Le FMI annonce que les États pourront utiliser leurs réserves pour financer les banques régionales de développement

Le FMI annonce que les États pourront utiliser leurs réserves pour financer les banques régionales de développement
Descriptive text here

Le conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI) a autorisé ses pays membres à utiliser une partie de leurs droits de tirage spéciaux (DTS) pour acquérir certains outils de financement émis par les banques régionales de développement (BDR), a annoncé mercredi l’institution. Les DTS représentent l’unité de compte utilisée par le FMI, qui correspond à un panier des principales devises, à partir duquel sont calculés les montants susceptibles d’être accordés aux pays dans le cadre des programmes d’aide du Fonds.

Se déroulant vendredi, le vote autorise concrètement les États à acquérir jusqu’à 15 milliards de DTS au total (près de 20 milliards de dollars) d’instruments de capital hybrides, qui présentent à la fois les caractéristiques de dette et de fonds propres, émis par les BRD. Chaque pays dispose d’un certain nombre de DTS proportionnel à sa part dans le capital du FMI, lui conférant un droit de vote au conseil d’administration.

Pays avancés favorisés

Cette répartition favorise logiquement les pays avancés, notamment les États-Unis et les pays membres de l’Union européenne, mais en matière financière cela implique aussi que ces pays disposent de la plus grande part des financements mobilisables via le Fonds, au détriment des pays en développement. ou des pays émergents. Selon un communiqué conjoint de la Banque interaméricaine de développement (BID) et de la Banque africaine de développement (BAD), la décision du FMI pourrait permettre à ces institutions de prêter quatre fois le montant qui proviendrait des achats d’instruments hybrides via DTS.

« La communauté internationale dispose désormais d’une approche innovante pour mobiliser le financement du développement sans rien coûter aux contribuables. C’est le type de solution dont nous avons besoin », a déclaré le président de la BAD, Akinwumi Adesina, cité dans le communiqué. homologue à la BID, Ilan Goldfajn, a accueilli « très favorablement » cette décision qui donne à l’institution accès à « une méthode économiquement efficace pour financer des projets de développement durable indispensables ».

La question de la réallocation des DTS est l’un des principaux débats dans le cadre des réformes en cours du FMI, la difficulté réside dans le fait que l’institution ne peut pas simplement réattribuer les DTS des pays riches à ceux qui en ont besoin, au risque d’entraîner une redistribution des droits de vote qui y sont attachés. La solution envisagée est donc d’autoriser les pays les plus avancés à mettre leurs DTS à la disposition du FMI, et désormais d’autres institutions financières internationales, pour des usages spécifiques afin de disposer de nouveaux moyens de financement.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Incroyable mais vrai, les AirPods 3 sont au prix le plus bas chez ce détaillant, mais cela ne durera pas
NEXT En Pologne, la communauté LGBTQIA+ en quête d’égalité