«Que fait Québec?» demande Mario Dumont

«Que fait Québec?» demande Mario Dumont
«Que fait Québec?» demande Mario Dumont

Mario Dumont estime que la Ville de Québec n’a pas réagi assez fortement au message du chef du syndicat col bleu qui explique à ses membres les moyens de « ralentir le travail naturellement ».

• Lire aussi : [VIDÉO] Québec: le leader syndical des cols bleus explique comment «faire ralentir naturellement le travail»

Dans une vidéo publiée il y a deux semaines, Luc Boissonneau explique «qu’on n’a pas le droit, officiellement, de ralentir le travail en se basant sur le Code du travail du Québec». […] mais [que] La façon de procéder est très simple.

« On parle beaucoup ce printemps de savoir si on en a pour son argent en matière de services publics », a déclaré M. Dumont lors de son commentaire à l’émission « Le Québec Matin ». Quand vous écoutez cela, vous avez un début de réponse.

L’animateur de LCN et Qub Radio s’interroge toutefois sur la réponse de la Ville de Québec, qu’il ne trouve pas assez ferme.

L’administration municipale a adressé une mise en demeure au dirigeant syndical lui demandant de se rétracter.

« Une fois, on s’est dit choqué, indigné, choqué par les propos du leader syndical, excusez-moi, mais que fait la Ville de Québec ? il demande. Il y aurait des motifs de poursuites, voire même un lock-out.»

“A moins que les syndiqués n’expulsent leur dirigeant syndical, c’est absolument interdit”, ajoute-t-il. Le syndicat fait exactement ce que le droit au lock-out était censé faire. Il s’agit d’une mesure extrême pour réagir à une déclaration extrême. Si j’étais un contribuable québécois aujourd’hui, je serais plus choqué par la Ville que par le syndicat.»

L’ancien chef de l’Action démocratique du Québec a une suggestion pour Québec.

“Nous avons attaqué les propos, mais nous n’avons pas attaqué la gravité du fait”, affirme-t-il. Je serais curieux de faire une étude sur la productivité des cols bleus au Québec. Ils l’ont fait contre les cols bleus de Montréal, il y a 30 ans. C’était 30 % de leur taux de productivité.

«Je prendrais le dirigeant syndical au mot et je demanderais à un cabinet indépendant de mesurer la qualité des opérations», ajoute-t-il. Il a de la chance de ne pas m’avoir comme maire.

Voir le commentaire complet de Mario Dumont dans la vidéo ci-dessus

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Nailloux. Journée dédiée au sport
NEXT un biopic explosif sur Trump marque la mi-festival