre. Cela implique de veiller à ce que tous les systèmes et procédures de vote soient conformes aux directives de l’EAC, garantissant ainsi l’exactitude et la fiabilité du processus électoral.

De plus, il est crucial de reconnaître que la HAVA impose des équipements et des directives spécifiques, ce qui soulève des inquiétudes quant à la capacité des partis politiques comme le Mouvement des citoyens démocrates, républicains et indépendants à organiser des primaires conformément à ces normes. Dans l’affaire Kenneth Mapp et Janelle Sarauw c. Fawkes (2014), qui portait sur les questions de vote et le respect de la Help America Vote Act, la manière de voter, en particulier le placement des bulletins de vote dans le bac secondaire, est devenue une préoccupation centrale. . Cette bataille juridique a souligné l’importance cruciale du respect des normes fédérales décrites dans la HAVA pour une administration électorale efficace. Cela souligne encore davantage la nécessité d’une intervention législative pour garantir que notre infrastructure électorale répond aux exigences fédérales et protège les droits fondamentaux de tous les électeurs.

Au cours de mon mandat en tant que superviseur adjoint des élections, j’ai été nommé avec le superviseur, Fumseck, au sein du Conseil des normes de la Commission d’assistance électorale des États-Unis, composé de 110 membres issus des responsables des élections nationales et locales à travers les États-Unis et leurs territoires. Je me suis ensuite présenté en 2016 pour siéger au Conseil d’administration du Conseil des normes, avant de me présenter aux élections en 2018. J’ai été pour la dernière fois vice-président du Conseil d’administration. Mon élection au conseil d’administration et ma nomination ultérieure à la présidence du Clearinghouse Committee, une entité mandatée par la HAVA, ont souligné mon engagement à développer les lignes directrices du système de vote volontaire et à centraliser les ressources pour l’administration efficace des élections fédérales et locales.

Les Îles Vierges doivent prendre des mesures décisives pour réformer leurs lois électorales, en veillant à ce qu’elles soient claires, équitables et pleinement conformes aux normes fédérales. Ce faisant, nous pouvons préserver l’intégrité de nos élections et garantir que chaque vote soit compté de manière équitable et précise.

Genevieve Whitaker, est candidate démocrate à des fonctions publiques (Assemblée législative des îles Vierges, district de Sainte-Croix), ancienne sénatrice de la 34e législature des îles Vierges, ancienne superviseure adjointe des élections (district de Sainte-Croix) et ancienne membre du conseil des normes, Commission américaine d’assistance électorale.

Version imprimable, PDF et e-mail
 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Le Starliner de Boeing a désormais 5 fuites
NEXT découvrez la liste des mesures prises par les nouvelles autorités