un deuxième gendarme tué suite à une « fusillade accidentelle », la situation reste « très tendue »

un deuxième gendarme tué suite à une « fusillade accidentelle », la situation reste « très tendue »
Descriptive text here

La Nouvelle-Calédonie reste confrontée à de violents affrontements. Un deuxième gendarme a été tué ce jeudi matin, suite à un «tir accidentel » de la part d’un de ses collègues, a annoncé le ministre de l’Intérieur et de l’Outre-mer, Gérald Darmanin. Ce décès porte à cinq, dont deux gendarmes, le nombre de morts en Nouvelle-Calédonie depuis le début des émeutes lundi.

Pour la troisième nuit consécutive, des émeutes ont éclaté dans l’archipel français du Pacifique Sud, 24 heures après l’adoption par l’Assemblée nationale d’un projet de loi de révision constitutionnelle. « La nuit du mercredi 15 au jeudi 16 mai 2024 a été « un peu moins violente que la précédente », a déclaré Louis Le Franc, Haut-Commissaire de la République en Nouvelle-Calédonie. Mais les émeutes qui touchent principalement l’agglomération de Nouméa demeurent selon lui “extrêmement violent”. Suivez la situation ce jeudi.

L’essentiel

  • Cinq personnes sont mortes et des centaines ont été blessées au cours de trois nuits d’émeutes
  • Près de 200 personnes ont été arrêtées depuis lundi
  • La situation “reste très tendue” selon Gabriel Attal
  • L’armée déployée sur l’archipel français
  • L’état d’urgence est entré en vigueur mercredi soir
  • Gabriel Attal annonce l’interdiction de TikTok, utilisé par les émeutiers
  • De nombreux bâtiments ont été incendiés, des magasins pillés
  • L’échange en visioconférence avec les élus calédoniens a été annulé

Cinq morts, des centaines de blessés

En trois nuits, les émeutes ont déjà tué cinq personnes, dont deux policiers. Les victimes sont deux hommes âgés de 20 et 36 ans, ainsi qu’une jeune fille de 17 ans, et un gendarme mobile de 22 ans, qui était affecté à Melun en Seine-et-Marne. Un deuxième gendarme a été tué jeudi matin suite à un « tir accidentel », a annoncé le ministre de l’Intérieur et de l’Outre-mer, Gérald Darmanin. L’accident s’est produit alors qu'”une unité configurait un véhicule blindé à la caserne Bailly”* à Nouméa au nord de la ville, précise sur X la gendarmerie. La fusillade a été “déclenché dans des circonstances encore à préciser”, ajoute la gendarmerie à X.

Gérald Darmanin a indiqué jeudi que deux des victimes civiles étaient des indépendantistes kanak. L’auteur présumé des faits a été arrêté dans le cadre de l’enquête ouverte après leur assassinat. Le ministre assure que ces deux personnes ont été victimes de « à balles réelles » pendant qu’elleIls « sont évidemment venus voler une voiture ». “La police est là pour arrêter tous les tueurs”, a commenté le ministre.

Les violences ont également fait plusieurs centaines de blessés, dont 63 membres des forces de l’ordre. Nuit du mercredi au jeudi “C’était moins violent” que les deux précédents, a estimé le représentant de l’Etat dans l’archipel, Louis Le Franc, même si celui-ci était encore le théâtre d’affrontements. “très important”.

La situation “reste très tendu”, a déclaré Gabriel Attal jeudi après la réunion d’un nouveau conseil de défense à l’Élysée, “avec des pillages, des émeutes, des incendies, des attentats évidemment insupportables et innommables”. Plus tôt, le représentant de l’Etat dans l’archipel, Louis Le Franc, avait indiqué que la nuit de mercredi à jeudi s’était “été moins violent“que les deux précédents, même si c’était encore le théâtre d’affrontements “très important”.

De nouveaux renforts de police et de gendarmerie

Un millier de policiers et gendarmes supplémentaires sont en cours de déploiement en Nouvelle-Calédonie, a également indiqué le Premier ministre. “A la demande du Président de la République, nous renforcerons encore le pont aérien de rétablissement de l’ordre mis en place, pour déployer un millier de personnels de sécurité intérieure supplémentaires, en plus des 1 700 personnels déjà en poste. lieu”a détaillé le Premier ministre.

Gabriel Attal a également indiqué que“une circulaire pénale” serait publié par le ministre de la Justice dans les prochaines heures pour « garantir les sanctions les plus lourdes contre les émeutiers et les pilleurs ».

Le chef du gouvernement invitera également à Matignon, en compagnie du ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, “dans les prochaines heures”le président du Sénat Gérard Larcher, la présidente de l’Assemblée nationale Yaël Braun-Pivet, ainsi que les commissions parlementaires de liaison sur la Nouvelle-Calédonie pour un “échange” sur la crise. « Cette crise a des conséquences économiques importantes »a relevé Gabriel Attal, qui a également demandé au ministre de l’Economie Bruno Le Maire de “rassembler le monde économique dans les prochaines heures par visioconférence” de l’archipel “pour leur apporter le soutien nécessaire.”

Louis Le Franc affirme avoir survolé en hélicoptère l’agglomération du Grand Nouméa et le décrit comme « meurtri » avec un numéro “impressionnant” de « des structures publiques et privées totalement détruites par un incendie ». “Les routes principales et secondaires sont marquées par de grands barrages routiers, avec des voitures en feu (…) et certains barrages routiers sont piégés avec des bouteilles de gaz et des systèmes d’allumage., il dit. Dans l’agglomération de Nouméa, les riverains ont commencé pour organiser la protection de leurs quartiers et érigé des barricades de fortune, faites de palettes en bois, de canettes et autres brouettes, sur lesquelles ils ont planté des drapeaux blancs.

Etat d’urgence en vigueur, armée déployée

Depuis le début des émeutes, 196 personnes ont été arrêtées, rapporte ce jeudi Nouvelle Calédonie la 1ère. L’état d’urgence, souhaité par Emmanuel Macron, est en vigueur sur l’archipel français depuis 20 heures (heure de Paris) mercredi soir. Dans ce contexte, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a procédé dix assignation à domicile des membres de la Cellule de coordination de l’action sur le terrain (CCAT), la frange la plus radicale du Front de libération kanak (FLNKS) socialiste, accusés d’être les commanditaires présumés des violences. Cet état d’urgence doit également permettre les perquisitions administratives.

Mercredi soir, le Premier ministre Gabriel Attal a annoncéLe déploiement de l’armée en Nouvelle-Calédonie. Les militaires doivent ports et aéroports sécurisés. Le Haut Commissaire, pour sa part, « a annoncé un couvre-feu et interdit TikTok »réseau social utilisé par les émeutiers.

« Tout est fait pour que les Calédoniens retrouvent l’ordre et le calme auxquels ils ont droit. C’est une condition préalable à la poursuite du dialogue que j’espère”a écrit le Premier ministre sur le réseau social

La visioconférence entre Emmanuel Macron et les élus locaux annulée

La visioconférence qu’Emmanuel Macron avait proposée jeudi aux élus calédoniens ne pourra pas se tenir, a indiqué le ministère. « différents acteurs ne souhaitent pas dialoguer entre eux pour le moment »a annoncé l’Élysée. «La situation sur place rend difficile la tenue» a également noté la présidence. En conséquence, le chef de l’État échangera “directement avec les élus”séparément, a-t-elle ajouté, sans plus de détails.

Les députés ont adopté dans la nuit de mardi à mercredi le la réforme constitutionnelle qui a mis le feu aux poudres. Ce texte devra encore être voté par les parlementaires qui doivent se réunir avant « fin juin » au Congrès de Versailles, à moins qu’un accord sur un texte global entre indépendantistes et loyalistes n’intervienne au préalable, a précisé le président de la République.

Le texte voté vise à élargir le corps électoral pour les élections provinciales, un enjeu crucial dans l’archipel. Les indépendantistes estiment que cette modification risque de réduire leur poids électoral et de marginaliser « A fortiori pour le peuple autochtone Kanak ».

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Barkin dit que la Fed a besoin d’un « peu plus de temps » pour réduire l’inflation
NEXT l’essence et le diesel plus chers aujourd’hui