Les tensions montent après que la Russie a découvert 511 milliards de barils de pétrole en Antarctique

Les tensions montent après que la Russie a découvert 511 milliards de barils de pétrole en Antarctique
Descriptive text here
Lire aussi : Le pétrole est mauvais pour la démocratie

Présence russe renforcée

Signé en 1959 à Washington, le Traité sur l’Antarctique assure une protection importante à la région. Les pays signataires reconnaissent ainsi « qu’il est dans l’intérêt de toute l’humanité que l’Antarctique soit à jamais réservé aux seules activités pacifiques et ne devienne ni le théâtre ni l’enjeu de différends internationaux ».

“Bien qu’elle n’ait aucune revendication territoriale en Antarctique, la Russie, aux côtés des États-Unis et de la Chine, a progressivement renforcé sa présence dans la région ces dernières années à travers diverses campagnes scientifiques, établissant cinq stations de recherche sur le territoire depuis 1957”, rapporte le magazine. Semaine d’actualités.

La semaine dernière, “le député David Rutley a déclaré à l’EAC que son département avait décidé de faire confiance aux assurances russes selon lesquelles le pays ne menait que des recherches scientifiques, ajoutant : La Russie a récemment réaffirmé son engagement envers les éléments clés du traité”, précise encore. le Télégraphe. Les experts de la région ont averti qu’il « était naïf de faire confiance à la Russie pour remplir ses obligations – comme l’a montré son invasion de l’Ukraine ».

A lire aussi : Le Royaume-Uni relance la production de pétrole et de gaz en mer du Nord

Une surveillance attentive

Selon Klaus Dodds, professeur de géopolitique au Royal Holloway College du Royaume-Uni, cité par Semaine d’actualités, les activités de la Russie doivent être soigneusement examinées pour garantir qu’elles sont conformes aux normes internationales. « On craint que la Russie collecte des données sismiques qui pourraient être interprétées comme de la prospection plutôt que comme de la recherche scientifique. […] « Les activités de la Russie doivent être comprises comme une démarche visant à saper les normes associées à la recherche sismique et, en fin de compte, comme un précurseur de l’extraction future des ressources », a-t-il soutenu.

Les actions de la Russie dans la région pourraient ainsi « signaler une menace potentielle pour l’interdiction permanente de l’exploitation minière ».

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Pour la L1, il faudra remettre les mains au portefeuille
NEXT la chasse est presque terminée ? – .