Entre vingt et trente morts chaque année sur les routes de Vienne

Entre vingt et trente morts chaque année sur les routes de Vienne
Entre vingt et trente morts chaque année sur les routes de Vienne

Avec 36 morts sur les routes de Vienne, 2010 reste dans les annales comme une année noire. Depuis, les bilans annuels oscillent entre 19 décès en 2018 et 29 en 2015. Avec 23 décès, 2023 est en dessous de la moyenne décennale (25) ; L’année 2024 a mal commencé, avec huit décès au 31 mars contre trois un an plus tôt.

Sans surprise, ce sont les jeunes qui paient le plus lourd tribut aux morts sur les routes : les 18-24 ans, qui ne représentent que 10 % de la population du département, représentent près de 20 % des victimes et 20 % des responsables. On soupçonne des accidents mortels.

Surtout les hommes

Sur la période 2017-2021, quatre victimes sur cinq étaient des hommes, la proportion d’hommes étant encore plus élevée parmi les responsables (86 %) des accidents mortels. Les décès liés à la consommation d’alcool et/ou de drogues, comme ceux dus à une vitesse excessive, concernent presque exclusivement des hommes.

Evolution de l’accidentologie à Vienne de 2010 à 2023.
© (Infographie NR-CP)

Même si les petites routes communales connaissent un nombre important d’accidents corporels (40 % du total), ils sont généralement moins graves que sur l’ensemble du réseau (18 % des décès sur les routes communales).

Sept décès sur dix surviennent sur une route départementale

Les routes départementales s’avèrent en revanche particulièrement dangereuses : 49 % des accidents corporels et 71 % des décès. A noter cependant que près d’un accident mortel sur dix survient sur l’une des trois dernières routes nationales (N10, N147 et N149) qui traversent le sud et l’ouest du département, l’autoroute restant très sûre. (3% des décès).

Dans l’étude réalisée pour le Document d’orientation générale de la sécurité routière 2023-2027, l’état des routes n’apparaît pas dans les facteurs d’accidents mortels, attribués en grande partie, lorsque les causes sont identifiables, aux manquements des conducteurs.

Drogues et alcool

Viennent en tête l’abus d’alcool et l’usage de stupéfiants, souvent les deux ensemble, qui représentent près d’une cause d’accidents mortels sur trois.

S’ensuivent des excès de vitesse et diverses infractions au code de la route (téléphoner au volant, non-respect de la priorité, circulation à contresens, etc.). La majorité des décès concernent des conducteurs ou des passagers de véhicules légers. Seule la catégorie des moins de 18 ans, qui, sauf exception, ne conduit pas de voiture, connaît une majorité de décès sur deux-roues.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Une journée questions-réponses dans le jardin partagé au bord de la rivière
NEXT L’ONU crée une journée de commémoration du génocide de Srebrenica, fustigé par les Serbes — rts.ch — .