La NASA capture une confrontation solaire épique

La NASA capture une confrontation solaire épique
La NASA capture une confrontation solaire épique

L’observatoire de la dynamique solaire de la NASA a capturé cette image d’une éruption solaire – comme le montre le flash lumineux à droite – le 15 mai 2024. L’image montre un sous-ensemble de lumière ultraviolette extrême qui met en évidence la matière extrêmement chaude des éruptions et qui est colorisée en sarcelle. Crédit : NASA/SDO

Le 15 mai 2024, NASAL’Observatoire de la dynamique solaire, qui surveille en permanence le Soleil, a capturé des images de deux puissantes éruptions solaires de classe X. La première a été classée comme une éruption de classe X3.4 et a culminé à 4 h 37 HE. La deuxième éruption, classée X2,9, a culminé à 10 h 38 HE.

Les éruptions solaires sont d’intenses explosions de rayonnement émanant de la libération d’énergie magnétique associée aux taches solaires. Ces éruptions sont visibles sur tout le spectre électromagnétique, des ondes radio aux rayons gamma, et comptent parmi les phénomènes les plus puissants du système solaire. Lorsqu’elles sont dirigées vers la Terre, les éruptions solaires peuvent influencer notre planète de plusieurs manières, notamment en perturbant les communications par satellite, en affectant le fonctionnement du réseau électrique et en renforçant les aurores boréales et australes.

L’impact sur Terre implique principalement l’interaction du rayonnement solaire avec le champ magnétique terrestre, ce qui peut conduire à des tempêtes géomagnétiques. Ces tempêtes peuvent perturber la technologie et les infrastructures et exposer les astronautes et les vols à haute altitude à des niveaux de rayonnement plus élevés.

L’observatoire de la dynamique solaire de la NASA a capturé cette image d’une éruption solaire – comme le montre le flash lumineux à gauche – le 15 mai 2024. L’image montre un sous-ensemble de lumière ultraviolette extrême qui met en évidence la matière extrêmement chaude des éruptions et qui est colorisée en sarcelle. Crédit : NASA/SDO

Les éruptions solaires sont classées en fonction de leur intensité en longueurs d’onde de rayons X, allant de la classe A (la plus faible) à la classe X (la plus forte). Chaque classe a une production d’énergie décuplée, et au sein de chaque classe, une échelle plus fine de 1 à 9 distingue davantage la force de la fusée. Les éruptions de classe X sont les plus grandes explosions du système solaire et peuvent déclencher des pannes radio à l’échelle de la planète et des tempêtes de radiations de longue durée.

Le Solar Dynamics Observatory (SDO) de la NASA est une mission dédiée à la compréhension de l’influence du Soleil sur la Terre et dans l’espace proche de la Terre en étudiant l’atmosphère solaire à de petites échelles d’espace et de temps. et dans plusieurs longueurs d’onde simultanément. Lancé le 11 février 2010, SDO fait partie du programme Living With a Star (LWS) de la NASA.

Image conceptuelle d’artiste du satellite SDO en orbite autour de la Terre. Crédit : NASA

L’observatoire est équipé d’une suite d’instruments qui fournissent des observations conduisant à une compréhension plus complète de la dynamique solaire à l’origine de la variabilité de l’environnement terrestre. L’un de ces instruments est l’Atmospheric Imaging Assembly (AIA), qui produit des images du disque solaire dans plusieurs longueurs d’onde toutes les 12 secondes, fournissant ainsi un aperçu de la structure et de la dynamique de la couronne solaire. Autre instrument crucial, l’Imageur Héliosismique et Magnétique (HMI), étudie la variabilité solaire et caractérise l’intérieur du Soleil et les différentes composantes de l’activité magnétique.

Les données SDO sont essentielles pour aider les scientifiques à comprendre l’influence du Soleil sur la Terre et l’environnement spatial en observant les éruptions solaires, les éjections de masse coronale (CME) et d’autres phénomènes solaires. Ces informations sont cruciales pour améliorer la capacité de prédire les événements météorologiques spatiaux susceptibles d’affecter les opérations des satellites, les astronautes et les systèmes au sol.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Les meilleurs endroits pour voir du street art à Paris
NEXT « Je suis allé voir Ary Abittan parce qu’on voulait le bannir »