« Les Démocrates » prône le dialogue direct

« Les Démocrates » prône le dialogue direct
« Les Démocrates » prône le dialogue direct

Le Bénin, après un embargo sur le pétrole nigérien, a décidé de lever temporairement cette mesure. Le parti « Démocrates » s’en félicite. Cependant, la crise demeure. Ce groupe politique d’opposition affirme vouloir une sortie définitive de la crise. A cet effet, à travers une déclaration rendue publique jeudi 15 mai 2024, à son siège à Cotonou, elle porte à la connaissance des autorités ses orientations pour la sortie de crise.

C’est le secrétaire à la communication du parti, Guy Mitokpè, qui a porté la voix du parti.

LA DÉCLARATION…

La population béninoise, à travers des informations relayées par les médias, a été informée de l’arrêté gouvernemental pris le 6 mai 2024 portant suspension du chargement par navire dans les eaux territoriales du Bénin du pétrole brut produit par la République du Niger et l’interdiction de l’exportation des produits alimentaires du Bénin toujours vers le Niger.

Cette décision ferait suite à l’échec des autorités nigériennes à ouvrir leur frontière avec le Bénin malgré la levée des sanctions de la CEDEAO suite aux événements du 26 juillet 2023 à Niamey.

Nous attirons l’attention de tous sur le fait surprenant que cette crise soit jusqu’à présent gérée en plaçant une parenthèse malheureuse sur l’Histoire. En effet, le Bénin et le Niger sont des liens séculaires tissés tout au long de l’histoire par les peuples, bien avant la constitution de nos Etats. Car en fait, ce sont les mêmes communautés des deux côtés du fleuve (Haussa, Djêrma qui partagent avec les Dendi la glorieuse histoire de l’empire Songhaï).

Nos pères fondateurs de mémoire vénérée Hubert MAGA et Hamani DIORI ont immédiatement eu envie, dès l’indépendance, de renforcer cette communauté de destin à travers la mise en œuvre de projets intégrant les deux peuples avec le port de Cotonou et l’emblématique OCBN. Il est important de souligner aujourd’hui avec force, au vu des turbulences actuelles, que malgré des malentendus passagères dans nos relations, les dirigeants de nos deux Peuples ont toujours eu une vision panafricaniste et intégrationniste de nos peuples. On a toujours parlé de construire une « oasis de coprospérité » entre le Bénin et le Niger.

Notre peuple a toujours cultivé l’harmonie, les échanges économiques apaisés et partagé la même culture à tel point que par endroits au Niger nos artistes Kiri kanta, Gnonnas Pedro sont plus adorés qu’au Bénin.

A l’analyse donc, le Pipeline d’Exportation Niger – Bénin (PENB) devrait s’inscrire dans cette tradition d’amitié et de coexistence pacifique entre nos peuples et même la renforcer. Il est donc important que nos populations connaissent l’histoire de ce puissant instrument de développement et d’intégration qu’est le PENB. En effet, cet oléoduc est actuellement le projet d’oléoduc le plus long du continent africain (environ 2000 kilomètres).

Négocié par le Bénin sous le régime du Président Dr Ishola Boni YAYI à partir de 2015, le Pipeline d’Exportation Niger Bénin (PENB), traverse cinq départements de notre pays à savoir l’Alibori, le Borgou, les Collines, le Plateau et enfin l’Ouémé, il traverse 17 communes et 141 villages. Il est composé d’une station terminale à Sèmè-podji, de deux (2) stations de pompage à Gogonou et Tchatchou et d’un terminal d’exportation en eau profonde. Enfin, le terminal offshore comprend deux (2) pipelines sous-marins d’environ 14 kilomètres chacun d’un diamètre de 711 millimètres et un système d’amarrage de 160 000 tonnes, le tout sur un peu moins de 700 kilomètres le long de notre pays, le Bénin.

Le coût global de cet important projet est estimé à environ 7 milliards de dollars américains financés entièrement par la société chinoise WAPCO, soit le budget actuel du Bénin. Sur le plan social, il y avait un peu plus de 3 000 emplois pendant le projet et environ 500 emplois permanents prévus pendant la phase d’exploitation.

Le Niger étant un pays enclavé avait le choix entre plusieurs pays partenaires avec lesquels il pouvait nouer des partenariats avant d’acheminer son pétrole brut vers la Chine. Ainsi, il avait le choix entre le Nigeria ou le Tchad via le Cameroun pour rejoindre les côtes. Or le Niger a décidé souverainement avec les autorités béninoises que son pétrole transite par le port de Sèmè-Podji. Le choix du Bénin pour le projet aurait été fait par le Niger pour plusieurs raisons dont les suivantes :

– Notre pays offrait plusieurs options techniques possibles

– les bonnes relations entre le Bénin notre pays et le Niger sur les plans diplomatique, économique et social

– la paix légendaire du Bénin, la sécurité et la stabilité politique qui y règnent, ont accéléré les conditions préférentielles

– la création d’un environnement favorable à l’investissement et aux affaires au Bénin

L’objectif initial est de transporter 90 000 barils par jour puis 200 000 barils par jour d’ici 2026 pour une durée d’exploitation minimale de 40 ans.

La mise en œuvre du Pipeline d’Exportation Niger-Bénin (PENB) n’est que la continuation des bonnes relations historiques qui ont existé entre nos deux pays. Bref, ce qui unit nos deux pays est plus fort que ce qui nous divise. Ce projet de Pipeline ne doit en aucun cas échouer pour le bonheur des populations béninoises et nigériennes et bien plus encore pour les générations à venir.

Le rôle du dirigeant dans un pays ayant une tradition de paix comme la nôtre ne doit jamais consister à remettre en question cette paix. Ce qui se dessine depuis le 6 mai 2024 est un spectacle triste, sombre, pas du tout agréable ni à la vue ni à l’ouïe…

Au vu de notre histoire commune, il y a lieu de réaffirmer avec force et conviction que la mise en œuvre du Pipeline s’inscrit dans la continuité des bonnes relations qui ont toujours existé entre les deux pays.

En ce moment où notre pays et le Niger sont en difficulté et en proie à une crise ouverte, nous invitons nos dirigeants des deux côtés de notre fleuve Niger à ne pas tomber dans l’amnésie mais à se souvenir de l’histoire vivante d’un long vivre-ensemble harmonieux tissé par nos deux peuples.

Aussi, au vu de notre expérience historique commune, le parti Démocrate exhorte nos dirigeants des deux rives de notre fleuve Niger à :

– Se débarrasser de tout chauvinisme, entamer courageusement la désescalade et éviter tout commentaire susceptible d’envenimer la situation.

– Plaider pour un dialogue direct entre les deux pays sans ingérence des puissances étrangères conformément aux recommandations du Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine.

Enfin, le Parti demande au Président Talon de considérer la crise actuelle comme un problème national qui appelle une consultation urgente des forces vives de la nation en vue de créer les conditions pour maintenir impérativement ce projet au Bénin et éviter sa délocalisation dans un autre pays. C’est le sens du patriotisme dont chacun de nous doit avoir l’humanité à faire preuve afin de préserver les intérêts des générations futures.

Notre Parti reste fidèle à sa ligne politique qui consiste à toujours placer les intérêts supérieurs de notre peuple et de l’Afrique au-dessus de tous les autres intérêts.

Que Dieu bénisse les peuples frères du Niger, du Bénin et d’Afrique.

Fait à Cotonou le 15 mai 2024

Pour la fête, PO

Le Secrétaire National à la Communication

Dr Guy MITOKPE

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV L’or remet en question les thèses des chercheurs
NEXT du Château de Peyrepertuse à Carcassonne, suivez le parcours de la flamme olympique dans l’Aude