OQTF, dossier des personnes recherchées… Ce que l’on sait du pyromane tué à la synagogue de Rouen

OQTF, dossier des personnes recherchées… Ce que l’on sait du pyromane tué à la synagogue de Rouen
OQTF, dossier des personnes recherchées… Ce que l’on sait du pyromane tué à la synagogue de Rouen

« Un acte antisémite. » L’auteur de l’incendie de la synagogue de Rouen vendredi était répertorié comme personne recherchée depuis « quelques semaines », a indiqué Gérald Darmanin, le ministre de l’Intérieur, lors d’un point presse. Cet homme « d’origine algérienne », qui avait demandé une carte de séjour pour « étrangers malades » en 2022, a vu son recours rejeté « fin janvier » 2024. Selon une Source proche du dossier, ce suspect est né en 1995. .

« Visiblement mal intentionné sur le territoire national », il était inscrit au fichier des personnes recherchées depuis « quelques semaines ». “S’il avait été arrêté, nous aurions placé cette personne dans un centre de rétention administrative pour l’expulser vers son pays d’origine”, a précisé le ministre. L’homme n’était connu “ni des dossiers de renseignement pour radicalisation, c’est-à-dire qu’il n’était pas fiché S, ni des services de police”.

Un homme « particulièrement violent »

L’auteur de l’incendie, qui a ensuite menacé les policiers avec “un couteau extrêmement gros”, était “un individu particulièrement dangereux, particulièrement violent”. Il a été tué par un jeune policier adjoint de 25 ans.

Selon le procureur de la République de Rouen Frédéric Teillet, le fonctionnaire semble avoir utilisé son arme « dans des conditions autorisées ». ” DONC [que les policiers] tente de convaincre l’individu de descendre du toit, il jette dans sa direction la barre de fer qui s’avère être un ciseau perforateur, puis saute du toit et court vers un policier en le menaçant avec un couteau qu’il porte , son bras toujours levé vers lui », a indiqué le magistrat.

Le policier décoré

Après des avertissements « restés sans effet », le policier menacé « aurait fait usage de son arme à cinq reprises, touchant l’individu à quatre reprises ». «Je voudrais féliciter [le jeune policier] ici et dites-lui qu’il sera décoré par la République pour son soutien à la protection des lieux de culte et des personnes. Il a utilisé son arme administrative et je veux dire qu’il a eu raison de le faire », a déclaré Gérald Darmanin.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV une collecte est organisée vendredi 14 juin à Buxerolles
NEXT Une interview vertieft die Gräben – .