Geert Wilders annonce un accord pour former un gouvernement dont il ne sera pas Premier ministre

Geert Wilders annonce un accord pour former un gouvernement dont il ne sera pas Premier ministre
Descriptive text here

Le temps presse pour conclure. Censés rendre compte de l’état des discussions à la Chambre basse ce jeudi, les deux informateurs, Richard Van Zwol et Elbert Dijkgraaf, avaient fixé mercredi soir un délai pour que les quatre partis trouvent un terrain d’entente. En cas d’échec, l’issue la plus probable aurait été la convocation de nouvelles élections anticipées.

Geert Wilders, Caroline van der Plas (leader du BBB), Pieter Omtzigt (dirigeant et fondateur du NSC) et Dilan Yesilgoz, leader du VVD, ont travaillé dur à La Haye pour trouver un compromis. Les quatre dirigeants sont repartis vers 1 heure du matin dans la nuit de mardi et mercredi après être parvenus à un accord sur la question financière. Les derniers points à régler l’ont été dans la journée de mercredi. “Nous avons un accord entre les négociateurs”» a annoncé Geert Wilders en fin d’après-midi.

«Il ne faut pas minimiser l’importance de l’expérience politique de Geert Wilders»

Qui sera Premier ministre ? Mystère…

Un point, et non des moindres, reste à trancher : celui de l’identité du futur Premier ministre. La tradition politique aurait voulu que ce soit Geert Wilders. Le PVV a remporté 37 des 150 sièges de la Chambre basse, soit vingt de plus qu’en 2017. L’alliance entre les sociaux-démocrates et les Verts – qui sera la principale force d’opposition – suit de loin avec 25 sièges. Le VVD en compte 24, contre 20 au NSC et 7 au BBB.

Connu pour ses déclarations et positions xénophobes et islamophobes, son opposition à l’intégration à l’Union européenne et à l’aide à l’Ukraine, le populiste Wilders avait tenté de paraître accessible à ses partenaires potentiels. Sans toutefois parvenir à lever leurs réticences, pour ne pas dire leur hostilité, à voir succéder au libéral Mark Rutte comme ministre-président du gouvernement. En mars dernier, le fauteur de troubles de la politique néerlandaise a annoncé qu’il renonçait à se présenter aux élections. En échange, aucun des dirigeants du parti qui ont négocié la formation ne rejoindra le futur armoire à programmes, qui devrait être composé de politiques et d’experts. Le nom de l’ancien ministre social-démocrate Ronald Plasterk (qui a jeté l’éponge en tant que premier des cinq informateurs) circule. Le sujet, même s’il a déjà fait l’objet de discussions entre les quatre dirigeants, n’est pas encore tranché. Il faudra également désigner un formateur, dont la tâche ne sera pas facile.

La décision de Geert Wilders de démissionner de son poste de Premier ministre ouvre la porte à la formation d’un gouvernement composé d’hommes politiques et d’experts

Une alliance très fragile

Nous n’en sommes pas encore là. Les négociateurs devaient encore présenter le contenu de cet accord de vingt-cinq pages, dont on sait peu de choses, à leurs factions parlementaires respectives. L’approbation du compromis par les différentes parties ne se fera pas du jour au lendemain. «Au VVD, c’est toujours très long», a prévenu Dilan Yesilgoz. “Nous lirons d’abord [l’accord] soigneusement, en nous parlant, donc cela peut prendre un certain temps. La perspective de travailler avec Geerts Wilders est loin de faire l’unanimité dans les rangs libéraux

Une fois le feu vert de chaque parti obtenu, le moment sera venu de traduire l’accord provisoire en un accord de coalition concret et en la répartition des portefeuilles ministériels – qui pourraient être ouverts à des personnalités extérieures à la nouvelle majorité. Le processus devrait durer encore plusieurs semaines.

Se posera alors la question de la longévité d’un cadre dont la cohésion n’est pas la première qualité. Les négociations ont montré à quel point les relations entre les dirigeants des partis ne sont pas très harmonieuses. Le VVD et le NSC auront reculé dans cette majorité. Le plus grand parti, le PVV, n’a aucune expérience du pouvoir, pas plus que le BBB. Et si Geert Wilders a fait de nombreuses concessions pour que cette coalition puisse voir le jour, la solidité de son tout nouveau sens du compromis reste à démontrer.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Le pont étroit de Hereford a besoin de travaux urgents
NEXT l’essence et le diesel plus chers aujourd’hui