Québec veut abolir le prix plancher de l’essence

Québec veut abolir le prix plancher de l’essence
Québec veut abolir le prix plancher de l’essence

C’est le ministre de l’Économie, de l’Innovation et de l’Énergie, Pierre Fitzgibbon, qui en a fait l’annonce ce jeudi à la suite d’une analyse de l’essence et du diesel au Québec. Plusieurs recommandations ont été formulées pour que le coût de l’essence demeure le plus accessible possible. Le Québec en retiendra deux.

Ainsi, agira « dans les prochains mois » en abrogeant l’article 67 de la Loi sur les produits pétroliers, éliminant ainsi le prix minimum de l’essence. “Cet article ne tient plus la route”, a déclaré M. Fitzgibbon lors d’une conférence de presse.

De plus, nous mettrons en place un régime de « transparence » sur les prix de l’essence.

“Nous allons obliger les stations-service à transmettre quotidiennement à l’Autorité de l’énergie les modifications du prix de l’essence affiché à la pompe.”

– Pierre Fitzgibbon, ministre de l’Économie

« Des applications devraient être développées pour faciliter la transmission de ces informations en temps réel aux consommateurs », conclut l’étude, qui précise que d’autres pays disposent déjà de lois sur la transparence des prix de l’essence.

“La gestion […] sera en mesure de diffuser les prix dans les différentes régions », a déclaré le ministre Fitzgibbon.

À l’inverse, le professeur ne recommande pas au gouvernement d’imposer un prix plafond qui empêcherait les détaillants de dépasser un certain prix de vente.

« Je recommande au gouvernement d’éviter d’imposer un prix plafond en raison des éventuelles distorsions importantes que cela pourrait provoquer. […]. En outre, le coût de la mise en place d’un mécanisme de régulation chargé de superviser l’établissement et l’ajustement régulier des prix plafonds serait élevé », indique l’étude.

Nous avions auparavant constaté des prix beaucoup plus élevés dans les régions de la Capitale-Nationale et de Chaudière-Appalaches qu’ailleurs.

M. Fitzgibbon a souligné que les actions du gouvernement servent à empêcher l’existence d’un « système d’ajustement automatique des prix ». […] Loin de moi l’idée d’accuser cela. Mais nous devons faire preuve de transparence.

Robert Clark, professeur d’économie à l’Université Queen’s et professeur affilié au Département d’économie appliquée de HEC Montréal, a été chargé de concevoir ce rapport d’une centaine de pages.

Avec les informations de Benjamin Ducornait, Initiative de journalisme local

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV vivez une journée type dans la peau d’une star de la Croisette ! – .
NEXT Europe : Les Bourses en baisse malgré l’inflation britannique – 22/05/2024 à 11h20