“Je souhaite […] réserver les allocations familiales aux familles françaises » » Les Surligneurs

“Je souhaite […] réserver les allocations familiales aux familles françaises » » Les Surligneurs
“Je souhaite […] réserver les allocations familiales aux familles françaises » » Les Surligneurs

Jordan Bardella, président du Rassemblement national et tête de liste du même parti pour les élections européennes, veut réserver les allocations familiales aux Français. Une proposition qui risque d’être déclarée inconstitutionnelle si elle était mise en œuvre telle quelle.

Les étrangers contribueraient à un système dont ils ne bénéficieraient pas

Nous avions déjà mis en avant Eric Zemmour et Jordan Bardella à ce sujet. La proposition de supprimer les allocations familiales pour étrangers pose un problème en ce qui concerne les allocations dites « contributives » (y compris les allocations familiales), c’est-à-dire versées en contrepartie d’une cotisation versée par le bénéficiaire. Réserver ces allocations aux Français implique que les étrangers, cotisants, financeraient un système dont ils ne bénéficieraient pas.

En revanche, les allocations non contributives relèvent d’un mécanisme de solidarité et non d’une assurance sociale. Ils ne sont pas conditionnés à un apport préalable du bénéficiaire. On peut donc imaginer que les étrangers ne soient pas traités de la même manière concernant ces allocations, mais le Conseil constitutionnel veille à ce que les étrangers ne soient pas exclus au seul motif qu’ils sont étrangers. Dans une décision de 1990, il s’est prononcé sur une allocation du fonds national de solidarité pour certaines personnes âgées devenues inaptes au travail et privées du minimum vital. L’allocation en question était soumise par la loi à une durée de résidence sur le territoire français, et surtout réservée aux seuls étrangers européens ou couverts par des conventions internationales de réciprocité. Selon le Conseil constitutionnel, cela «l’exclusion des étrangers résidant régulièrement en France du bénéfice de l’allocation (…) méconnaît le principe constitutionnel d’égalité». Tout n’est donc pas permis : il faut une raison objective pour justifier la différence de traitement entre bénéficiaires français et étrangers, qui ne serait pas fondée sur la seule nationalité.

La solidarité nationale s’applique à tous

Selon l’article L111-1 du code de la sécurité sociale, «La sécurité sociale repose sur le principe de solidarité nationale, elle assure, pour toute personne travaillant ou résidant en France de manière stable et régulière, la prise en charge des frais de maladie, de maternité et de paternité ainsi que des frais familiaux et sociaux. autonomie et garantit les travailleurs contre les risques de toute nature susceptibles de réduire ou de supprimer leurs revenus». Cette garantie accordée par la loi s’exerce par l’affiliation de chacun à un ou plusieurs régimes de protection sociale obligatoires. Cette solidarité n’est donc pas “national” au sens de « réservé aux nationaux »mais une solidarité de la Nation envers toute personne résidant en France confrontée à des risques sociaux.

Or, cette protection est garantie par la Constitution : le Préambule de la Constitution du 27 octobre 1946, prévoit que «tout être humain qui, en raison de son âge, de son état physique ou mental, de sa situation économique, est incapable de travailler a le droit d’obtenir de la communauté des moyens d’existence convenables», sans aucun critère de nationalité. Dans sa décision du 11 avril 2024, le Conseil constitutionnel a invoqué le Préambule pour rejeter le projet de référendum d’initiative partagée (RIP) des Républicains, qui souhaitaient durcir l’accès au logement social et aux allocations familiales pour les étrangers.

Ainsi, si certaines restrictions pouvaient être admises, comme des conditions de résidence en France pendant une certaine durée, la suppression totale des allocations familiales sur la seule base de la nationalité serait contraire à la Constitution, à moins que celle-ci ne soit modifiée.

Une erreur dans ce contenu ? Voulez-vous soumettre des informations pour vérification ? Faites-le nous savoir via notre formulaire en ligne. Retrouvez notre politique de correction et de soumission des informations sur la page Notre méthode.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Les contrats à terme se redressent après que les craintes d’inflation ébranlent Wall Street
NEXT Vénérable. Paysages d’hier et d’aujourd’hui